-

Ecole supérieur d’art d’Aix en Provence

Créée en 1765 par le duc de Villars, alors gouverneur de Provence, l’École supérieure d’art d’Aix en Provence est un établissement public d’enseignement supérieur, qui forme des artistes et des professionnels en devenir dans le champ de la création. L’école délivre les deux diplômes nationaux dans l’option Art :

  • le Diplôme National d’Art option ART (DNA) qui équivaut au grade de Licence, 
  • le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique option ART (DNSEP) qui équivaut au grade de Master.

Attention, l’obtention du DNA est une condition nécessaire MAIS non suffisante à l’admission en 1e année de DNSEP. Le passage fait l’objet d’une décision de la commission d’accès en second cycle, qui  valide un projet présenté par l’étudiant.

Depuis 2014, la mention A-RT Art Temps Réel peut s’ajouter au DNSEP et venir ainsi qualifier un parcours spécifique durant la phase projet du cursus de l’étudiant (années 4 et 5).

L’École supérieure d’art d’Aix en Provence fait partie du réseau national des écoles d’art placées sous la tutelle pédagogique du ministère de la Culture et de la Communication. L’établissement développe également des partenariats avec des établissements d’enseignement supérieur en Europe et dans le monde. Cela favorise les échanges pédagogiques interculturels, ainsi que la mobilité étudiante. En 2014, L’ESAAix a renouvelé sa charte Erasmus et intégré le programme européen ERASMUS+ définissant la mobilité étudiante (séjours d’études et stages) dans le monde. D’ailleurs, dans un but d’ouverture au monde et de professionnalisation du parcours, l’école encourage les étudiants de quatrième année à connaître une expérience étrangère, et elle les aide dans l’élaboration d’un projet individuel de mobilité.

L’admission peut se faire de différentes façons : 

  • en première année par le concours d’entrée. Celui-ci est ouvert aux titulaires du baccalauréat, aux étudiants ayant engagé ou terminé des études universitaires (en France ou à l’étranger) ou, par dérogation exceptionnelle, aux candidats justifiant d’une expérience et d’un parcours professionnel. 
  • en cours de cursus, via les commissions pédagogiques ou locales d’équivalence. 
  • via Campus art / Campus France, plateforme de promotion des études d’art et d’architecture françaises à l’étranger, qui propose un site de candidature en ligne. Ce programme permet, sous certaines conditions et pré-requis, de se présenter à différents niveaux des cursus artistiques, sans concours et sans passage physique devant un jury d’équivalence. Pour plus d’informations sur Campus art... 

Attention :

  • il n’est pas obligatoire de faire une école préparatoire avant de présenter le concours d’entrée en école supérieure d’art. 
  • De plus, l’école d’art d’Aix ne s’inscrit pas dans le dispositif Parcours Sup.
  • La commission pédagogique concerne les étudiants inscrits dans une autre école supérieure d’art française, et ayant validé au moins une année.
  • La commission locale d’équivalence s’adresse aux étudiants suivant des études artistiques en France ou à l’étranger, hors écoles d’art.

Les frais de dossier s’élèvent à 21€. Ils concernent les  candidats s’inscrivant au concours d’entrée et à la commission locale d’équivalence. Les inscriptions à la commission pédagogique sont exemptées de frais.

Les frais de scolarité sont de 420€ (chiffres de 2019/2020). Les étudiants boursiers n'échappent pas aux frais d’inscription. 

Revenons aux études à proprement parler. La première année est destinée à la découverte des champs multiples de la création contemporaine. En fin de premier semestre, un bilan est réalisé, afin d’évaluer le travail de l’étudiant et de lui en faire part. En fin de deuxième semestre, un autre bilan est réalisé. Il consiste en une présentation des travaux réalisés durant l’année, et de leur phase préparatoire. L’étudiant se soumet alors à une épreuve orale, devant un artiste invité accompagné d’enseignants. Le bilan est collégial.

Après l’année “découverte”, les étudiants passent aux années dites “programme”. L’exploration des disciplines continue et petit à petit, ils vont opter pour des pratiques spécifiques, mais en ne perdant pas de vue la transdisciplinarité.

Plus précisément, la deuxième année se base sur l’apprentissage des techniques, sans oublier le projet collectif qui  occupera aussi une partie de l’année; un projet qui permet l’acquisition des outils d’aide à la création (AOC), qui développe le sens du travail de groupe et fait comprendre l’importance de la complémentarité des compétences. Ce projet fera l’objet d’une présentation publique. 

Concernant le suivi de son travail, l’étudiant fera l’objet d’un premier bilan. Il s’agit d’un contrôle collégial, permettant de mesurer le parcours engagé par l’étudiant et de lui faire part des évaluations de son travail.

