#172960
Soeur Marie Illuminé du dessin
+610Contribution forum AAD
Formations: 10 / 15
Messages : 424
Inscrit : 24/03/2021

Galerie
Message privé
@Soeur_Marie

@Jfs24

Merci d’avoir pris le temps de développer longuement tout cela et de me l’avoir partagé. Après, je te dirai que je ne vois pas trop les choses comme ça. Pendant longtemps j’ai dessiné uniquement à l’instinct, et le résultat était surtout de la frustration face à mes limites techniques continuelles, qui m’empêchaient justement d’exprimer ma créativité.

Je crois qu’il ne faut pas créer de fausse dichotomie entre créativité et technique ; moi en tout cas je suis heureuse qu’un croquis du dimanche fait pour me détendre et me faire un peu rêver me fasse aussi du même coup progresser techniquement. En ce moment je suis avide de formation et de progrès technique ! (Même si toute la technique du monde ne suffira pas à faire de l’art, on est bien d’accord.)

Et je suis reconnaissante à toutes ces « bonnes fées » qui viennent à chaque fois se pencher sur mes petites réalisations et m’aider à aller plus loin, je trouve que c’est formidable. Bien sûr je garde ma liberté vis-à-vis des critiques, mais crois-moi, quand je fais une tête trop grosse à un soldat ce n’est pas parce que j’ai un superbe projet artistique à la Picasso, c’est parce que je m’y suis prise maladroitement, et si quelqu’un me le signale je trouve qu’il me rend service. J’espère de mon côté n’avoir découragé personne par mes critiques, si c’est le cas je m’en excuse car ce n’était pas le but.

Après pour ce qui est du cerveau droit et du cerveau gauche, c’est un vaste débat, il se trouve que c’est un sujet auquel je me suis intéressée de près ces dernières années. Ça serait un peu trop long de t’expliquer pourquoi là tout de suite, mais je me méfie beaucoup d’une approche « cerveau droit » qui prétend réduire au silence le gauche pour mieux libérer l’intuition. Ça peut donner de vrais désastres, au moins chez les enfants (je parle d’expérience !). La bonne manière de parvenir à la spontanéité en art, c’est… de s’être entraîné longtemps, à mon humble avis. Ça n’a rien à voir avec la personnalité artistique, qui elle demeurera, pourvu qu’on ne l’étouffe pas sous un académisme absurde. De ce point de vue je suis très à l’aise avec l’approche de Pit, qui justement est très analytique, jusqu’à présent ça me réussit bien.

Voilà voilà, tu vois que par écrit je suis une incorrigible bavarde… En toit cas n’hésite pas à repasser par ici quand le coeur t’en dira… et à critiquer 🙂 (Et puis j’aime beaucoup Modigliani, donc merci pour l’image aussi.)


@logicfun

Mais non, ta contribution était bienvenue, et tu vois que je vais dans le même sens !


@chaise_de_jardin

Merci pour ton humble opinion !

Pour le chapeau du coup j’ai vérifié, et sauf erreur de ma part il n’est pas trop grand, juste incliné différemment. Je crois que ce n’est pas trop grave ?

Pour ce qui est des sangles et du « truc » qu’il a sur le dos et que je n’identifie pas non plus (les soldats avaient toujours tout un fourbiment de choses attachées à la ceinture, et ça variait d’une armée à l’autre…), est-ce que vraiment ça changerait quelque chose de l’incliner vers le bas de 2-3 mm ? Peut-être…

Tu as raison pour les ombres ; je m’étais limitée volontairement au HB pour garder l’esprit du croquis rapide, pas trop sophistiqué, mais dans ces cas-là pour bien faire il faudrait mieux penser en termes de volumes globaux dès le départ (plisser les yeux !), pour garder une cohérence entre les zones plus claires ou plus foncées de l’image, et garder le plus foncé du HB là où il est vraiment requis. Là j’ai un peu négligé toute la partie où il ya les sangles justement, et les ombres portées au sol. (La scène se passe sous le soleil des Dardanelles, petit enfer spécial dans l’enfer global de la Grande Guerre, ce qui rend encore plus frappante la bonne humeur visible de Bobby ; soit qu’il avait bon espoir de sauver son camarade, soit que la blessure n’était rien, et qu’il se réjouissait pour lui de la bonne aubaine : une blessure = une permission !)