-

L’aphantasie (ou « le cerveau sans oeil »): quel impact sur l’artiste?

Mar 17

Qu'est-ce que l'aphantasie?

L'aphantasie est un syndrome neurologique rare qui empêche la personne à se représenter par la pensée des choses en images et/ou impliquant d'autres sens (toucher, goût, odorat, audition, toucher, kinesthésie, proprioception...).
Pour décrire cet état, on dit souvent que le cerveau de l'hôte "n'a pas d'oeil".

Très souvent, la personne aphantasique découvre sa situation relativement tard.
Le plus étonnant avec cette affection est que l'individu compense tout au long de sa vie, sans jamais être confronté à une situation assez périlleuse pour être suffisamment mis en échec et ainsi se poser des questions sur sa condition.

Nous n'en savons encore que très peu sur cet état (les premières études n'ont vraiment révélé ce syndrôme qu'en 2015 à priori!), mais il semblerait que plus de la moitié des personnes aphantasiques puissent rêver en images (plus ou moins bien définies) pendant certaines phases du sommeil.

Comment l'aphantasie est-elle compensée?

Le sujet aphantasique vient souvent compenser inconsciemment avec une vaste mémoire retranscrite sous une forme unique.
Cette mémoire semble se convertir dans le cerveau conscient par un flux unique de pensée conscientisé au fur et à mesure que la personne se parle mentalement.
L'individu ne peut visualiser de mots, ni de chiffres, mais peut agir au fur et à mesure que sa mémoire se déroule et s'exprime au travers de sa voix intérieure, ce qui lui permet de calculer ou de former des phrases au fil de sa pensée.

L'individu atteint d'une aphantasie totale peut ainsi développer une mémoire plus importante que la normale mais dont l'accès s'avère plus restreint.

L'individu atteint d'une aphantasie partielle ou capable de rêver en images, semble apte à synthétiser des images dans son inconscient, mais ne parvient pas à retranscrire ou à se souvenir de ces images de façon consciente.

Existe-t-il un "traitement" contre l'aphantasie?

D'après les recherches et les retours que j'ai pu avoir sur l'aphantasie, il semblerait qu'il n'existe à ce jour aucun "traitement" médical efficace.
Cela dit, toutes les méthodes naturelles qui peuvent aider à accéder à cette partie inconsciente du cerveau semblent de mise, telle l'hypnothérapie, certains psychotropes... enfin il faut peut être se montrer un peu créatif à ce niveau 😉

Dans tous les cas, si la personne aphantasique se montre curieuse de sa condition ou qu'elle ressent un désavantage quelconque, il reste possible pour elle d'explorer tous les moyens mis à disposition. Cela ne coûte rien d'essayer même par curiosité.

Quelles possibilités pour un(e) artiste aphantasique?

AmyRightMeow est une youtubeuse anglophone qui semble présenter le même degré d'aphantasie que Thomas.
Elle a un bon niveau en dessin et travaille en tant que visual development artist, un des métiers les plus difficiles en terme de créativité.

Elle explique au travers d'une de ses vidéos en anglais comment elle a découvert qu'elle était aphantasique et par quelle méthode elle parvient à dessiner.
Il est donc possible de poursuivre une carrière en dessin quand on est aphantasique, mais cela semble demander beaucoup de ressources mentales et d'essais sur le papier ou la tablette.

Comme il est impossible pour l'artiste de projeter une quelconque image dans sa tête, l'artiste devra utiliser intelligemment les références photos à disposition et les transformer avec les moyens cognitifs disponibles.

Suivre

A propos de l'auteur

Pit Graf, créateur du blog Apprendre-a-dessiner, ancien kinésithérapeute recyclé en prof de dessin: il a juré fidélité à ses lecteurs et ses élèves pour la vie (jusqu'à ce que la mort les sépare).

  • mathew600 dit :

    Article très intéressant de cette pathologie et preuve qu’on peut réussir en dessin en se débrouillant.

    Alors dans mon cas j’ai vue un psychiatre de l’autisme de l’asperger et c’est sans doute pour ça que j’ai toujours eu de problème de concentration, j’ai l’air de m’intéresser à rien mais c’est plus complexe que ça et sa me détruit ma scolarité. enfin pour le moment j’ai eu qu’un seul rendez vous et pour faire une analyse complète faudra attendre minimum 1 ans gasp.

