Dans le futur, nous essaierons de récolter des avis sur les cours de dessin donnés dans cette école dont le programme vous est présenté dans cette fiche.

Les origines de l’École Nationale Supérieure d'Art et de Design de Nancy remontent  à 1702, avec l’École de peinture et de sculpture instituée par Léopold 1er, Duc de Lorraine. Quelques années plus tard, Stanislas, lui aussi Duc de Lorraine, a fait rénover l’école.  L’académie a dû fermer ses portes durant la révolution, avant de partiellement réouvrir, se rapprochant du musée de Nancy jusqu’en 1870. 

Durant cette période et jusqu’en 1882, l’école a changé par deux fois de statut, tout d'abord école communale en 1846, puis municipale et régionale en 1882. Elle a continué son évolution en 1909 en occupant des nouveaux locaux et en obtenant le statut d’École régionale des beaux-arts et des arts appliqués (formation en art et en architecture). Pendant près de vingt ans (jusqu’en 1940), elle a développé sa notoriété et acquis une reconnaissance mondiale. Après la guerre, le statut national lui est attribué, et elle passe sous la responsabilité de l'État, devenant ainsi l’une des écoles nationales supérieures d’art et de design du ministère de la Culture. Influente et solidaire, l’école s’implique sérieusement dans la création de l’École d’art de Metz (1951) puis d’Épinal (1966).

Avec son expérience,  l’École est choisie en 1984 par le ministère de la Culture, comme établissement pilote, pour expérimenter une nouvelle maquette pédagogique. C'est ce qui deviendra par la suite le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP).

L'École mise sur un projet d’avenir : un enseignement et une recherche inter-et-trans-disciplinaires de matières souvent encore distantes les unes des autres à savoir les arts, les sciences et le management. Ainsi, en 1999, l'école s’engage dans ARTEM, l'alliance pluridisciplinaire et interuniversitaire unissant trois grandes écoles nancéiennes, afin de développer une pédagogie et des projets communs : l'École nationale supérieure d'art et de design de Nancy donc pour l'art, ICN Business School pour le management, et Mines Nancy pour la technologie. Et le 12 octobre 2013, la première pierre de la future École nationale supérieure d'art de Nancy a été posée. 

Depuis la rentrée 2016-2017, l’ENSAD Nancy est donc installée dans ses nouveaux locaux, un bâtiment neuf de 8 200 m2 sur le campus Artem. Ainsi, pour respecter sa logique, l’établissement propose aujourd'hui des formations ouvertes sur le monde et ses mutations, avec une approche croisée de la création et de l’interdisciplinarité. Les diplômes préparés sont le DNA et le DNSEP, orientant les étudiants vers les métiers et les pratiques de l’art, de la communication et du design.

L’école accueille aussi deux programmes de formation en post-master et de recherche : l’École Offshore, basée à Shanghai et l’ANRT (Atelier National de Recherche Typographique) qui accompagne des doctorants. En collaboration avec l’école des Mines de Nancy, l’Alliance Artem, l’InSIC Saint-Dié-des-Vosges (Institut supérieur d’ingénierie de la conception), l’ENSGSI (École nationale supérieure en génie des systèmes et de l’innovation) et l’ENSA Nancy (École nationale supérieure d’architecture), l’ENSAD Nancy propose également un double diplôme : Master Design, parcours «Design et matériaux».

L’école dispose de seize ateliers proposant des équipements techniques diversifiés, des pratiques manuelles, du matériel traditionnel, mais aussi des pratiques numériques et contemporaines. Ces 16 ateliers ont pour objectif de permettre l’acquisition de techniques, de développer l’expérimentation et la mise en œuvre des projets plastiques des étudiants : 

  • dessin,
  • peinture grand format,
  • volume, modelage et sculpture (terre, plâtre, résine, bois, métal, et plastique),
  • céramique,
  • CAO 3D (atelier doté de stations PC et Mac sous AutoCAD, 3D Studio et Lightwave, couplées à des machines de prototypage et des imprimantes 3D),
  • impression (gravure, lithographie, sérigraphie, typographie, publication assistée par ordinateur (PAO), édition numérique),
  • photographie (studio de prise de vue) argentique (laboratoire de traitement des films noir et blanc) et numérique (stations de traitement, traceur),
  • vidéo (studio de tournage et bancs de montage, studio son),
  • multimédia, interactivité, jeux vidéo ...


