“Libérez votre créativité” (Fiche résumée du livre de Julia Cameron)

"Pour voir, je ferme les yeux"

Paul Gaughin

Pit nous l’a assez répété dans ses formations : plisser les yeux permet de mieux distinguer les valeurs, les grandes masses et de ne pas se perdre dans les détails.

Et si cultiver sa créativité reposait sur les mêmes bases, qui peuvent sembler antagonistes?  Lâcher prise au lieu de vouloir, laisser son imaginaire vagabonder pour faire apparaitre un nouveau champ des possibles.

Lâcher prise implique de lâcher le contrôle…

Nous avons, pour beaucoup d’entre nous, commencé par de la copie puis vient le moment d’évoluer, de sortir de la copie, de faire émerger quelque chose de nous. Ce quelque chose implique d’aller chercher plus loin !  Et c’est à ce moment que la créativité entre en jeu !

"Pour vivre une vie créative, il ne faut pas avoir peur d'avoir tort"

Joseph Chilton Pearce (auteur)

Dans cet article, je vous propose de découvrir le livre de Julia Cameron “Libérez votre créativité”
C’est lors de l’interview d’ArtMella que cette dernière avait évoqué ce livre en indiquant combien il lui avait été précieux dans son parcours. Et quelle pépite !!

Ce livre n’est pas un de ces livres qu’on lit vite. Il est passionnant mais demande du temps tant il invite à l’expérience !
Nous nous sommes dit qu’il serait donc intéressant de vous en partager un condensé ainsi que quelques exercices rapidement applicables.

Nous avons tous beaucoup de connaissances à notre disposition mais ces données ne valent pas grand-chose si nous ne les intégrons pas : savoir et savoir-faire sont 2 choses différentes ! C’est le principe de la pratique !

Quelques principes de base

Pour commencer ce voyage créatif, démarrons avec quelques principes de base :

  • Notre artiste créateur est notre enfant intérieur : cela implique d’être à son écoute. L’auteure parle d’électricité spirituelle. Est-ce que ça vous inspire ? Cette électricité qui nous met en mouvement quand nous acceptons de nous laisser traverser par elle ! Dans la religion, on parle de Dieu comme du Créateur. Et si on le considérait au sens littéral du terme? Ainsi, « libérer sa créativité » consisterait à « forcer une alliance créative, d’artiste à artiste, avec le grand Créateur ».
  • La créativité est l’ordre naturel de la Vie
  • Le « Créateur » va vous tendre tout ce qui est nécessaire pour notre projet. Apprenons à accepter l’idée que l’Univers nous aide dans ce que nous faisons !

"Je ne peins pas en voyant mais en croyant. La foi vous donne la Vie "

Amos Ferguson (peintre)

Se laisser guider, cultiver le plaisir et faire confiance

Nous verrons au travers de ce livre que le plaisir, la JOIE et la confiance sont les ingrédients clé de notre créativité, ce sont même les guides principaux de ce voyage !
Est-ce que ça vous est déjà arrivé de tellement croire en votre personnage, en votre paysage, de le voir déjà là que vous arrivez à le faire apparaitre sous vos yeux grâce à votre crayon, pinceau, un peu comme une sculpture à tailler ? C’est que vous croyez tellement en ce que vous avez en tête que cela commence à prendre Vie 

La structure au service de la créativité

Notre reconquête créative nécessite des ingrédients clé 

  • Discipline : se faire un planning à l’avance afin de garantir des plages bien définies qui lui sont consacrées.
  • Le temps : il va avec le 1er point : il s’agit d’un investissement sur nous qui se construit sur la durée. Dans son livre, Julia Cameron propose un programme sur 12 semaines avec des outils variés et des résultats vraiment intéressants…. A condition de dépasser la simple lecture et de se prêter au jeu pour de vrai !
  • La persévérance et la constance : ces 2 amies sont la base pour atteindre un objectif quel qu’il soit et elles s’appliquent également à la créativité

Cette reconquête est un cycle qui s’accompagne de contractions et d’expansions, de périodes de joie, de doute, de croissance, de désir d’abandonner. Là-dessus, qui dirait le contraire ?

Où en êtes-vous ?

Un bon indice pour savoir si l’on est bloqué dans sa créativité est de regarder les irritants, la jalousie ou les petites phrases qui reviennent dans notre tête du type « c’est trop tard », « je ne gagnerai pas assez avec ma créativité », « je pourrais si seulement…, « que vont-ils dire si… », « les rêves n’ont pas d’importance, ce ne sont que des rêves… »…  A vous de compléter votre liste…

Si vous vous retrouvez là-dedans, que vous avez l’impression d’avoir gaspillé votre énergie créatrice ou de ne pas assez la déployer, la bonne nouvelle est qu’il n’est jamais trop tard et que cette prise de conscience est le 1er pas !

Les montagnes russes de la créativité impliquent :

  • De prendre du recul
  • De se prendre au sérieux  (… mais pas trop non plus hein ;)) !: il s’agit de prendre votre POTENTIEL au sérieux !
  • D’accepter d’entrer en contact avec ses émotions !

