Les formations et le forum sont maintenant disponibles sur ce blog. Connectez-vous avec vos identifiants dessin.club -> -
Accueil ⁄ Frida Kahlo : Art et handicap, itinéraire d’une femme libre

Frida Kahlo : Art et handicap, itinéraire d’une femme libre

 

Frida Kahlo fiche artiste

6 juillet 1907 – 13 juillet 1954

Connaitre sa vie…

Frida Kahlo (de son nom complet Maria Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón…. !) est née au Mexique en juillet 1907, d’une mère mexicaine ayant des origines indiennes et d’un père allemand ayant immigré au Mexique.

Une personnalité à part, sûrement forgée par les épreuves que la vie sème sur son chemin. Et cela, dès l’enfance.

En effet, Frida souffre de poliomyélite. Cette maladie toucha sa colonne vertébrale ainsi que sa jambe droite, dès 6 ans. En plus des sobriquets que les autres enfants lui réservent, l’intégralité de sa jambe droite ne se remettra jamais.

À 16 ans, elle intègre le prestigieux et meilleur établissement du pays : Escuela Nacional Preparatoria. La société mexicaine étant alors très machiste, Frida fait partie des rares jeunes filles ayant pu intégrer cette école (moins de 50 sur 2 000 étudiants). Bien que sensible à l’art grâce à son père (celui-ci était photographe et peintre), elle s’intéresse dans un premier temps aux sciences et à la politique de son pays (comme beaucoup d’étudiants de sa génération, la révolution étant encore toute fraîche).

Frida Kahlo fiche artiste

Frida, 18 ans, au centre, habillée en costume d’homme.

Le prochain drame, et peut-être le tournant de sa vie, se produit alors qu’elle n’a que 18 ans, en 1925. Alors qu’elle rentre de l’école en bus, ce dernier sort de la route. L’accident a de terribles conséquences sur son corps : multiples fractures aux jambes, à la colonne, au bassin, aux côtes plus  son abdomen et son vagin transpercés par des débris du bus. Des douleurs à vie et des conséquences sur ses grossesses futures.

Il s’ensuit une très longue convalescence qu’elle mettra à profit. Elle est alors clouée au lit durant des mois et à plusieurs reprises, devant aussi porter des corsets. Un miroir est installé (par ses amis ou sur sa demande) au sommet de son baldaquin. C’est ainsi qu’elle commence à peindre. Près d’un tiers de ses œuvres sont effectivement des autoportraits.

Est-ce par nature, à cause des épreuves de la vie ou les deux, mais Frida Kahlo est curieuse de beaucoup de choses et rêve de liberté, de plaisir, de voyage. Elle ne veut pas avoir la même vie que la plupart des Mexicaines de son époque.

Quelques années après son terrible accident, elle rencontre celui qui deviendra son mari Diego Rivera. Ils entretiennent une relation passionnée, ponctuée par de nombreuses relations extraconjugales (comme Trotski  pour Frida tandis que Diego Rivera entretiendra une relation avec la sœur de Frida).

Si Frida Kahlo admire profondément son mari, ce dernier est lui tout autant impressionné par le talent de son épouse et cela bien avant d’être en couple. Il retient notamment la force d’expression des œuvres de Frida Kahlo et leur sincérité.

Frida Kahlo fiche artiste

Frida et son mari Diego Rivera

 

Au début des années 30, le couple quitte le Mexique pour emménager à San Francisco, Diego Rivera ayant des œuvres murales à réaliser pour différents clients. Durant cette même période, le sort s’acharnera encore sur Frida : elle subira deux fausses couches, ce qui influencera à nouveau son travail.

Frida finit par convaincre son mari de rentrer au Mexique fin 1933. Si elle admirait le développement des États-Unis, ce pays ne correspondait pas à son engagement politique. Le décès de sa mère et le mal du pays peuvent aussi expliquer ce besoin d’un retour.

En 1939, elle voyage à Paris pour l’exposition sur le Mexique. À cette occasion, elle rencontre Picasso ou encore Tanguy. Un voyage qu’elle détestera : ville, nourriture et exposition. Rien ne lui convient. Elle tient aussi des propos pour le moins « colorés » sur les intellectuels parisiens, mais aussi sur les surréalistes qu’elle juge lunatiques. Pour couronner le tout, ses œuvres ne seront pas exposées, car jugées trop crues et elle attrapera une colibacillose.

Au début des années 40, elle sera élue au Seminario de Cultura Mexicana dont le but est de permettre la diffusion de la culture du pays. Frida Kahlo assurera aussi des cours de peinture à l’académie des Beaux-Arts, mais l’état de son dos et de sa jambe droite l’oblige à remplir cette fonction depuis chez elle.

Et comme auparavant, Frida Kahlo va aller d’opération en opération, de convalescence en convalescence, de corsets en plâtre à ceux en fer. Son état de santé de dégrade de plus en plus sérieusement durant cette même décennie. Après 7 opérations du dos, elle peint de nouveau.

Moins d’un an avant sa mort, la gangrène affecte sa jambe droite qui doit être amputée. La dépression liée à cette opération remplace une partie de ses douleurs.

Le 13 juillet 1953, Frida décède, officiellement d’une pneumonie.

