Les formations et le forum sont maintenant disponibles sur ce blog. Connectez-vous avec vos identifiants dessin.club -> -
Accueilconseils generalistes dessincompositionComment dessiner sur un carnet de croquis? ou comment évoluer en se faisant plaisir

Comment dessiner sur un carnet de croquis? ou comment évoluer en se faisant plaisir

Dans cet article, laissez-moi soulever une question qui me tient à cœur : Comment dessiner sur son carnet de croquis?
Ou plutôt, quelles sont les pratiques que je recommande (et celles que je ne recommande pas).

En effet, vous êtes nombreux à me demander ce que j’utilise comme matériel.
Bien que la question puisse sembler pertinente au premier abord, il me faut répondre encore une fois que je ne recommande pas aux débutants d’acheter trop de matériel. En général un crayon HB et une feuille A4 de base font bien l’affaire. Acheter un gros coffret Faber Castell dans ses premiers mois d’apprentissage me semble vraiment inutile, voire délirant. Enfin, chacun dépense son argent comme il le souhaite, je dis juste que c’est dommage de ne pas attendre d’être un peu plus affûté pour pouvoir apprécier à sa juste valeur la qualité des fournitures.
Mais je sais que certains sont obnubilés par le matériel, ce que je peux comprendre car il y a à peine quelques années je cherchais aussi LE matériel parfait qui me permettrait de devenir LE dessinateur parfait, avant de m’apercevoir que le matériel n’est que peu de chose et que chacun devrait d’abord expérimenter dans son coin pour trouver les fournitures qui lui conviennent au mieux.
Au risque de me répéter: l’idée et l’intention sont les éléments déterminants du succès d’une illustration ou d’un dessin. Le matériel et la technique comptent, bien entendu, mais pas autant qu’on aurait tendance à le croire.
Je suis conscient que certains dessinateurs débutants ne m’écouteront pas, surtout les plus jeunes, et je sais que c’est en découvrant et en expérimentant par soi-même qu’on apprend le mieux. Je souhaiterais simplement éviter à la plupart d’entre vous tous les désagréments par lesquels je suis passé depuis mes débuts, comme le fait de perdre mon argent dans du matériel inutile, voilà tout. Ça ne me coûte rien de vous mettre en garde contre ce phénomène de surconsommation. 😉

 

Parlons matériel (mais c’est bien pour vous faire plaisir ^^)

Donc voici le matériel que j’utilise en général quand je ne suis pas à la maison :

  • Pour le Carnet de croquis : carnet Moleskine ou carnet à spirale
  • Pour le média : criterium staedler 2mm, Pentel Pocket brush, mines noires (cretacolor ou Pitt), fusain tendre compressé (plus rarement car trop salissant pour les travaux en extérieur).
  • 95% du temps, je n’utilise pas de couleur car j’ai horreur de porter trop de matériel quand je me déplace. Et puis il m’est plus difficile de me concentrer quand je ne suis pas chez moi. Il m’arrive toutefois de sortir mon mini-coffret aquarelle lorsque je suis au calme à la campagne ou en vacances à la plage.
  • Et pour ce qui est de mon tablet PC, c’est bête à dire mais après trois heures d’utilisation on se retrouve bête quand la batterie est vide, tandis que mes carnets de croquis restent opérationnels 7j/7, 24H/24. Donc, avant de croire que la tablet PC va révolutionner votre monde, pesez le pour et le contre. Le carnet de croquis sera toujours supérieur à toutes les technologies actuelles pour ce qui est de l’autonomie. 😉 (d’ailleurs en parlant de tablet PC, j’en avais fait une vidéo il y a quelques temps, si vous souhaitez y jeter un coup d’oeil.)
pose courte

Quels que soient mes objectifs du jour, j’aime m’échauffer en pratiquant des poses d’après modèle (de 30 secondes à 5 minutes en général). Cela me permet de me « dérouiller » un peu la main.

 

Pourquoi un carnet de croquis ?

Voici les gros avantages du carnet de croquis:

  • un carnet relié est toujours plus facile à conserver sur une étagère, et ceci nous empêche de vouloir jeter nos vieux dessins. Cela rend bien service, car de temps à autre, il est très motivant de constater les progrès que l’on a fait en comparant les dessins récents avec les anciens.
  • il est facile d’emmener notre carnet partout où nous allons, et sans forcément abîmer ou froisser nos dessins, ce qui est vraiment pratique.
  • Le fait que nos dessins soient présents dans un carnet relié (et je parle précisément des carnets type Moleskine à couverture dure) remonte un peu notre estime de nous et l’on accorde plus de valeur à chacune de nos créations. En effet, la tendance est que, dans un élan de fierté, nous voudrions faire disparaître les preuves de nos échecs en nous débarrassant de tous nos essais infructueux. Je crois qu’au contraire, il est très important pour nous de nous souvenir des hauts comme des bas. Personnellement, je pense qu’il est nécessaire d’entretenir la motivation de notre « futur moi » (en partant du principe que le dessin et la peinture sont des apprentissages qui durent toute notre vie). Donc je fais tout pour que mon « futur moi » se souvienne de ce par quoi il est passé pour parvenir à son niveau actuel, notamment en laissant des traces de mon évolution au fil des années, concrétisée par les différents carnets exposés dans ma bibliothèque.

 

Les fonctions souvent méconnues du carnet de croquis

En jetant un coup d’oeil sur les carnets de croquis de certains artistes professionnels, on constate que bien souvent, chaque page a été soignée aux petits oignons, et que la plupart des dessins sont ultra- minutieux.
Mais la réalité, c’est que, malgré tout ce qu’on peut dire, l’artiste professionnel doit payer ses factures avant tout. S’il montre des croquis peu esthétiques, il y a de grandes chances pour que personne ne s’intéresse à lui! C’est la dure loi du marché de l’Art.

Donc pour les débutants ou amateurs, il est indispensable de comprendre que:
Le carnet de croquis est un terrain de jeu. Il n’est pas là pour faire joli mais pour que l’on puisse pratiquer, expérimenter et écrire ses idées, où que l’on soit.
Le carnet de croquis doit permettre au dessinateur de sortir de sa zone de confort: c’est le point le plus important. Et ce que j’entends par «sortir de sa zone de confort » c’est « éviter comme la peste tout ce que je sais déjà très bien dessiner ».

Il est nécessaire de prendre des risques sur son carnet de croquis. Le seul danger véritable serait de ne jamais rien risquer, car sans prise de risque aucun progrès n’est possible.
En clair, si toutes les pages d’un carnet de croquis semblent familières dans le contenu et/ou dans la forme, c’est que ce carnet a été sous-exploité, purement et simplement. Si vous prenez le risque de dessiner quelque chose qui ne vous met pas du tout à l’aise, ce n’est pas grave. Laissez-vous la possibilité d’échouer et de recommencer à côté. Vous apprendrez bien plus vite de cette façon. Il n’y a aucune honte à avoir.