Un autre bilan aura lieu en fin d’année, retraçant  ses travaux personnels ainsi que ceux issus des ateliers traversés.

Passons à la troisième année. L’étudiant ayant développé une autonomie critique, les cours de culture générale sont remplacés par des séminaires et des semaines thématiques. Cette année prépare les étudiants  à la phase projet de quatrième et cinquième années. Sont obligatoires les cours en lien avec l’unité Histoire, théorie des arts, langues étrangères, recherches personnelles. Inversement, les enseignements relevant de l’unité Méthodologie, techniques et mises en œuvre sont facultatifs. 

Un étudiant devra définir son parcours selon 2 ateliers permanents et 2 semaines de modules. Avec les coordinateurs, il signera alors un “contrat d’étude individuel”, une fois ses choix validés. Il alimentera aussi un journal de recherche, dans le cadre des enseignements théoriques.

À l’issue de la dernière année du premier cycle, l’étudiant se présente au DNA option art. L’oral dure une trentaine de minutes. Le jury de diplôme est constitué de trois membres : 

  • Deux personnalités extérieures à l’établissement, parmi lesquelles le président du jury.
  • Un enseignant de l’école parmi les deux coordinateurs de l’année.

Viennent ensuite les années de la phase projet. Ce dernier est soit personnel soit collectif. Les étudiants jouissent d’une plus grande liberté dans leurs travaux de recherche et de création. Mais durant la quatrième année, ils  sont tenus de participer à des ateliers de recherche et de création, ainsi qu’à des séminaires.

Là aussi, ils signent un “contrat individuel” avec le coordinateur. Dans ce contrat, on retrouvera obligatoirement :

  • un atelier permanent
  • deux semaines de modules

L’étudiant sera suivi par un référent qu’il se choisira. Ce tuteur l’aide notamment dans ses réflexions. Cette quatrième année insiste sur la professionnalisation : modules, stages, rencontres professionnelles et accompagnements individuels validés par des crédits ECTS. Il y aura aussi un stage de deux mois maximum, en France ou non. L’école veille à ce que les stages soient bien adaptés aux projets professionnels des élèves et les aide dans la réflexion sur leur parcours futur.

L’évaluation se réalise dans l’atelier permanent référent, et s'appuie sur un rapport envoyé aux coordonnateurs et au responsable d’atelier. Le rapport de stage est présenté au moment du bilan. Complété depuis la première année de DNA, le carnet de recherche de l’étudiant va permettre la mise en place d’un mémoire finalisé, qui peut constituer la première étape du Mémoire de cinquième année.

Enfin, la cinquième et dernière année. Avec l’accord de son directeur de recherche, l’étudiant choisit le parcours qui va le guider vers l’obtention des crédits, et à la présentation du DNSEP option art, reconnu au grade de Master. Il devra faire face à deux épreuves comprenant chacune un entretien avec un jury :

  • la soutenance d’un Mémoire d’une durée de vingt minutes.
  • la soutenance d’un travail plastique d’une durée de quarante minutes.

Le jury est nommé par le directeur de l’établissement et se compose de 5 membres :

  • un représentant de l’établissement, choisi parmi les enseignants.
  • quatre personnalités extérieures à l’établissement (dont le président du jury).

Les décisions sont prises à la majorité absolue. La voix du président est prépondérante si égalité.

Concernant les ateliers, ceux-ci sont des lieux de conception et de réalisation, liés à un ensemble de techniques. Chaque atelier permettra d’approfondir la recherche spécifique à son médium, mais aussi de réaliser des expérimentations communes. L’atelier propose un enseignement historique et théorique du médium.

Ateliers fondamentaux :

Atelier Image et Édition :

Atelier Temps-Réel :

  • Dessin
  • Peinture
  • Vidéo
  • Volume
  • Performance
  • Infographie
  • Image photographique et photo-numérique
  • Edition Papier
  • Edition numérique
  • 3D
  • Hypermedia
  • Mecatronique
  • Son

À cela s’ajoutent les enseignements théoriques : langue vivante (anglais), histoire de l’art, esthétique et histoire de l’art contemporain, philosophie, épistémologie.Sans oublier  l’organisation de semaines thématiques, le suivi du travail théorique personnel des étudiants (dossiers, mémoires) et l’intervention des enseignants théoriciens à l’activité des ateliers, aux ARC et aux autres projets pédagogiques.

Besoin de revoir les bases et de se mettre à niveau?

L'abonnement au blog est gratuit et vous pouvez vous désinscrire quand bon vous semble (heureusement d'ailleurs!) 😉

>

Déconnexion

Mot de passe

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir un lien qui vous permettra de choisir un nouveau mot de passe.

Mot de passe

Choisissez un nouveau mot de passe.


Inscription


xCUSTOM

Your custom content goes here.