-

Dessinez les ombrages comme dans Sin City! (style comics noir)

Nov 22

Salut mes artistes en herbe,

J’espère que vous allez bien. Aujourd’hui, nous allons parler de comics noir.

Je vais vous montrer comment planifier votre rendu, car ce n’est pas simple d’y arriver lorsqu’on ne comprend pas la lumière.

Mais pour commencer, prenez une feuille de bristol relativement épaisse de préférence. Pour la base, personnellement, j’utilise un critérium tout à fait classique. Pour l’encrage, j’ai opté pour un Pentel Pocket Brush.

Si vous n’avez pas ce matériel-là, ce n’est pas bien grave. Le plus important étant de savoir placer les ombres. Pour les planifier justement, j’utilise aussi un Promarker Cool Grey 1. Je vous conseille vraiment de prendre le moins puissant de tous les marqueurs que vous pouvez trouver chez vous ou sur le marché. Ainsi, on pourra planifier tout doucement l’ombre, sans que cela ne prenne trop de place visuellement.

L’avantage du Promarker est d’avoir une pointe biseautée, ce qui n’est pas le cas de tous les markers. Le pouvoir couvrant d’une telle pointe est plus important. Et justement, on veut que cela couvre vite.

Donc aujourd’hui, nous allons juste dessiner “Mr.Citrouille”, personnage que j’ai inventé en préparant ce tutoriel. En effet, je me suis rendu compte que les formes rondes étaient les plus difficiles à traiter pour obtenir ce genre de rendu.

Si vous avez suivi mon travail pendant l’Inktober 2019, vous savez maintenant que j’aime ce genre de rendu. C’est donc pour moi l’occasion de vous montrer mes petites techniques.

Bref, je débute par un genre d’ovale. Comme nous sortons de la période d’Halloween, ce sera donc une citrouille. Je la subdivise sans appuyer, pour me donner une perspective de surface.

J’y place ensuite des yeux plutôt rieurs et un grand sourire. Faisons simple, ne vous compliquez pas la tâche.

Je rajoute quelques détails, afin que cela fasse un peu plus halloween et pour pouvoir travailler le style plus tard. Je creuse aussi les yeux pour montrer la perspective.

Comme pour les yeux, je fais l’épaisseur de la bouche. Je suis la perspective qui est à 1 point de fuite.

Maintenant, je vais dessiner la queue de la citrouille, qui peut se résumer en un cylindre avec un pli. Je trace les différents replis que l’on peut voir sur les citrouilles, sans trop fignoler le dessin non plus. Je préfère que vous partiez sur des choses plutôt simples au début.

Finalement, je modifie un peu la bouche afin d’en faire sortir une bougie, comme si la citrouille était en train de la fumer. J’efface les parties cachées par la bougie dans la perspective. Cela va aussi mettre en avant certaines dents. J’obtiens alors mon dessin de base.

Je vais essayer de le rectifier un peu. Pour cela, je vais le gommer partiellement. Mais n’oubliez pas de laver votre gomme avant. Chose que j’ai oublié de faire ici. Pour ne pas trop appuyer, je la prends le plus loin possible.

Je vais maintenant redessiner par dessus. Cela me permet de modifier le design si celui-ci ne me convient pas. Mais il ne s’agit pas d’une leçon de design pour autant. Si ce n’est pas parfait, ce n’est pas un drame. Ce que l’on veut, c’est obtenir un dessin propre et suffisamment expressif, pour pouvoir y ajouter des détails. Par exemple, je complexifie la bougie.

À noter que j’appuie davantage sur mes traits maintenant.

Je trace à nouveau les replis de la citrouille qui permettent de la mettre en valeur. Ils serviront pour l’encrage.

Comme la citrouille est relativement ovale, cela nous permettra de travailler les ombrages dans tous les angles.

Maintenant, il faut se décider sur une direction de la lumière. Ce que j’aime faire avec mes élèves, c’est une lumière de face.

Aidez-vous de votre crayon pour comprendre d’où vient la lumière. L’ellipse que l’on retrouve au bout du crayon indique la direction de la lumière.

Voici donc avec mon stylo comment sera orientée la lumière par rapport à la citrouille. Sur la droite, selon un angle d’environ 45°. C’est un cas classique.

Pour ne pas l’oublier, je vais dessiner l’orientation de la lumière sur la feuille. Ceux qui connaissent le blog et la chaîne YouTube en ont l’habitude. Tout d’abord une droite pour la direction, ensuite, l’ellipse; faites-la plutôt plate mais grosse, afin de garder de la visibilité. Je dessine ensuite ma flèche en 3D.