Laissez-vous une chance de progresser, votre carnet de croquis vous le rendra bien, et dans quelques années vous serez content de l’avoir conservé dans votre bibliothèque et d’y jeter un coup d’œil à vos heures perdues. Plus le temps passe, et plus nous sommes heureux de pouvoir mettre des images sur notre passé. Cela me fait penser à cette période de mon adolescence où je détestais me voir en photo, et où je supportais mal que ma mère prenne des clichés. Aujourd’hui je suis bien content de pouvoir consulter les vieux albums. La vérité, c’est que sans les souvenirs, nous n’aurions plus aucune identité. Pour le dessin, c’est exactement la même chose : écrivez votre histoire, et conservez vos archives! Car un dessin fait partie de vous et de votre histoire, que vous le vouliez ou non! 🙂

james jean carnet de croquis

Une double page issue du carnet de croquis de l’illustrateur James Jean. Je ne sais pas combien de temps il a passé là-dessus, mais connaissant le format de ses carnets, je dirais qu’il doit avoir des loupes à la place des yeux… 😉 Je reste admiratif devant autant de détails et de finesse. Entre nous soit dit, je n’aurais jamais la patience de faire de même sur mon carnet de croquis.

 

Une question d’objectifs…

Chacun devrait avoir un ou plusieurs objectifs avant même de poser son crayon sur le papier. Commencer un dessin la tête vide n’est jamais de très bon augure, à moins que ce soit un exercice volontaire (c’est ce que j’appelle le dessin instinctif, mais je vais y revenir un peu plus loin).
Chaque croquis, chaque création, devrait être l’occasion d’apprendre : apprendre une nouvelle technique, apprendre à utiliser un nouvel outil, essayer un nouveau concept… Et si cet exercice peut nous amener à produire un dessin intéressant et présentable, c’est encore mieux : on va dire que c’est la cerise sur le gâteau.

Personnellement, mon carnet de croquis me sert à réduire l’écart entre ce que je peux créer d’imagination, et ce que je peux dessiner à partir d’une référence. En mélangeant les pratiques, je me suis aperçu que je progressais  beaucoup plus vite que si je ne faisais que du dessin d’observation, que du dessin d’imagination ou que du dessin de mémoire.
C’est un peu comme visionner un film étranger avec les voix originales en s’aidant des sous-titres. Si on veut progresser, il suffit de s’aider de moins en moins des sous-titres et de se forcer à écouter directement les dialogues. Lorsqu’on hésite sur un mot ou une expression, on peut jeter un coup d’œil bref sur le sous-titrage. En dessin c’est pareil : lorsqu’on hésite sur un élément (anatomique par exemple), il ne faut pas hésiter à s’aider de référence. Mais encore une fois, si vous n’entraînez pas votre cerveau à réfléchir et à mémoriser les formes à plus ou moins long terme, n’attendez pas qu’il s’entraîne de lui-même pendant votre sommeil. Ne perdez pas votre précieux temps et ne devenez pas le dessinateur routinier qui ne vise jamais plus haut que ses acquis.

dessin divers

Cette double page est un bon exemple de ce que je dessine en mode « dessin d’inspiration ». Quand j’en éprouve le besoin, je lève la tête vers ma bibliothèque d’images puis je retourne au boulot en essayant de mémoriser les formes et de les styliser sur le papier. En travaillant de cette façon, j’ai très vite progressé ces dernières années. (Note: un loup qui bave sur la lune, vous n’aviez encore jamais vu ça, avouez! ^^ )

 

Les différentes pratiques du dessin sur carnet

Si vous avez déjà pris la peine de lire mes anciens articles, certaines notions abordées ici vous sembleront familières. Voici les différentes pratiques que vous pouvez employer pour remplir les pages de votre carnet :

  • Le dessin d’observation: ce peut être un dessin à partir d’un modèle vivant, d’une nature morte, ou d’une étude d’œuvre existante.
  • Le dessin de mémoire à court terme: consultez cet article si vous souhaitez vous entraîner spécifiquement sur ce point.
  • Le dessin sur le vif :  Le dessin sur le vif est un mélange de dessin d’observation combinée à la mémoire à court terme et à la rapidité d’exécution. Par exemple, imaginez-vous dans un lieu public : vous tentez de dessiner quelqu’un qui est assis sur un banc. Malheureusement, comme il ignore certainement que vous le dessinez, et s’il a décidé de bouger et de vous mener la vie difficile, vous allez devoir faire vite et vous souvenir de la position dans laquelle il était quelques secondes auparavant.
  • Le dessin inspiré de références: on reconnaît un bon dessin inspiré lorsqu’il est quasi- impossible de dire si le dessin est vraiment issu de la référence photo ou pas. C’est d’ailleurs une partie du travail de tout bon illustrateur qui se respecte. On peut constater qu’il y a une vague ressemblance entre dessin et référence photo, mais certains éléments ont été réajustés intelligemment de façon à styliser le dessin ou à servir une histoire. Par exemple, si vous dessinez un personnage dans un décor, vous pouvez vous inspirer d’une pose issue d’un modèle, mais des conditions d’éclairage d’une autre photo. Ajoutez à cela votre propre style ou traitement, vous obtiendrez une création authentique imprégnée de votre style.
  • Le dessin d’imagination: voir cet article.
  • Le dessin instinctif: Il s’agit d’une pratique artistique qui consiste à se vider la tête en dessinant à l’instinct et aux sensations, en laissant la porte ouverte pour un « heureux hasard ». C’est une pratique adaptée à la recherche d’abstraction. Rien ne nous empêche de mélanger cette pratique avec d’autres, si notre objectif est, par exemple, de mêler le figuratif à l’abstrait.

    croquis sur le vif

    Un exemple classique de croquis d’observation et pris sur le vif. J’aime dessiner directement à l’encre, cela me rajoute un défi supplémentaire: plus le droit à l’erreur!

 

Choix du carnet et bonne pratique

Voici quelques petits conseils en vrac qui vous permettront de choisir votre carnet afin d’être plus à l’aise au moment de passer à l’action, tout en restant productif.

Tout d’abord, parlons de la couverture. Si vous choisissez un carnet de croquis à couverture souple, bien souvent avec des spirales, sachez qu’ils résistent mal au temps et à l’usure pour la plupart. D’un autre côté, il est plus pratique de dessiner dessus par comparaison avec un carnet double page relié. Je m’explique: L’avantage du carnet à spirales est de vous laisser la possibilité de dessiner sur la feuille du dessus, en vous appuyant confortablement sur les feuilles du dessous (supportées par une plaque cartonnée), ce qui améliore la qualité du trait, sans parler de l’ergonomie qui s’avère d’une qualité bien supérieure à celle des carnets en format paysage.
Le carnet double page à couverture dure, quant à lui, est vraiment plus robuste, mais la qualité de l’ergonomie laisse toutefois à désirer. On se sent tout de suite moins à l’aise en dessinant sur la page de gauche notamment, et on est tenté de tourner le carnet toutes les deux minutes, alors que la répartition des poids ne convient pas forcément.
Voici toutefois une petite astuce qui vous permettra de toujours dessiner sur la page de droite: dessinez normalement sur les pages de droite en sautant toutes les pages de gauche, et arrivés à la fin du carnet, retournez-le et recommencez de la même manière sur les pages de droite. En retournant le carnet, vous avez transformé les pages de gauche en pages de droite. Seul inconvénient, lorsque vous consultez votre carnet, une page dessinée sur deux sera à l’envers, ce qui s’avère un peu ennuyeux à la lecture.