    Enfin en dessin je commence plutôt bien à me débrouiller je fait beaucoup d’observation avec stylo directement je trouve que sa m’aide bien pour comprendre les formes et du modèle vivant et j’ai commencer à faire des petit BD.

    Comme quoi suffit de être persévérant et de ne jamais abandonné si on à envie.

  • Pascal Rorato dit :

    Bonjour,
    Belle synchronicité que cet article, puisque j’ai découvert récemment un auteur, Antoine de la Garanderie, qui a consacré sa vie professionnelle à la gestion mentale.
    Or dans les recherches en pédagogie qu’il a effectué, il évoque justement les différents profils pédagogiques des élèves dont certains ne passent pas par des évocations mentales sous forme d’images ou de scènes de cinéma (aphantasie?).
    Il y a, pour lui, des langues pédagogiques maternelles (ou premières) basées sur des évocations mentales soit visuelles (images ou scènes de cinéma), soit auditives (entendre la voix de l’interlocuteur dans la tête) soit verbale (entendre sa propre voix résonner) dans 4 domaines différents:
    1/ le concret , vécu, la réalité
    2/ le langage, les chiffres
    3/ la logique, le raisonnement, la déduction
    4/ L’imagination créatrice!!!!

    Chaque individu développe ses propres chemins évocatoires pour aller dans le domaine de l’imagination créatrice le plus souvent de manière inconsciente.

    Après avoir lu plusieurs de ses livres, ma conviction est que cette difficulté décrite sous le nom d’aphantasie n’est pas une maladie mais un chemin d’apprentissage non exploité par des évocations visuelles.
    La bonne nouvelle est que « réussir ça s’apprend », titre du livre le plus abordable qu’il ait écrit aux éditions Bayard, vous risquez de savoir utiliser votre cerveau d’une manière plus cohérente.

    Les livres d’Antoine de la Garanderie devrait être des bases de connaissances pour tout pédagogue et enseignant…. quoi?…. Pit! …Tu ne connaissais pas?

    Chers amis, en attendant vos réactions, je vous souhaite une excellente journée.
    Pascal Rorato, (www.pascalrorato.com)

    • Pit dit :

      non je t’avoue, je ne connaissais pas!
      Je pense que je fais trop de choses dans la vie, il m’arrive de passer à côté de choses intéressantes. 🙂
      Faut pas m’en vouloir.
      Je vais aller jeter un coup d’oeil.

      merci pour ton intervention

  • 570 dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article.
    Comment savoir de manière certaine si l’on est aphantasique ou non?

    • Pit dit :

      Bonjour, n’étant pas expert de la question et encore moins neurologue, je dirais simplement que si tu ne parviens pas à imaginer quoi que ce soit de visuel, il y a de fortes chances que tu sois aphantasique.

      Après il y a tout un panel de nuances.
      Il est possible qu’il y ait d’ailleurs plusieurs formes d’aphantasie, issues de plusieurs origines neurologiques, mais il m’est malheureusement impossible de répondre avec une quelconque certitude sur ce sujet.

      Commence par te poser une question simple: vois-tu un carré, un cercle ou toute forme géométrique simple en deux dimensions sur commande quand tu fermes les yeux?

  • Pit dit :

    Un témoignage très intéressant de René pour les intéressés:
    « WOW! Merci pour ceci,
    Je suis un type de 59 ans et je crois bien être à découvrir maintenant que je fonctionne en grande partie comme votre invité.
    En fait en écoutant la vidéo, j’avais tout le temps envie de lui souffler une explication pour au moins une des interrogations. Je crois que la mémoire qui est visuelle pour la plupart des gens est décomposée de façon descriptive dans ma tête. Je peux donc me représenter une pomme. Même avec des nuances dans la couleur et dans l’éclairage qui produit des reflets. Par contre pour moi, cet information est descriptive dans ma tête. Je ne la voie pas.
    Il me semble que si je vous décris un objet ou une scène, que vous pourrez en reproduire un dessin à partir des mots qui auront servis à le décrire. Et si la description est assez précise et détaillée, vous pourrez même reproduire une anomalie dans la forme sur ses côtés par exemple.
    Donc pour arriver à dessiner quelque chose avec succès, une quantité considérable d’information doit être analysée. Alors que je crois qu’une personne qui peut s’en faire une représentation visuelle, peut du coup retranscrire l’effet visuel qu’elle « perçoit » dans sa tête sur le papier. À partir de là, il doit être possible d’apprendre et de pratiquer certaines techniques qui aident.
    Une personne qui part de la description qu’elle enregistre d’un objet doit nécessairement la mettre sur papier et de là, comparer la description qu’elle fait de ce qu’elle a dessiné avec la description enregistrée de l’objet en question. Si les deux descriptions correspondent, c’est bon. À l’oeil par contre ce n’est pas nécessairement le cas.
    Bref c’était la réflexion qui s’est imposée à moi en écoutant. Je vous remercie pour ce moment de plaisir. »