Dans une autre vidéo, j’ai déjà expliqué comment dessiner les ombres de forme. Sur mon blog, il y a aussi 3 articles qui traitent du sujet.

Trouvant l’angle de départ de la lumière trop de face, je le modifie. J’obtiens alors la position visible dans l’illustration suivante, une lumière qui vient plus de côté.

Je préfère ce nouvel angle pour la lumière, car j’aimerais que le terminator de la forme globale finisse au niveau de l’oeil, à gauche de l’illustration (ou l’oeil droit de la citrouille). Cela nous permettra de jouer avec les ombres sur la partie de droite.

Je prends maintenant mon Promarker pour débuter l’ombrage. Donc en plus d’avoir une capacité couvrante plus importante, ce Promarker peut servir les vignettes. A ce propos, que l’on soit bien d’accord, notre dessin ici, n’est pas une vignette. La vignette ne devrait pas être plus grande que la paume de la main. Elle vous sera utile pour placer vos objets, trouver la perspective et la direction de la lumière.

Bref, je vais aller à l’essentiel, car nous n’avons que la citrouille à traiter.

Donc, je repère le terminator (je vous renvoie vers mes anciennes vidéos et anciens articles qui traitent de cette notion) et je remplis du côté de la face cachée.

Regardez comme le terminator s’adapte sur la queue de la citrouille, en fonction de son orientation. La queue est une continuité de cylindres et le terminator suit.

Si vous avez du mal à vous y retrouver, faites un test sphère en prenant la même source de lumière. En partant du milieu de la sphère, vous devez reporter l’ellipse de la flèche (symbolisant la direction de la lumière, encore une fois). Vous devez reprendre l’angle et la largeur de l’ellipse.

Cela vous donne le terminator du test-sphère. Cet exercice est important, car il se révèle très utile pour les formes rondes mais aussi pour les formes planes. En effet, une sphère est une succession d’une multitude de plans.

Par exemple, le plan que l’on retrouve dans l’oeil droit de la citrouille. Ce plan n’est pas perpendiculaire à la lumière, je dois donc trouver son angulation par rapport à la lumière. Et cet angle se trouve sur l’une des mini-faces du test-sphère.

Ce plan est légèrement incliné vers l’avant. Donc d’après mon test-sphère, j’estime que ce plan va se retrouver à la limite entre l’ombre et la lumière. Et comme il est dans la zone du terminator, il faut que je décide si ce plan est plus dans la lumière que dans l’ombre. C’est l’un ou l’autre. On n’est pas dans le cas de la queue, qui est une forme tournant dans l’espace.

Personnellement, je vais laisser ce plan en blanc, car l’éclairage vient du dessus et le plan est tourné vers l’avant. Par contre, l’autre plan de ce même oeil sera rempli au Promarker. L’intérieur de l’oeil (comme la bouche) sera sombre car il n’y a pas de bougie à l’intérieur.

Je procède de la même manière pour l’autre oeil.

Passons à la bougie. Sur un tel cylindre, il est parfois difficile de trouver le terminator. La bougie a presque la même direction que la lumière. Le terminator devrait être alors relativement haut sur la bougie. Toujours pour rester simple, je ne tiens pas compte de la radiosité (c’est-à-dire de la lumière qui rebondit normalement dans toutes les directions).

Par contre, il ne faut pas oublier l’ombre portée de la bougie sur la citrouille; une ombre qui va être déformée par les courbes de la citrouille. Cela reste une approximation, car sur les formes concaves, il est compliqué de projeter une ombre de “manière mathématique”. Après, c’est vous l’artiste. Il est bon d’avoir des connaissances sur les ombres portées mais on doit aussi passer parfois par de l’approximation.

Globalement, cette citrouille est un gros ovale. Donc avant de s’intéresser aux replis, il faut d’abord la regarder dans la totalité.

Je pense que le repli où se situera le terminator est celui dans lequel on retrouve l’oeil droit de la citrouille. Ce sera un repli charnière. Ensuite, si on considère que le repli est plat, on placera le terminator d’une manière différente.

Cela ne me semble pas trop mal. Peut-être un peu trop de lumière sur le dessus. Mais ce n’est pas bien grave, car avec le Promarker, on peut faire des erreurs, étant donné qu’à la fin on va reprendre le pinceau (Pintel ou autre). Optez pour de l’encre noire.