Parlons maintenant posture. On a beau dire ce que l’on veut, c’est à chacun de trouver la position dans laquelle il est confortable, car on a tous des morphologies et des facilités différentes. Personnellement j’aime être assis et bien adossé pendant que je dessine.
Aussi, il est préférable de toujours garder son carnet de croquis parallèle à la scène que l’on dessine car si l’on doit à chaque fois baisser la tête vers son dessin et remonter la tête vers la scène visuelle, c’est beaucoup plus contraignant et les probabilités de se tromper dans les proportions augmentent considérablement. Alors que si l’on a la possibilité d’observer ET la feuille, ET la scène visuelle en passant de l’une à l’autre d’un bref mouvement de l’oeil seulement, on constatera que les croquis d’observation seront bien meilleurs.

Maintenant je vous mets au défi de dessiner d’observation à l’extérieur avec un carnet double page. Sincèrement ce n’est pas pratique. Quand vous savez que vous allez être mal installé, mieux vaut utiliser le carnet à spirales en format portrait (c’est-à-dire tenu à la verticale).

Enfin, si vous dessinez des inconnus sur le vif, vous vous apercevrez qu’il est parfois nécessaire de rester debout pour être plus mobile et avoir un meilleur champ de vision. Dans ce cas, vous devrez peut-être dessiner en baissant la tête, sauf si vous avez un tout petit carnet de poche, ce qui peut s’avérer très utile pour les esquisses ne prenant pas plus d’une ou deux minutes.

Si vous souhaitez ne pas vous faire remarquer quand vous dessinez en public, ne regardez jamais celui ou celle que vous dessinez dans les yeux, ou alors portez des lunettes de soleil. S’il vous a remarqué, continuez comme si de rien n’était. Il ne s’intéressera certainement plus à vous quelques instants après 🙂 .
De la même manière, si vous ne souhaitez pas être dérangé, mettez vos écouteurs, même si vous n’écoutez aucune musique. Faites aussi en sorte que personne ne puisse passer derrière votre dos et regarder au-dessus de votre épaule si vous voulez vraiment être au calme.
Au début quand je pratiquais dans la rue, je stressais à l’idée que les gens viennent me regarder dessiner. Au pire un inconnu viendra vous voir et n’aimera pas votre dessin. Et alors? Il n’y a pas mort d’homme, loin de là. Mettre sa timidité de côté paye vraiment. 😉

types de carnet de croquis

L’éternel combat entre le carnet à spirales et le carnet dur double page…

 

Syndrome d’Automatisme lié au Dessin d’Imagination (SADI)

Oui, je viens juste de l’inventer, j’avoue 😀 . C’est la maladie dégénérative du dessinateur qui pratique le dessin d’imagination 90% du temps et qui n’a pas vraiment conscience qu’il dessine toujours les mêmes choses. Autre pathologie qui se rajoute à celle-là, il ne se fixe jamais aucun objectif d’apprentissage. Il erre sur son carnet de croquis comme une âme en peine et sans but précis, et un beau matin en se réveillant, il s’aperçoit que pendant toutes ces années de pratique, il n’a pas progressé. Bien sûr il pourra trouver cela injuste. Et lorsqu’on va lui demander pourquoi il ne dessine plus, il expliquera par A+B qu’il n’est pas fait pour ça et que pour devenir très bon, il faut avoir un talent inné, talent qu’il n’a pas, évidemment. Foutaise, vous l’aurez compris.

Les symptômes touchent bien souvent les plus jeunes, mais il arrive que le virus se déclare parfois après la vingtaine.
Parmi ces symptômes, on retrouve une répétition automatisée des idées, du contenu, de la forme, des motifs, des traitements, des codes graphiques…et j’en passe.
Pour guérir de cette « maladie graphique », je ne vois qu’un seul moyen: varier ses activités et ses pratiques sur le carnet, et se donner des objectifs avant même de tracer son premier trait.
La définition d’objectifs est l’élément invariable qui fait la différence entre ceux qui progressent et ceux qui stagnent. A bon entendeur! 🙂

croquis animaux

J’aime varier les techniques et les sujets. N’étant pas tout à fait à l’aise avec les animaux, j’avais décidé ce jour-là de m’y coller pour changer, et tant qu’à faire de rendre les tonalités au crayon.

 

Une question de conditionnement…

Ce que j’ai pu constater en 9 ans de pratique sérieuse du dessin, c’est que le cerveau humain est bien meilleur pour transformer, que pour créer en partant de rien. C’est un fait, et ce principe s’applique dans presque toutes les disciplines.
C’est parce que nous sommes exposés à ce qui nous entoure que nous sommes capables de retranscrire ce que nous voyons sur le papier. Nous sommes inspirés bien souvent sans même le savoir par dame nature (voir l’article sur l’inspiration créative). Malgré tout ce qu’on pourrait croire, nous n’inventons rien, nous nous contentons simplement de combiner ce que mère nature a mis à notre disposition.
Aussi, ce qui va déterminer en grande partie le niveau d’un dessinateur, c’est sa capacité à mémoriser, à projeter et à relier les formes dans l’espace.
Un dessinateur ayant acquis les bases mais ne s’entraînant qu’à dessiner d’observation, aura bien plus de difficultés pour progresser qu’un individu qui alterne les pratiques créatives. C’est un fait.

croquis encre noir

Voilà encore un bon exemple de dessins d’imagination mêlés à des dessins d’inspiration. J’essaie en général de lier tous les éléments entre eux pour leur donner un sens. C’est le genre de croquis que je fais lorsque je me sens d’humeur créative.

Vous avez parfois l’impression de ne plus progresser ?
Alors il y a de fortes chances pour que vous ayez perdu de vue vos objectifs, ou d’ailleurs, peut-être que vous n’en avez jamais eus! par conséquent, je vous conseille de dresser une liste de ce que vous savez déjà faire (vos facilités), et de ce qui vous pose problème (vos lacunes). Ecrivez dès à présent vos objectifs à court terme sur un bout de votre carnet, et adaptez vos exercices en conséquence.
Par exemple, ces deux ou trois prochaines semaines, vous pouvez décider d’apprendre à dessiner un visage de trois-quarts en n’utilisant que votre imagination. Pour cela, vous pouvez dessiner 30% du temps grâce à l’observation, 30% du temps de mémoire, 10% du temps en stylisant les visages à partir de référence photo, et enfin 30% du temps à partir de l’imagination pure.
Dans tous les cas, faites confiance à votre bon sens et laissez toujours une place pour la réflexion ! 😉

 

Télécharger l’article (format PDF)

Dans la même rubrique

85 commentaires pour “Comment dessiner sur un carnet de croquis? ou comment évoluer en se faisant plaisir”

  1. Fadil dit :

    Encore un super article !
    C’est vrai que j’ai tendance à sacraliser le carnet de croquis. j’en ai un beau mais pas encore vierge de dessin. Mais tellement peur qu’il y ait plus de mauvais dessins que de beaux…
    J’en ai pris un cheap, et je me le partage avec mon fils pour lui donner le goût du dessin et moi à accepter mes erreurs.
    Prochaine étape quand on aura terminé ce carnet, un premier dessin sur ce carnet sacré!