Depuis 2017, l’école a vu sa bibliothèque rejoindre la médiathèque Artem. Dès lors, les fonds de l’ENSAD Nancy, de Mines Nancy et d’ICN Business School ont été réunis. La collection s’est donc enrichie tout en s’actualisant de manière continue. On retrouve plus de 15000 ouvrages et 46 abonnements à des revues françaises et internationales. Cela fait de cette médiathèque un outil répondant aux besoins des étudiants, qui peuvent aussi trouver là des animations culturelles et scientifiques.

Pour enrichir ses formations, L’ENSAD compte sur son corps enseignant composé d’artistes, d’auteurs, de graphistes, de designers, de chercheurs, d’historiens, mais aussi de critiques d’art, de chefs d’ateliers et de techniciens spécialisés. Ces enseignants sont aussi appuyés par des professionnels extérieurs, invités à mener des workshops ou à intervenir lors de séminaires ou de modules professionnels organisés par les trois départements de l’école : art, communication et design.

 

ART

Cette option s’inscrit dans la logique d’une formation ayant un vaste champ de pratiques et de techniques artistiques et théoriques. Effectivement, les étudiants vont passer de la pratique du dessin, de la peinture, de la photographie … à l’étude de l’histoire de l’art et de son actualité, la philosophie, l’esthétique ou le cinéma. C’est aussi une initiation à la recherche par la création et sur la création.La pédagogie mise sur les projets de groupes et les collaborations diverses à l’intérieur et à l’extérieur du champ de l’art. Les étudiants participeront à la conception et à la réalisation de projets concrets, avec les partenaires présents dans la Grande Région, ainsi qu’avec l’Alliance Artem et l’École Offshore à Shanghai. D’ailleurs, ceux de 4e année pourront passer un semestre dans cette école de Shanghai.

Par le biais des ateliers, des cours ou des workshops, mais aussi des expositions et des projets extérieurs, le but est de favoriser et d’encourager les situations de travail, de suivi et d’évaluation. En effet, ces moments engagent le collectif et les collaborations. Ils permettent d’obtenir des attitudes de solidarité et de coopération, au détriment de la concurrence et de la compétition.

 

Communication

L’option Communication veut former les designers graphiques et les « communicants » de demain: Des professionnels soucieux de bien prendre en considération l’ensemble des composants d’un écosystème, qu’il soit artistique, graphique ou informationnel. Et que cela soit sous forme d’une publication papier ou numérique, d’un projet photographique, vidéographique, scénographique, signalétique, ou encore d’images ou de textes.

Cette option Communication se destine à tous les étudiants de base et spécialement à tous ceux qui pensent avoir des choses à dire, des messages à faire passer.

 

Design

L’option Design s’adresse à celles et ceux qui souhaitent devenir des créateurs et des concepteurs d’espaces, ou encore des scénographes. Cette formation se destine à ces professionnels qui seront amenés à diriger des projets de design au sein d’équipes pluridisciplinaires. 

Et pour en arriver là, les étudiants se verront proposer des projets concrets, à la complexité croissante.

Tel qu’il est enseigné dans cet établissement, le Design va parcourir de nombreux domaines : 

  • le design de lumière,
  • le design d’objet,
  • le design du care,
  • le design médical,
  • le design de service,
  • le design d’espace,
  • le design des politiques publiques,
  • le design fictionnel,
  • le design d’interfaces ...