Néanmoins, le doute subsiste. Certains de ses écrits indiquent clairement qu’elle luttait pour ne pas sombrer dans la folie. La perte de sa jambe était la souffrance de trop pour une femme qui ne rêvait que de liberté. Toujours dans son journal, Frida a également évoqué le suicide tout en précisant qu’elle résistait à cette tentation pour son mari Diego.

Comme un ultime clin d’œil à la vie qui ne l’a pas épargnée, sa dernière œuvre s’intitulera « Viva la Vida ».

 

« La Casa Azul », maison dans laquelle Frida Kahlo a vu le jour et dans laquelle elle est décédée. Ses cendres reposent sur son lit, dans une urne qui a la forme de son visage (elle a, en effet, refusé d’être mise en terre, ayant trop souffert allongée durant son existence). C’est aujourd’hui un musée.

« La Casa Azul », maison dans laquelle Frida Kahlo a vu le jour et dans laquelle elle est décédée. Ses cendres reposent sur son lit, dans une urne qui a la forme de son visage (elle a, en effet, refusé d’être mise en terre, ayant trop souffert allongée durant son existence). C’est aujourd’hui un musée.

…Pour comprendre son œuvre

Frida Kahlo exprime son mal-être dans ses œuvres. La souffrance et la mort rôdant toute son existence autour d’elle, la peinture sera sa bouée de sauvetage, son exutoire.

 « On me présentait comme une surréaliste, mais je ne l’étais pas. Je n’ai jamais peint de rêves, j’ai peint ma réalité »

 

Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. (1932)

Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. (1932)

 

Frida représente ici sa période américaine dans une espèce de dichotomie entre tradition et modernité. Deux pays que tout semble opposer avec elle au milieu. Très attachée à son pays natal (présence du drapeau mexicain pour rappeler ce nationalisme) et bien que les États-Unis ne puissent vraiment s’accorder avec ses idées politiques, ce pays dans lequel elle va vivre pendant 4 ans représente un certain progrès social alors que son pays sort d’une révolution qui a ruiné son propre père et qu’elle souhaite voir la situation des femmes s’améliorer.

Dans la construction de cette œuvre, elle réussit à opposer différents éléments de ces deux pays : le temple contre les buldings, les couleurs chaudes contre les couleurs froides, la nature contre la ville.

Frida réalisera 143 tableaux précisément, dont 55 autoportraits. Comme on a pu le voir, certains furent réalisés pendant ses nombreuses convalescences.

 

Mes grands-parents, mes parents et moi (1936)

Mes grands-parents, mes parents et moi (1936)

En plus de la maladie et du nationalisme, la famille définit aussi Frida Kahlo. Cette œuvre raconte l’histoire de ses origines en se représentant enfant et avec juste derrière elle, ses parents. Ses grands-parents maternels étant mexicains, ils sont peints au-dessus de la terre. À l’inverse de la famille de son père d’origine allemande, représentée au-dessus de l’océan. À noter aussi la présence de sa maison « la Casa Azul »

 

Les deux Frida (1939)

Les deux Frida (1939)

 

La Frida de gauche représente celle que son mari Diego n’aime  plus, habillée à l’européenne. Son cœur est exposé, brisé. Tandis que la Frida de droite symbolise la partie de Frida qu’aime Diego. Elle est vêtue d’une robe traditionnelle et son cœur est entier.

 

La colonne brisée (1944)

La colonne brisée (1944)

Ici, Frida se représente le corps perforé de clous, la colonne vertébrale apparente. On y retrouve aussi son corset. Le désert derrière elle pouvant symboliser la solitude qu’elle a ressentie à cause de cet accident de bus, mais aussi à cause de cette souffrance physique qu’elle ne peut partager autrement qu’avec son talent.

 

Quelques œuvres supplémentaires

 

Le bus (1929)

Le bus (1929)

 

Le collier d’épines (1940)

Le collier d’épines (1940)

 

Autoportrait avec des singes (1943)

Autoportrait avec des singes (1943)

 

Viva la Vida, sa dernière création (1954)

Viva la Vida, sa dernière création (1954)

 

Anecdotes sur Frida Kahlo

  • Frida Kahlo décide de falsifier sa date de naissance de trois ans et un jour, pour correspondre à la date de la révolution mexicaine. Du 6 juillet 1907 au 7 juillet 1910
  • En 1930, elle décide changer l’orthographe de son prénom en Frieda. Il s’agit d’une référence au mot allemand Frieden (liberté), suite à la montée du nazisme en Allemagne.
  • En 2002, l’actrice mexicaine Salma Hayek joue le rôle de Frida
Salma Hayek dans Frida 2002

Salma Hayek dans Frida 2002

  • En 2010, un billet de 500 pesos a été mis en circulation. On peut y voir d’un côté Frida et de l’autre son mari Diego.
Billet 500 pesos recto

Billet 500 pesos recto

Billet 500 pesos verso

Billet 500 pesos verso

 

Télécharger la fiche (format PDF)

x

Déconnexion

Mot de passe

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir un lien qui vous permettra de choisir un nouveau mot de passe.

Mot de passe

Choisissez un nouveau mot de passe.


Inscription


xCUSTOM

Your custom content goes here.