  2. lucas dit :

    bravo pour cet article !
    je ne dessine qu’occasionelement mais depuis que j’ai decouvert ton site, je mis remet un peu plus et je vais de ce pas acheter un carnet de croquis
    je me suis aussi mis sur la communaute google plus donc tu me verra peut-etre 😉
    (lucas boisneau)

  3. jean-luc dit :

    Merci pour cette article !

    AHh lala le manque d’aisance en utilisant la page de gauche : C’est exact ce qui m’a embêter plus d’une fois ^^

    Je suis en pleine recherche !

    Mes objectifs : Formation personnage et paysage, arbres, plantes…

    Je suis sur la ligne droite en ce moment (sans progression notable)

    Faut qu’extermine mes lacunes !

    Je relirai cette Article en tout cas !

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Courage l’ami! 🙂

    • N7 dit :

      Personnellement j’utilise la page de gauche je retourne mon carnet utilise la page de gauche et là seulement je tourne la page.
      Ça permet de trier par ordre chronologique, t’as juste un dessin sur deux à l’envers forcément.
      Je ne peux pas vivre avec un carnet où les choses se mélangent chronologiquement il faut que je consulte un psy :-).

  4. Veronique dit :

    Hier soir, j’ai pris enfin le temps de lire ton guide sur la perspective que j’ai en attente depuis quelques mois. Je n’ai fait que le lire. Il faut que j’y revienne tranquillement ce week-end et que je m’exerce. En tout cas mille mille mercis parce que j’y ai vu de l’information précieuse. J’ai vu comme une lumière au bout du « tunnel de mon ignorance en perspective ». Et ça c’est libérateur. Bref un grand merci. Merci pour ton blog aussi, pour l’information très pertinente que tu partages. Je suis autodidacte et ton parcours et ton info m’aide beaucoup (à condition que je m’y attelle bien sûr)

  5. Jack dit :

    Eu je voudrait juste savoir.
    Quel est le nom dans google +??

  6. Elsa dit :

    Merci !!

    Comment ne pas sacralisé son carnet de croquis !! Cet article est réconfortant, vraiment ^_^

    Je pense que ça va m’aider à utiliser pleinement les pages de mon carnets (à spirales, je croque surtout dehors), pour l’instant, beaucoup de pages restent à moitié vide… parce que les premiers traits ne me plaise pas, ou tout simplement (le plus souvent), parce que je n’ai pas le temps !!! fichus sujets qu’arrêtent pas de bouger ! Mais c’est vrai, que fais-je de ma mémoire à court terme ? un bon exercice qui m’aidera sans doute à quitter mon état de poisson rouge -_-‘

    Des objectifs… bon… pas dans ce que je sais faire (ou du moins que je pense savoir faire)… un truc bien en dehors de ma zone de confort… j’ai bien un trou noir, là… mais bon, mmff… heum…
    Ok d’accord ! je vais remplir mon carnet de paysages !!!

  7. jean dit :

    En pleine forme, Mister Pit! Conseils pratiques et réflexions psychopédagogiques très judicieux. Une variante de ta formule pour l’utilisation des carnets « paysage »: dessiner sur la page de droite (en tout cas pour les droitiers), garder celle de gauche pour des annotations, p.ex. dans la moitié du haut sur le moment même (date, lieu, réflexions sur difficultés, objectifs…), en gardant celle du bas pour plus tard (regrets, nouveaux objectifs, idée de quelque chose à chercher à dessiner une autre fois, etc.). Personnellement j’ajouterais bien deux instruments à la panoplie: stylo à bille bleu ou noir assez fin, qui « griffe » pas mal le papier et crayon dit télévision, rouge et bleu, à tailler régulièrement (inconvénient), qui comme le crayon à bille interdit la gomme (quand je fais du dessin d’observation de bâtiments, j’ai tendance à trop gommer, refaire…, parce que j’ai du mal avec les proportions, et ça finit par me dissuader) et produit un « gros trait » rustique intéressant. Donc deux styles très différents. Toute modestie complètement mise à part, Rembrandt contre Munch.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      J’ai détecté le doublon, mais je trouvais ce deuxième commentaire bien rédigé, alors je l’ai tout de même publié.
      (ce système de commentaire sera réparé après la mise à jour du site le mois prochain certainement)

  8. TGuillaume dit :

    Bonjour Pit,

    Je lis que tu insiste encore pas mal sur le matériel dans cet article et comme ça fait un moment que j’ai envie de soulever ce débat avec toi j’en profite ici.

    Pour ma part, même si je comprends tout à fais pourquoi tu insiste sur le fait de limiter nos achats de matériel lorsqu’on débute, je trouve qu’il n’est pas très motivant de ce limiter à un crayon HB et une feuille de photocopieur (pour caricaturer un peu)

    J’ai certainement tort mais j’avais quand même envie de connaître ton point de vue (et celui de mes collègues débutant et expérimentés) sur ce sujet.

    Je lis quelques bouquin et suis des cours sur internet. Au début j’ai suivi ton conseil de me limiter à un crayon HB mais très vite on se retrouve avec des exercices à la pierre noir ou avec du pastel blanc pour les lumières ect… Et là un minimum de matériel reste indispensable.

    Enfin pour en venir au carnet de croquis j’ai un petit souci avec le mien que j’aimerais soulever ici. J’ai acheté un carnet de croquis Canson 90g à spirale. Au début je dessinais sur chaque feuille avec la ferme intention de pouvoir tout garder pour suivre ma progression. Mais je me suis vite aperçu que les dessins « salissait » les autres à force de se frotter. Observer vous ce même problème? Du coup maintenant je préfère les détacher et les conserver dans un carton à dessin.

    Désolé pour ce message un peu long et j’en profite pour te dire que ton site est une merveille.

    Bonne journée à tous

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Je comprends tout à fait.
      Si tu utilises d’autres outils pour te remotiver, pourquoi pas…
      Mais parfois ça a l’effet inverse, surtout dans le cas où tu attends trop de ton outil.
      J’insiste sur ce point car je vois défiler des centaines de débutants qui ont bien souvent tous le même problème: ils donnent trop d’importance à leur matériel parce que tel ou tel artiste font des merveilles avec.
      VOilà où je veux en venir. Ce n’est pas un hasard si j’en parle. 😉

    • Elsa dit :

      Bonjour TGuillaume,

      Pour ma part, j’ai effectivement eu des soucis de « salissures », surtout avec des crayons gras… Donc, une fois rentrée à la maison, je met un fixateur dessus… invariablement. (Pas la peine de s’embêter avec des trucs chers, de la laque de base pour cheveux suffit amplement).

      Pour le reste, je suis assez d’accord avec Pit.
      De plus, je pense que si on en est à étudier les ombres et lumières avec du pastel blanc sur papier teinté, par exemple, c’est déjà qu’on n’est plus au stade « débutant », ou qu’on brûle les étapes… au choix 😉
      Après, ce n’est que mon avis.