 

Les étudiants sont initiés à la recherche dès le premier cycle, par le biais de colloques, de séminaires et des projets menés avec divers partenaires venant des milieux publics et privés, associatifs ou universitaires, et des métiers d’art. Lors du deuxième cycle, ils peuvent suivre un double cursus, pour obtenir le DNSEP de l’ENSAD Nancy et le Master Design de l’Université de Lorraine. Ils ont alors accès à l’un de ses cinq parcours, le « Parcours design et matériaux » piloté par l’ENSAD Nancy en lien avec Mines Nancy, l’InSIC Saint-Dié, l’ENSGSI et l’ENSA Nancy, comme expliqué un peu plus haut.

 

Déroulement des études

La première année, commune à tous les étudiants, leur permet traditionnellement  de découvrir la théorie et la pratique. Pour les aider  à se prononcer sur leur orientation,  pour la suite de leur cursus, des modules de spécialisation sont proposés.

Le premier cycle commence véritablement en deuxième année et  s’étale sur les semestres 3 à 6. Il permet un renforcement des enseignements fondamentaux et l’approfondissement de l’option choisie. Le débat critique et la confrontation à divers concepts artistiques permettent l’apprentissage approfondi des différents médiums. En fin de troisième année (semestre 6), les étudiants passent le Diplôme national d’art (DNA) devant un jury. Ils doivent démontrer l’étendue des compétences acquises dans l’apprentissage du regard et la pensée des formes. Une fois le DNA acquis, ils peuvent mettre un terme à leurs études, ou opter pour la poursuite de leur cursus à l’ENSAD Nancy ou ailleurs; en France comme à l’étranger.

S’ils décident de continuer leur cursus, ils commencent alors leur deuxième cycle, qui s’étale sur les semestres 7 à 10. Ils  entrent alors dans une phase d’autonomie et de recherche. Les enseignants assurent un accompagnement plus personnalisé ; le but étant de permettre à chaque étudiant de développer son propre niveau de recherche plastique.

Durant le semestre 7, les étudiants intègrent un atelier de recherche et de création (ARC) (ou Atelier Artem) transversal et transdisciplinaire, tout en élaborant leur propre projet et en assurant sa structuration. Au sein de l’Alliance Artem, une vingtaine d’ateliers leur sont ouverts. Ce semestre coïncide aussi avec la période des séminaires de recherche et de l’élaboration du mémoire.

Dans le même temps, l’école les encourage à se confronter aux différentes réalités des milieux professionnels, tant dans leurs aspects pratiques qu’au niveau de leurs implications sociales ou éthiques. Au semestre 8, ils devront aussi réaliser à l’étranger un séjour d’études, des stages professionnels ou les deux.

Durant le neuvième semestre, les étudiants sont encore impliqués dans un ARC (ou Atelier Artem), et doivent arriver à conclure le développement de leur projet personnel de recherche. Enfin, le dixième semestre se destine à la finalisation de ce projet personnel, et se conclut par le passage du DNSEP devant un jury, avec comme épreuves la soutenance du mémoire, puis du projet plastique.

Un peu plus haut, nous disions que l’école accueille deux programmes de formation en post-master et de recherche dont l’École Offshore, basée à Shanghai, mégapole de plus de 20 millions d’habitants. Ce programme est conçu conjointement avec le SIVA - Shanghai Institute of Visual Art, le Rockbund Art Museum, et des écoles d’art françaises partenaires associées (École supérieure d'art de Clermont Métropole, la Villa Arson à Nice, l'école supérieure des beaux-arts de Nîmes).

En plus des recherches personnelles, ce programme comporte des séminaires, conférences, rencontres professionnelles, workshops et projets communs. Les jeunes artistes vont ainsi pouvoir confronter leurs travaux dans un cadre mondial, grâce à une immersion  dans cette mégalopole, symbole des mutations économiques et culturelles du monde contemporain.

Les étudiants diplômés de niveau master des écoles d’art européennes, ainsi que les étudiants en mobilité (en 4e année au sein des écoles d’art françaises partenaires du programme) peuvent accéder à ce programme.

Besoin de revoir les bases et de se mettre à niveau?

L'abonnement au blog est gratuit et vous pouvez vous désinscrire quand bon vous semble (heureusement d'ailleurs!) 😉

Avis sur l'école

Aucun avis pour le moment 🙁