Mais en attendant, je continue de travailler avec mon Promarker. Et plus je me rapproche de la lumière et moins l’ombre sera grande. Concernant l’une des facettes dans l’ombre de la citrouille, je ne l’ai pas entièrement recouverte.

Je détermine cela encore une fois grâce au test sphère. Cette zone blanche est une succession de petites facettes qui tournent dans l’espace. Il faut les visualiser, sinon on risque de se tromper. Essayez de voir comment les facettes tournent dans l’espace et comment elles sont orientées vers la lumière. Et donc ce repli est en partie tourné vers la lumière, en haut et de côté sur le test-sphère.

Travaillez votre vision 3D, cela vous aidera pour placer les ombres, dans tous vos dessins, que ce soit pour du réalisme ou du Manga. Dans ce dernier cas, les ombres sont souvent tranchées et dans les mangas modernes, on ne retrouve que deux valeurs; notamment pour des raisons de rapidité de travail.

J’ai dessiné rapidement une ombre portée, juste histoire de montrer qu’il y a un sol. Vous aurez aussi remarqué que je n’ai pas tenu compte de la lumière générée par la bougie. Si elle avait été la seule source de lumière, il aurait fallu réfléchir en mode source locale. Là, j’ai pris le soleil comme source principale et majoritaire.

Cela aurait pu être un défi de prendre en compte la bougie mais c’est un peu plus compliqué. Pour les débutants, il est déjà difficile de voir dans l’espace comment les ombres réagissent avec une source unidirectionnelle comme le soleil. Avec une source locale comme la bougie, elles ne vont pas réagir de la même façon. Faites l’expérience: Allumez une bougie et vous verrez.

N’hésitez pas non plus à vous aider de références photos. Même moi avec mes années d’expérience, je ne suis pas à l’abri d’une erreur. Ce que l’on veut, c’est se rapprocher le plus possible de la réalité, car si vous créez une BD en N&B et que le lecteur se retrouve à ne voir que vos erreurs de dessin, il faudra alors diminuer la quantité de détails et tenter de les simplifier.

Personnellement, lorsque j’ai besoin de références, j’analyse la photo et je regarde ce dont j’ai besoin, puis je dessine sans plus regarder la référence. Car on peut passer toute une vie à dessiner d’observation, à faire de la copie bête et méchante sans jamais progresser.

Passons à l’encrage.

Il faut faire attention à la manière de remplir le dessin. On risque effectivement de masquer les formes de la citrouille. Donc à certains moments, je vais “tricher”.

Pour la queue par exemple, je recouvre une zone en particulier mais sans travailler la texture. Et dans les zones qui vont être difficiles à lire selon mon ressenti, je vais les renforcer en créant un trait blanc.

Ce genre de manipulation va me permettre de me sortir de situations dans lesquelles tout est noir, y compris le fond. Dans le cas de notre citrouille, au niveau du légume et du sol, je laisserai un liseré blanc. Je fais un pseudo contour.

Pour la bougie, je me sers des petits détails pour m’aider. D’ailleurs, j’ai oublié l’ombre portée de la coulée de cire… Tant pis.

Si vous utilisez un pinceau comme moi, allez doucement sur les contours car la pointe du pinceau n’est pas ce qu’il y a de plus précis. Elle a tendance à s’aplatir rapidement et on ne sent pas forcément ce qu’il se passe sous le doigt.

D’ailleurs, il est préférable d’encrer en premier les parties de gauche si vous êtes droitier. Mais vu que je ne suis pas bien concentré, je n’ai évidemment pas respecté ce principe. Je n’ai pas non plus conservé les petits détails de la bougie, alors que c’était ma volonté au départ. J’ai également noirci une dent qui devait rester blanche. Tant pis pour moi.

Pensez à bien laisser des liserés blancs à la limite des formes, des objets, pour qu’ils se démarquent. Ici, sur le bord de chaque repli, je vais laisser un liseré blanc. Cela permettra, encore une fois, de démarquer les replis; comme s’il y avait une lumière venant de derrière, une rim light (lumière de contour), très utilisée en photographie. Prenez la même épaisseur de liseré pour chaque repli.

Avant de recouvrir trop vite certaines parties, demandez-vous si vous devez mettre en valeur la partie extérieure de l’objet. Pour ce genre d’image, vous devrez résoudre les problématiques au fur et à mesure. Vous vous sentirez probablement perdus par moment. C’est normal. Mais c’est à force de travail, comme d’habitude, que vous allez progresser.