      Artistiquement vôtre,
      A bientôt !!

    • Stéphanie dit :

      Bonjour,

      Je pense que ce que veut dire Pit, c’est que les bons outils ne font pas forcément des bons ouvriers. Quelqu’un qui n’a jamais dessiné et qui se lance ne saura pas mieux dessiner parce qu’il a tout le matériel dernier cri. Il saura mieux dessiner parce qu’il s’entraine à dessiner encore et encore.

      J’ai moi-même commis cette erreur. Pleins de beaux crayons du 5H au 8B, des estompes, gommes de toutes sortes, sanguines, fusain etc. Pour finalement ne pas utiliser une bonne partie de tout ce matériel (j’utilise en général un crayon HB, un H et un B). C’est vrai que ça fait des dépenses pour rien et que l’on apprécie pas les crayons à leur juste valeur.
      Je fais partie d’un atelier peinture/dessin et je tente de faire comprendre aux « nouveaux » qu’il ne faut pas trop investir au départ mais qu’il faut acheter au fur et à mesure des besoins.

      A bientôt.

  9. Jean dit :

    En grande forme Mister Pit! Conseils pratiques et réflexions psychopédagogiques judicieux comme d’hab. Je mets mon grain de sel: une autre manière d’utiliser les carnets modèle bouquin, c’est de dessiner à droite, en effet (pour les droitiers évidemment), et de garder la page de gauche pour des annotations, sur le moment en haut (le projet, les circonstances, des remarques diverses) et en différé en bas (en revoyant le dessin plus tard, ce qui va , ce qui ne va pas, un nouveau projet, une consigne qu’on en retire, etc.)Côté instruments graphiques, je rajouterais bien à la panoplie le stylo à bille bleu ou noir et le crayon dit télévision, rouge et bleu. Avec les deux, on s’interdit la gomme (quand je fais du dessin d’observation, mon point faible actuel c’est les proportions, je gomme, je refais, je regomme, et je laisse tomber, trop souvent). Avec le premier, on griffe le papier, ça tend vers la gravure. Avec le second, certes à retailler assez souvent, on a un gros trait un peu rustique et on peut dessiner des plans de deux couleurs différentes, ça aide à mieux saisir des volumes distincts.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Effectivement je trouve que c’est une très bonne approche que de prendre les notes sur la page de gauche.
      Et le stylo bille est un outil que j’apprécie beaucoup aussi, surtout pour sa précision et sa facilité d’utilisation.

      Merci d’avoir partagé ça avec nous.

  10. Perso, j’ai jamais pratiqué le carnet de dessin. En extérieur, je note simplement des idées mentalement, qui n’ont d’ailleurs la plupart du temps aucun rapport avec la situation réelle. D’accord, niveau entrainement, c’est pas le top!

  11. tzaud joris dit :

    j essaye de me forcer a avoir un carnet de croquis et ces pas facile carj aime tout faire et en grande partie de mon imagination donc doit etre atteint du SADI

    mais veux progresser don ton poste et genial et va m aider a me concentrer ce que je fais deja chez moi mais vais essayer d avoir un cahier de croquis ou je vais m entrainer au dessin d observation que je vient de tester avec un peut de succes

    mais comme beaucoup je suis autodidacte et j aime apprendre tellement de chose

    merci pour tes conseil et tes poste car sa m aide enormerment dans mon art

  12. Romain dit :

    Récemment, j’ai eu un gros blocage par rapport au dessin d’apprentissage. Je m’étais mis à faire principalement des dessins mélangeant observation et imagination, c’était l’exercice que je trouvais le plus intéressant. Ca et le dessin sur le vif.
    Mais assez vite je n’ai plus eu la moindre motivation. L’idée de prendre une photo comme référence par exemple, sur laquelle baser mon dessin, est devenue source de blocage. Ou même j’étais incapable de dessiner des gens sur le vif. Ca va trop vite pour la brouette qui me sert de cerveau.
    J’étais très motivé pour apprendre, et ça a duré quelques semaines comme ça, puis toute envie de continuer c’est envolée. La routine était devenue pesante. C’est peut-être de la paresse de ma part, mais j’ai laissé de côté tout mes objectifs d’apprentissage pour l’instant. En contre partie j’ai plus ou moins retrouvé l’envie de salir des feuilles de papier.
    Il se peut que dans deux mois mon discours soit complètement renversé et que je me remette à m’exercer, qui sait ? C’est peut-être comme ça que je progresse, par phase…
    Tout ça pour dire qu’un peu de SADI parfois ce n’est pas si mal. Surtout quand c’est notre envie de créer qui est en jeu.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Tu sais Romain, je crois sincèrement qu’on fonctionne un peu tous « par phases ».
      On a tous des pics de motivation, des hauts et des bas.
      Tu n’es pas seul dans ce combat, je te le garantis (et moi y compris).
      Tout ça pour te dire que ce phénomène est tout à fait normal, mais que le SADI ne fait pas forcément avancer plus la brouette.
      Ce qu’il nous faut c’est de l’émulation. Personnellement je trouve la mienne en aidant mes semblables et en partageant ce que je sais.
      Je crois que c’est à chacun de trouver ce qui le fait avancer. 🙂

  13. Virginie dit :

    Pour moi c’était pareil. Je recherchais à avoir un beau carnet à présenter dans une école d’art. Puis finalement comme je n’avais pas le budget pour cette école, je soigne moins mes carnets. J’aimerais me tenter à l’extérieur mais j’ai peur du regard des autres, mais grâce à tes astuces je crois que je vais essayer quand même.

  14. Julien dit :

    Tres bon article une fois de plus 🙂 !

    Un jour on ma dit, tu a vraiment observé une chose qu’une fois que tu la dessiné !

    Je pense que cela va beaucoup m’aider pour apprendre a dessiner les personnages.

    Merci pour ce partage Pit ^^

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      C’est vrai!
      Il n’y a qu’en dessinant qu’on peut vraiment prendre le temps d’analyser un objet (à moins d’être extrêmement observateur, et encore…)

  15. akono dit :

    merci pour cet article ki je sai m aidera a progresser .bne soirée a vous.

  16. Alethios dit :

    Merci Pit, encore un très bon article qui a un bon goût de thérapie en plus de donner et redonner l’envie de dessiner.
    Le syndrome de sacralisation du matériel est un vrai fléau, et j’en suis moi-même touché. Oh Beau carnet que je n’ose attaquer de peur de te gâcher !…
    On voudrait faire de chaque bloc un véritable Artbook, mais je vais miser sur ce « futur moi » dont tu parles et à qui je dois apprendre à faire confiance.

    P.S.: pour le petit problème de « salissures » en utilisant du crayon trop tendre, perso je mets juste une feuille ou fiche cartonnée sous la page en cours pour éviter le « transfert » de crayon sur la page du dessous. C’est la fiche qui prend tout et ça marche aussi pour le problème de « gravure » qui peut arriver avec un criterium et son effet patin à glace qui marque en-dessous si le papier n’est pas très épais… je ne sais pas si tu vois de quoi je veux parler ?