    • Kti dit :

      René a très bien décrit ce qui se passe: au lieu de « recopier » une image, il me faut analyser une grosse quantité d’informations « virtuelles ».
      Il est probablement plus difficile d’avoir en référence des mots et des concepts plutôt que directement des images.
      D’après ce que j’ai compris voici ce qui se passe :
      – dans la tête de quelqu’un qui peut visualiser une ferrari : il recopie la photo d’une Ferrari (c’est très raccourci, excusez-moi, c’est juste pour expliquer, je sais bien que ce n’est pas si simple)
      – Ce qui se passe dans ma tête :
      Un ami regarde la photo et vous décrit la-dite voiture :
      « Une voiture de course très basse, rouge, avec un cheval dessus »
      Vous dessinez une forme de voiture très basse. Votre ami regarde :
      « Non, plus basse »
      Vous gommez, vous recommencez.
      « Oui mais elle est plus large »
      Vous gommez, vous redessiner
      « Naaaan, pas autant ! »
      Vous gommez….
      « Du coup je me demande si elle ne serait pas encore plus basse »
      Vous gommez….
      « et puis l’aileron est plus en avant »
      Gomme-gomme….
      « Finalement je ne suis pas certain qu’il y ait un aileron »
      Impact de la gomme dans 3 …. 2…. 1…..BIM !

      Je me pose aussi des questions sur la mise en couleurs. Comme je ne me peux pas me représenter d’avance le résultat, je vais poser une couleur, et puis une autre, et puis tenter de trouver une autre qui aille plus ou moins avec….Ce qui peut donner un résultat plus qu’aléatoire 😀 !
      On parle de perspective ou je vais me coucher avec mon mal de tête tout de suite 😀 ?
      Je pense que dans ce cas, mon apprentissage aura probablement besoin de plus se baser beaucoup sur la copie « intelligente » et l’utilisation d’une quantité industrielle de références avant de passer au dessin d’imagination. Mais mon cerveau finira bien par s’y faire ! Il trouvera d’autres moyens pour pallier à ce petit souci de cinéma interne détraqué :D.

  • Kti dit :

    Bonjour Pit,
    Merci à toi et à Thomas pour cet article. J’ai 48 ans, je viens de m’inscrire à ton blog pour apprendre à dessiner, et ….je découvre que je suis aphantasique.
    Ca fait bizarre…Mais ça explique toutes les difficultés que je traine depuis toujours : il m’est impossible d’expliquer un chemin que j’utilise pourtant quotidiennement, je suis incapable de décrire une personne si elle n’est pas devant moi, je lis énormément mais j’ai toujours un calepin sur lequel je note le nom des personnages. On me dit « tête de linotte », que je ne suis pas physionomiste, que je n’ai pas de mémoire ni le sens de l’observation.
    Les difficultés dans mon boulot : je suis sellier-harnacheur (sellière-harnacheuse 😀 ?), je réalise des articles en cuir sur-mesure. Mais je suis incapable de visualiser une forme en 3D => je perds un temps fou à faire des croquis et réaliser des dizaines de « prototypes » en papier pour voir si mes montages tiennent la route. Mon formateur passait sa vie à me dire « mais réfléchis un peu! ». Ben oui mais non. J’ai beau réfléchir…

    Depuis que j’ai lu ton article j’essaye de m’imaginer ce que ça fait de « voir » des images dans sa tête. Et j’ai l’impression que ça doit être vachement bien. Mais, c’est vous qui êtes bizarres, les gars, de voir des trucs dans vos têtes 😀 !
    Pour en revenir au dessin, est-ce-que Thomas a eu la sensation que l’apprentissage est plus laborieux pour lui ? Il faudrait peut être que je change un peu mon approche et que j’essaye de l’adapter ?