Et comme vous avez pu le constater, j’ai moi aussi des doutes sur ce que je fais. Bon, ce n’est pas mon meilleur dessin mais cela reste lisible et pour un tutoriel, c’est suffisant; en temps normal, je prendrais bien plus mon temps.

Donc vous aussi, prenez votre temps, réfléchissez à vos traits et ne vous contentez pas de copier uniquement ce que je fais. Vous pouvez aussi très bien commencer sur des formes simples comme des cylindres. On est tous souvent obstinés en matière d’art, à vouloir commencer par des choses compliquées comme des portraits.

C’est une erreur, car au final, on se pose les mauvaises questions et on se démotive. D’autant plus qu’on ne voit pas les galères et les erreurs que connaissent les artistes. Et c’est pour ça qu’il est important pour vous de me voir aussi faire des erreurs et tergiverser.

Moi ce que je veux, c’est que vous soyez des conquérants du dessin et que vous n’ayez plus peur. Car au final, vous ne risquez pas votre vie en dessinant et en apprenant des choses nouvelles. Le pire, c’est que certains méprisent vos créations? Et après ? Est-ce bien grave? Nous sommes là pour apprendre et cela ne se fait pas en deux secondes.

C’est petit à petit que cela se fait, mais sans sauter d’étapes. En dessin, on ne saute pas d’étapes. On commence par les bases.

Après, c’est bien si vous avez déjà un petit coup de crayon et que vous savez très bien copier certains dessins, Disney par exemple. Cela va vous servir mais plus dans la qualité du trait qu’autre chose.

En effet, si vous voulez faire votre propre BD, avec des plans bien soignés, savoir uniquement copier ne vous sera pas utile. Autant être honnête avec vous.

J’apporte quelques petites retouches.

Maintenant, je peux travailler la texture. Je sors mon crayon Pigma Micron 03. Il faut comprendre qu’avec ce type d’éclairage, les détails vont se retrouver au pourtour du terminator. Tout dépendra des aspérités. En effet, le terminator, c’est l’endroit où la lumière arrive tangentiellement à la surface. Sauf qu’avec les aspérités à la surface, la lumière qui vient de côté ici, va éclairer une partie de l’aspérité tout en laissant l’autre dans la pénombre.

Donc, visuellement, on se rend compte qu’il se passe quelque chose. Il est ainsi possible de travailler cela au pourtour du terminator, en posant de petites formes arrondies ou même des ombres portées. L’idée est de ne pas laisser cette ligne droite, de “casser le terminator”.

Et plus on va vers la partie éclairée et plus les détails vont être petits. Mais il n’est pas nécessaire d’en faire énormément pour montrer qu’il y a une texture. Ces détails doivent être similaires sans être identiques pour autant. Sinon cela ne va pas sembler naturel.

J’en profite à ce stade pour retravailler certaines zones. Faites de même si quelque chose ne vous convient pas. N’attendez pas que la communauté vous dise si oui ou non c’est bien. En effet, la plupart des gens ne vous diront pas franchement ce qu’ils pensent de vos dessins.

De même que le plus souvent, les gens attendent uniquement des retours positifs sur leur création et ne veulent pas se remettre en question. Pourtant, il y a toujours quelque chose à dire sur un dessin, y compris les miens, bien entendu.

Personnellement, j’adore les critiques. Bien évidemment cela n’a pas toujours été le cas. Mais j’ai tellement appris avec les critiques que cela m’a permis de faire du dessin mon métier. Les critiques font grandir. Il faut le comprendre.

Et c’est pour cela que sur Facebook et sur le forum, les habitués de mon blog peuvent se critiquer. Bien évidemment de manière constructive. Soyez positif dans la critique et vous serez positif avec vous-même.

Ce tutoriel est à présent terminé. J’espère que cela vous a plu et je vous retrouve pour d’autres tutos prochainement. J’évoquerai notamment l’encrage à la plume.

@ + mes artistes en herbe,
-Pit

Suivre

A propos de l'auteur

Pit Graf, créateur du blog Apprendre-a-dessiner, ancien kinésithérapeute recyclé en prof de dessin: il a juré fidélité à ses lecteurs et ses élèves pour la vie (jusqu'à ce que la mort les sépare).

>

Déconnexion

Mot de passe

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir un lien qui vous permettra de choisir un nouveau mot de passe.

Mot de passe

Choisissez un nouveau mot de passe.


Inscription


xCUSTOM

Your custom content goes here.

arrow-down