    Bref, merci encore et à bientôt ! ^__^

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      La fiche cartonnée dont tu parles est pour moi un peu trop dure.
      Enfin c’est une préférence personnelle. J’aime vraiment quand la mine s’enfonce dans le papier, ça influe beaucoup sur la qualité de mon trait.

      Merci d’être passé Thomas.
      Toujours un plaisir de te voir dans les parages. 😉

  17. Nicolas dit :

    Merci pour cet article,
    Ton article tombe bien car justement je suis en cours de réflexion pour acheter mon premier carnet à croquis.

    Je te rejoins totalement dans le choix du matériel au début. Personnellement j’ai commencé avec :
    – porte mine avec mine HB retrouvé dans ma trousse d’étudiant
    – porte bloc pour le support rigide (que j’utilise toujours en intérieur et en déplacement ^^)
    – feuille d’impression A4

    Comme toutes nouvelles pratiques (à mon avis) on n’achète pas du matériel de compétition pour le premier entrainement ^^

    Merci pour tes articles qui me remotivent à chaque fois dans ma progression.

    PS : j’adore Eurekaaa, il permet de nous lancer des défis avec des collègues dessinateurs ^^

  18. Cib dit :

    Merci pour cet article qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai l’impression de stagner. Je le savais déjà plus ou moins, mais j’en ai eu la confirmation ici. Je vais pouvoir revoir ma façon de travailler ! 🙂

  19. Katmoineau dit :

    J’avoue que mon carnet de croquis n’a rien de soigné – c’est un carnet à spirales que j’utilise beaucoup, en fait, presque exclusivement depuis que j’ai un peu repris le dessin il y a quelques mois. Le petit format et le nombre de feuilles me rassurent plutôt: ce n’est qu’un carnet de croquis, donc si c’est raté, ça ne fait rien!
    Du coup parfois, ça fait limite un peu « cahier de brouillon » ou « carnet de gribouillis »…

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      T’as tout compris Kat. 🙂
      Perso je ne vois pas l’intérêt de faire attention aux pages de son carnet, quitte à ne plus jamais dessiner de peur d’abîmer un objet qui est sensé nous faire évoluer.
      Et pareil pour les bouquins. Mes livres préférés de dessin ont été sur-utilisés: il sont sales, cornées, surlignés, avec des tâches d’infusion et autres mais au moins ça se voit que j’ai pas chômé avec. ^^

      • Katmoineau dit :

        Pour les livres en revanche, je fais très attention – j’y tiens trop! (Les pages sont déjà remplies, quoi…)

        • Photo du profil de Pit Pit dit :

          Je suis tout à fait dans l’esprit de Richard Williams pour les livres.
          Un livre trop nickel et qui sent encore l’encre n’est jamais bon signe! sauf si effectivement le propriétaire est extrêmement soigneux.
          Je vois trop de gens qui achètent leurs livres et qui les posent sur leur bibliothèque après une seule lecture.
          C’est dommage. Les livres servent à être utilisés en premier lieu, à moins d’être un collectionneur.
          Mais pour être honnête, je n’ai jamais compris le côté fétichiste et matérialiste du collectionneur. ^^’

  20. David dit :

    Au final? le carnet de croquis, c’est juste pour avoir de quoi dessiner sous la main lorsque l’envie nous prends, un sujet nous accroche une idée de fait jour. la feuille d’imprimante et le stylo c’est ce qui me permet de griffonner lorsque je tombe dans un de ces cas au boulot (c’est pas bien, mais j’ai des temps inactivité lorsque que mes instruments travail) le carnet de croquis lui me sers plus a essayer une technique(fusain,brou de noix,un crayon gras) ou lorsque que je suis en ballade ..là c’est porte mine 0.5 et comme je ne suis pas un violent sur ‘appui, c’est du 2B (c’est vrai que pour le coup on ne dessine plus que sur la page de droite…la gauche porte les reflets du dessin (*_*) enfin)
    mais te lire ça motive toujours, et le rappel aux autres pages est précieux
    Cordialement

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Tu as bien résumé!
      Oui le 2B a tendance à laisser sa marque sur la page de gauche quand le livre est fermé…et le fusain n’en parlons pas…caca bouddha.
      Et de là à fixer les dessins sur mon carnet de croquis…je n’en suis jamais arrivé là encore. Encore faudrait-il avoir du fixatif sur soi, c’est clairement un problème.

  21. Matteo dit :

    Coucou pit et merci pour cet article. Pourras-tu nous presenter un de tes carnet de croquis (en video ou sur ton site) ?

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      à l’occasion pourquoi pas.
      Enfin je rappelle que ce blog n’a pas pour but de promouvoir mon travail mais avant tout d’aider les autres.
      Surtout que je n’ai pas eu spécialement de temps pour le travail personnel ces 3 dernières années, comme je le disais sur la communauté, donc mes croquis et illustrations couleur se font rares.
      Enfin c’est la vie. :<

      • Katmoineau dit :

        Si on veut voir ton travail à toi, c’est pas pour faire ta pub, dis donc! C’est complètement égoïste, voir ce que fait le prof est quelque chose de très inspirant! 😉

        • Photo du profil de Pit Pit dit :

          haha! c’est noté 😉
          Je ferai une section spécialement dédiée à mes créations alors. Ce sera plus simple.

      • Odile dit :

        Merci Pit pour tes conseils. Tu as raison pour tout : travailler, travailler et un conseil est bien agréable pour aider les débutants

  22. florentkch dit :

    félicitation pour cet article ! j’avoue tu m’as rappeller beaucoup de choses basiques ici. Tes croquis sont très biens malgré quelques peu « stylisées » . J’ avoue que ton blog est très enrichissant pour les débutants comme pour les autres. merci de ton partage !

  23. Robin19 dit :

    Aaaaaah le dilemne entre le carnet à spirales et le carnet double page, c’est tellement ça haha ! ^^
    Personnellement je passe beaucoup plus de temps à dessiner sur carnet que des dessins finis, et j’y prends également beaucoup plus de plaisir ! En plus j’habite à la campagne donc c’est vraiment très agréable ! (quad il ne pleut pas ..)Et en plus j’ai remarqué que même si je dessine totalement d’inspiration sans lever la tête autour de moi, mes dessins sont malgré tout imprégné de l’univers dans lequel je suis et sont incommensurablement plus vivant que lorsque je suis enfermé chez moi ! Le bruit de l’eau d’une rivière, le parfum des fleurs, l’herbe fraîche … tout ça réveille nos sens et cela se ressent sur nos dessins je crois.
    C’est un bel article, une chose que je rajouterai (tu ne l’as pas dit je crois) ce serait de dessiner au bic ! Ou alors de ne surtout pas prendre de gomme, sinon on gomme et on refait encore et encore et ça n’a plus aucun sens de faire des croquis ^^

  24. Antoine dit :

    Toujours aussi bien expliqué et SURTOUT constructif ! Merci !

  25. Madame F. dit :

    Bonjour à tous,

    Merci pour cet article Pit !