    En tout cas merci encore, j’en ai appris énormément sur moi grâce à toi, et merci pour ton blog et ta chaine qui sont géniaux !
    Catherine

    • Pit dit :

      Merci pour ton témoignage Catherine!
      Au moins tu sauras quoi répondre aux personnes qui t’enquiquinent! 🙂

      Thomas semble avoir une excellente mémoire et c’est de cette manière qu’il compense le plus.
      Il ne traine pas trop sur le blog, mais tu peux aller poser la question dans les commentaires sous la vidéo sur youtube.
      Il devrait la lire et te répondre.

    • Pascal Rorato dit :

      Bonjour Kti, lisez les livres d’Antoine de la Garanderie (voir mon intervention dans ces commentaires), je suis sûr que vous trouverez une réponse à vos difficultés.
      Votre prof vous disait « mais réfléchi un peu » sans vous dire comment réfléchir, il ne connaissait pas la gestion mentale…
      Au plaisir
      Pascal Rorato

  • Eliazeh dit :

    Cet article me dérange beaucoup… je suis artiste mais aucune de mes productions ne provient de heu… « images que je vois dans ma tête ». Je ne savais même pas qu’on pouvait « voir » des images consciemment c’est une question que je ne m’étais jamais posée et que l’on ne m’a jamais posée .

    • Pit dit :

      Alors peut etre es-tu aphantasique également.
      La plupart des personnes que tu connais peuvent imaginer des choses et les voir dans leur tete.

  • Martin55 dit :

    Bonjour Pit,
    Merci d’avoir pensé à moi pour cet article. Au départ intrigué et perplexe, mais qu’est-ce que c’est que cette histoire. Maintenant je comprends et oui, effectivement l’aphantastique pourrait bien être quelque chose que je pourrais travailler ou explorer. Lorsqu’il y a trop d’informations on dirait que mon cerveau décroche. Il y a 3 ans, j’étais en thérapie et on m’a dit pour la première fois de ma vie, a 53 ans que je devais à avoir un déficit de l’attention sans hyperactivité, un TDA… C’est peut-être pour ça, que j’ai tant de difficultés à retenir, imaginer, zoomer sur des structures dans ma tête. Là, depuis près de deux ans, je suis médicamenté. Ça va mieux au travail, pour ce qui est du dessin, j’observe beaucoup les structures, les matières, la végétation etc. Bref, je fais de mon mieux.

    • Pit dit :

      Donc au final: as-tu identifié une aphantasie, ou seulement des problèmes de concentration de façon général?
      ou les deux?

      • Martin55 dit :

        C’est possible que ce soit un peu des deux. J’aimerais t’envoyer des photos d’un triptyque très personnel de quelque chose que j’ai créé moi-même. Il n’es même pas exposé chez moi de peur de trop me dévoiler. C’est une pure création qui sort de ma tête. Tu pourras me dire ce que tu en penses. Le problème c’est que je ne sais où je pourrais te l’envoyer. À quelle adresse

      • Martin55 dit :

        Est-ce qu’il existe une adresse où un autre blog où je peu partager mon triptyque. Car ici et maintenant c’est impossible de poster des images. C’est comme si je restais sur ma faim là….😔

  • Tamy dit :

    Bonjour Pit,
    Merci pour cet éclairage sur nos différentes perceptions. Article très intéressant et qui doit aider pas mal de personnes.
    Je voudrai te poser une question qui a un lien indirect avec le dessin: après une séance de dessin j’ai des douleurs dans la nuque ( qui durent maintenant depuis une semaine), bon je n’ai plus 20 ans mais quand même… Ma kiné m’a proposé d’incliner ma feuille afin d’avoir à moins pencher la tête. As tu des conseils à me donner sur ce sujet.
    Encore merci pour ces partages. Tamy

    • Pit dit :

      Salut Tamy,

      J’avais des douleurs dans la nuque et dans le dos en dessinant, il y a quelques années.
      Avec une table inclinée ça va beaucoup mieux!
      Je travaille aussi les muscles profonds de la colonne vertébrale régulièrement et je dois dire que ça a sauvé mon dos.

  • >

    Déconnexion

    Mot de passe

    Entrez votre adresse e-mail pour recevoir un lien qui vous permettra de choisir un nouveau mot de passe.

    Mot de passe

    Choisissez un nouveau mot de passe.


    Inscription


    xCUSTOM

    Your custom content goes here.

    arrow-down