    Mon carnet est au format A5 en vue paysage, je n’aime pas les spirales car j’abîme les feuilles dans mon sac (oui mon carnet de croquis est toujours dans mon sac, avec un petit carnet à idées ).
    Je dessine directement à l’encre désormais : je me trompe souvent MAIS je comprend d’autant plus d’où viennent mes erreurs, elles sont là sous mon nez je ne peux donc que les voir et les analyser, l’inconfort de ces erreurs laisse place à l’envie d’analyser et donc de progresser, l’effort prend tout son sens, le temps aussi !
    J’ai un criterium et un stylo à encre FC (pitt artist pen) du matériel pas bien cher qui fait son travail, pas de gomme. Je ne fais pour l’instant que du dessin d’observation ou en utilisant la mémoire courte. Les dessins créatifs sont réalisés chez moi car je m’y sens plus à l’aise.
    Les sujets de mes dessins sont loin d’être extraordinaires, une chaise, un banc, un mégot de cigarette, une texture, une feuille d’arbre, un bâtiment au style particulier, un tronc d’arbre (et tous les arbres sont différents ça fait de la diversité!, je regarde autour de moi et en fonction du temps dont je dispose je cherche ce que je n’ai jamais dessiné, parfois on retrouve des sujets similaires, mais c’est l’angle de vue qui est différent. En ce moment je me lance dans les voitures, c’est pas génial hein, mais ça me fait progresser énormément sur la perspective !

    Si je suis plutôt à l’aise pour dessiner dans la rue, il y a par contre un moment où je n’ose pas sortir mon carnet alors que j’en ai très envie : lorsque je suis accompagné par d’autres personnes qui ne dessinent pas, invitée chez des amis quand le repas est terminé que tout le monde discute, j’ai envie de sortir mon carnet de dessiner tout ce que j’ai sous le nez, les gens, les assiettes vides, les serviettes en papier froissées,la table, le mobilier, mais j’ai peur d’attirer l’attention sur moi en sortant mon carnet et en me mettant à dessiner, je veux le faire tranquillement, sans en parler…

    Bonne journée à tous !

  26. Ludi dit :

    Bonjour;

    Merci pour cet article, ça me remotive pour recommencer un carnet de croquis! dès que je stagne je me démoralise et du coup j’arrête de dessiner ( je ne pense pas que ce soit la meilleure technique pour progresser^^)

    Après personnellement je n’ai aucune objectivité en regardant mon travail du coup je n’arrive généralement pas à voir mes points forts ! donc faire une liste d’objectif à atteindre est très difficile quand on doit tout travailler et du coups je ne sais pas par quoi commencer?! ( je ne sais pas s’il y a d’autres personne qui ont se ressenti aussi ?)

    Dsl pour le pavé de texte ^^ bonne journée! et encore merci pour cet article!!

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Salut Ludi,

      Tu peux peut-être commencer à noter ton objectif principal:
      Que veux-tu savoir dessiner?

      Ensuite tu peux noter trois à cinq artistes que tu apprécies vraiment dans ce domaine, et collecter cinq images qui représentent bien le niveau que tu voudrais atteindre (tu les gardes dans un dossier sur ton bureau, et tu essaies de les étudier de temps à autres).

      Après, si tu es vraiment une grande débutante, il va falloir bosser les bases du dessin, pas le choix! c’est la case départ pour tout le monde. Donc apprendre la perspective, apprendre à dessiner des objets et des formes simples dans un premier temps.
      Et plus tu pratiqueras, plus tu pourras dessiner des choses complexes jusqu’à te rapprocher petit à petit de ce à quoi tu aspires.
      Entre temps tes goûts auront changé bien évidemment, donc il faut remplir ton dossier d’images avec des dessins « à jour » qui révèlent tes nouvelles inspirations.

  27. Daniel dit :

    Slt, chui emporté par l’envie de devenir dessinateur,et bâh là j’arrive toujours pas a bien m’en sortir au niveau de dessiner une jungle par exemple!Chepa si vous pouvez me pretez une astuce.
    Bref chui ravie de ce que vous fait bravo vous ête le meilleur! 😉

  28. celine dit :

    Bonjour 🙂 je trouve cet article super intéressant et de même pour ce site 🙂 en ce moment j’étais justement en manque d’inspiration… disons que je fais partie de ces jeunes qui dessinent que ce qu’ils savent dessiner car souvent on se dit je ne sais pas faire alors ça ne sert a rien. Je me suis rendue compte que dessiner que ce que l’on sait faire est ennuyeux et cet article me la en plus confirmer. Ça m’a redonner du pepse et j’ai décider de me lancer dans d’autre sujets 🙂

  29. Nono dit :

    j’adore tout tes articles! ils me donnent envie de prendre un crayon et de gribouiller de partout! ça me donne vraiment envie de me remettre à dessiner! 😀
    merci pour ta patience !

  30. Drekahn dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article. J’étais justement en blocage aujourd’hui dans le train avec mon bloc canson A5. S’il n’y a personne, je cherche à dessiner principalement des visages ou note des idées. (dernièrement une idée d’un album bd)

    Mais quand il y a du monde et que l’on débute, on peut bloquer facilement. En plus, ce n’est pas évident avec les vibrations, ca bouge tout le temps 🙂

  31. leticee dit :

    merci pour ces conseils, je trouve que j’ai progressé sans meme toucher un crayon mais juste avec quelques précieuses lignes.merci

  32. Elodie dit :

    Merci de faire un blog comme celui-ci!!!!!

  33. Pierre-Marc dit :

    Bonjour Pit, je suis très reconnaissant pour tous les conseils que tu prodigues sur ton blog et je me plais à me reconnaître dans la peau du « lis-tout sans jamais pratiquer » 🙂

    Je suis amateur et perfectionniste (oui je sais ce n’est pas recommandé) et tu as raison de dire que je puisse être abasourdi de voir des pages soignées du carnet de professionnels (et de toi aussi 🙂 ) si on ne sait pas que tout le travail n’est pas présenté et que seul le produit final a été recopié et sans faute.

    Dans mon carnet, mes dessins sont gommés et à côté de leurs ébauches, donc c’est déroutant de voir ça la 1re fois.

    Voilà ma question : Me conseillerais-tu de recopier un dessin tâché pour le débarasser de ses saletés et en faire une version finale ou tout simplement pour le disposer mieux sur une autre feuille au besoin?

    Merci beaucoup!

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Le mieux est de refaire son dessin au propre si le croquis est vraiment « sale », surtout si tu veux en faire une illustration à peu près finie.

  34. Sooruz dit :

    Salut Pit ! Très bon article comme d’habitude !

    J’aimerai te faire pars de mon petit « soucis » en tant que dessinateur .

    Je suis arrivé au stade de pouvoir à peu près recopier une photo / un dessin / en peinture à la casi perfection . Je fais beaucoup de dessin hyperréaliste , plongez des heures dans de petit détails est vraiment un grand kiff pour moi .
    Mais quand il s’agit de dessiner d’imagination , le simple papillon est une vrais torture !
    C’est vraiment très frustant de pouvoir réalisé un portrait en hyperréaliste et de tremblé quand on me demande de dessiner un papillon de tête o_o

    Mon but est de savoir dessiner TOUT de tête , dans tout les sens , déformé tout se que j’ai envie .

    Mais à vrais dire je ne sais pas quel exercice pratiqué régulièrement pour ca . Ou s’il faut juste dessiner un peu de tout et que ca vient tout seul avec le temps .

    J’ai commencer depuis 1 semaine un exercice assez simple et j’aimerai avoir ton avis la dessus .
    Le concept est simple : Pour apprendre à faire un papillon , je tape « butterfly » sur internet , je me fais une liste de photo , j’essaye d’apprendre les structures et j’en dessine pendant des heures jusqu’à pouvoir en reproduire de tête .
    J’ai donc noté sur une grande liste tout se que je pouvais dessiner , et donc de reproduire comme avec le papillon , le même exercice .

    A vrais dire , l’exercice en lui même me dérange pas s’il s’agit d’apprendre . ( Je suis vraiment près à tout ) , mais j’ai peur d’oublier se que j’ai dessiné .

    Que pense tu TOI de cette exercice ?

    Et aurais tu des exercices a me conseiller ?

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Salut,
      Avant de dessiner d’imagination, il faut apprendre à dessiner de mémoire.
      Ce que tu fais est déjà bien, mais comme tu le sais, la mémoire va et vient.
      C’est pour cette raison que si tu veux te spécialiser dans un domaine, commence à appliquer ton « exercice du papillon » sur d’autres objets que tu veux vraiment maitriser.

      En général si tu comprends la forme et la mécanique de ce que tu dessines, tu auras des facilités à le recréer d’imagination.
      Si c’est un personnage, il te faudra faire de nombreux dessins d’observation puis d’inspiration, avant de commencer à dessiner d’imagination (car c’est l’étape finale de tout bon dessinateur).
      Seule la pratique et la régularité te permettront de maitriser tout ça.

      • Idea dit :

        Si ça peux aider pour ma part je différentie la partie copie de la partie création, comme ça semble être le cas de sooruz qui dois être un excellent copiste (et j’en connais) malheureusement lorsqu’il sagit de créer c’est mort.

        Le plus simple c’est souvent de simplifier les formes, difficile pour ceux qui désirent réaliser des œuvres réalistes car ils se focalisent sur les détails et non sur la structure d’une oeuvre.

        Pour faire simple il n’est pas nécessaire d’apprendre par cœur les emplacements des grains de beauté sur chaque visage, tu peux simplement en ajouter au fur et à mesure de tes besoins. Mais tu aura besoins de la forme extérieur du visage et de savoir comment positionner des ombres et les divers éléments (nez, yeux, oreilles…).

        Ensuite la réalisation de l’oeuvre finale peut être cubiste, de la bd, du réalisme… ça c’est plus du détail.

        Moi je serais toi j’étudierai le guide de la perspective de pitt c’est un bon départ ;-).

        Ensuite pour faire des œuvres réalistes d’imagination j’essaierai de faire des manga ou de la BD traditionnelle pour m’obliger à m’écarter du réalisme pour mieux l’appréhender et le démystifier.

        Autre formulation on peux aussi dire que faire une bonne mise au carreau n’a rien à voir avec un bon dessin sans quadrillage ;-).

        Heureusement l’entrainement aide et pour être un bon dessinateur il faut dessiner alors exite le réalisme qui n’est qu’une mise en forme finale et essayes d’approcher les formes et les couleurs qui t’aideront vraiment à obtenir un dessin réaliste d’imagination.

        Faire une liste d’objets c’est pas utile ce qui compte c’est d’être capable de décomposer n’importe quel objet en formes simples que tu peux ensuite manipuler à ta guise.


        Le dessin n’est qu’une illusion.

        • Sooruz dit :

          Super ! Merci à vous deux pour vos réponses ! 🙂

          J’ai pris en compte de vos conseil !

  35. Liza dit :

    Un article qui m’a donné envie de commencer un carnet de croquis (il y a presque 2 ans), en plus je dessinais un peu partout sur mes cahiers de cours et je voulais concentrer mes dessins sur un seul support. Au début, j’ai eu un peu de mal avec le format mais maintenant, je ne peux plus me passer du carnet ! Dessins d’observation, d’imagination, instinctif… j’essaye de toucher à tout maintenant (avant je faisais surtout sur le dessin d’imagination) : pas peur de « salir » les pages ou de rater, d’autant plus que je ne peux pas effacer les dessins moins réussis car j’utilise de l’encre et de l’aquarelle. Aussi, je suis contente de voir que les pages sont bien remplies, plus variées, brouillonnes presque vivantes (contrairement à un de mes amis qui a son carnet tout beau mais finalement assez « vide ») Bref, merci pour cet article car il m’a permis de sortir de ma zone de confort, même s’il me reste beaucoup de progrès à faire.

  36. Chris dit :

    Question format, j’utilise des albums à croquis en A4 ce qui me laisse d’avantage de souplesse qu’avec le A5 sur lequel j’ai commencé.

    Niveau prix ça reste abordable, autour de 5 à 10 euros les 50 feuilles.

    Ce qui permet de faire des croquis rapide mais aussi de rentrer dans les détails quand on désire passer un peu plus de temps sur un dessin.

  37. Urumi dit :

    Très intéressant cet article en effet.
    Moi je fais partie de celle qui dessine sur n’importe quel type de support, avec un criterium.
    J’essaie toujours d’avoir ce basique dans mon sac, avec des mines et une gomme.

    Et je conserve tous mes dessins dans un même support.

    Comme jusque là je fais des croquis simples, comme une base à un dessin plus travaillé sur ordinateur, je ne fais pas trop attention au papier. ça peut être une feuille de brouillon parfois.

    Je dessine essentiellement d’imagination et parfois je me donne de nouveau défis.
    Mais ma pratique n’est pas « structurée », elle suit mes envies, mes besoins, mes émotions.

    Là, je vais partir en voyage, le voyage de mes rêves. En te lisant, ça me donne envie de faire quelques petits dessins d’observations, sur l’instant ^^

  38. Telex dit :

    o_O Vous etes des monstres au dessin…non il faut que vous teniez tete je veux etre comme vous !

  39. bres dit :

    JE SUIS DESOLE mais j ai internet qui ne marche pas tres bien
    en encore desole
    je vous souhaite une joyeuse et BON ANNéE

  40. Photo du profil de Gwen6 Gwen6 dit :

    Merci pour tous ces articles ! J’ai arrêté de dessiner il y a près de deux ans à cause de ce « syndrome » sont vous parlez et sont je souffrais sérieusement ! Votre blog est une source d’espoir et de motivation incontestable, merci !

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      tu n’es pas la seule Gwen.
      Mais une fois qu’on sait pourquoi on abandonne, il est plus facile de s’y remettre.
      Ne jette pas l’éponge! le dessin est la plus belle forme d’expression. C’est la liberté absolue.

Laisser un commentaire

x

Déconnexion

Mot de passe

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir un lien qui vous permettra de choisir un nouveau mot de passe.

Mot de passe

Choisissez un nouveau mot de passe.


Inscription


xCUSTOM

Your custom content goes here.