Les outils de base de l'inspiration

Entrons tout de suite dans le vif du sujet avec quelques outils simples et efficaces 

Les pages du matin

Cet exercice peut sembler un peu fou, ennuyeux ou inutile mais il change Tout ! C’est le 1er que j’ai pratiqué et il mérite vraiment de le FAIRE ! Il consiste, chaque matin, à écrire 3 pages ce qui nous vient, sans jugement aucun, sans se dire que ce qui sort doit être pertinent, intelligent… Laissez juste sortir ce qui vient, laissez les commandes à votre inconscient !! Ces pages mettent le doigt sur nos besoins, nos préoccupations. « Mettez n’importe quoi sur la page ! Mettez-en 3 pages !! ». Elle permettent à la fois :

  • de faire émerger des besoins que nous n’aurions pas formulé consciemment,
  • et elles nous emmènent du côté de notre cerveau artistique, celui qui aime connecter des informations n’ayant à première vue pas grand-chose à voir ensemble, en laissant se reposer notre cerveau logique.

Les rendez-vous avec l’artiste en soi

Les rendez-vous avec l’artiste en soi: s’octroyer au moins un rdv hebdomadaire avec l’artiste qui est en nous. Et notre artiste est un enfant ! Il a besoin de jouer, de se faire plaisir et d’avoir des temps de qualité avec vous !! Et écoutez ses envies, ne lui imposez pas un mental trop sérieux ! Vous verrez que ces temps permettront, tout en jouant, de répondre aux besoins émis au travers des pages du matin.

"Tous les enfants sont des artistes. Le problème, c’est de rester artiste une fois adulte "

Pablo Picasso

Remplir le puit et la mare

Il s’agit là de nourrir notre inspiration. Quand nous travaillons trop, nous épuisons nos ressources, notre puit artistique. Il s’agit alors de partir activement à la rencontre d’images, de ressources réservoir en portant notre attention sur ce qui nous entoure, en cultivant notre capacité d’émerveillement, en faisant attention aux détails du quotidien. Si « l’art peut sembler impliquer d’amples mouvements, de grands projets, de vastes plans, c’est l’attention aux détails qui demeure le lot quotidien ». « Le langage de l’artiste est un langage sensuel, le langage de l’expérience vécue ». Pour vous inspirer, penser magie, divertissement… tout ce qui vous met en joie !

Le contrat de créativité

Cela peut paraitre administratif, formel… voire inutile de passer un contrat avec soi-même mais il s’agit de matérialiser un engagement que l’on prend et pour cela, quoi de mieux que de l’écrire, de le dater et de le signer ! Ce contrat mentionne à la fois notre envie de nous engager sur le chemin de la persévérance en tant qu’artiste, l’engagement à faire les exercices et d’accepter que le chemin ne sera pas une voie dégagée et bien lisse.

Retrouver un sentiment de sécurité, d’identité et de puissance

Julia Cameron nous dit que développer sa créativité implique une exploration à la rencontre de nos parts cachées, parts que l’on n’a pas forcément envie de regarder. Ces parts peuvent nous amener à couper le flux de la créativité, limiter les opportunités, nous couper de notre artiste intérieur….

Une des clés de la créativité est de laisser circuler les idées, notre énergie, en acceptant de donner et de recevoir. 

Elle nous propose donc de nous plonger dans la peau d’un détective afin d’aller les rencontrer :

Identifier nos opposants internes et comment les tenir en respect

Les artistes fantômes : il s’agit des personnes se sentant prises au piège entre l’envie d’agir et la peur d’échouer, souvent peu encouragés par leurs proches. Ils se contentent alors d’envisager l’art comme un hobby ponctuel puis se découragent. L’entourage est donc crucial !

Nos convictions négatives (je ne peux pas être un artiste fécond parce que… je n’ai pas assez de bonnes idées, je contrarierais ma famille, les artistes sont fauchés…) : ce ne sont que des croyances et non des faits… en mettant le doigt dessus, nous avons la possibilité de les changer !Ils ont pour conséquence d’alimenter notre scepticisme, notre doute secret, notre syndrome de l’imposteur « reléguant jusqu’au rang de coïncidences les progrès accomplis »

Le Censeur : il réside dans notre hémisphère gauche. Quand on commence à vouloir y croire, c’est là qu’il se manifeste, « pour notre sécurité ». Il arrive avec ses remarques destructrices qui s’imposent comme des vérités « tu appelles cela dessiner ? Tu n’as pas de talent… ». Règle d’OR : « Les opinions du censeur ne sont pas la vérité »! Alors, en apparté, il fait son job de protection, remerciez-le pour cela et allez plutôt regarder les croyances que vous avez et qui font qu’il a peur pour vous !

« les camarades pernicieux » et « importuns tyranniques » : vous avez peut-être dans votre entourage des personnes qui vous partagent leurs plans, leurs priorités, pouvant jouer sur votre culpabilité pour bénéficier de votre temps et de votre énergie, vous détournant ainsi de votre discipline créative. Repérez-les et reprenez vos priorités ! Ne laisser pas votre envie de faire plaisir vous faire passer en dernier ! On ne peut donner que si l’on est rempli …

Les critiques : attention, il s’agit ici des critiques dévastatrices. La critique constructive a toute son utilité et il est important de savoir les écouter pour en tirer le meilleur et progresser.

Le perfectionniste : Julia Cameron en parle, non pas comme celui qui nous pousserait à bien faire les choses mais davantage comme cette part de nous qui refuse d’aller de l’avant et nous fige sur les détails pour nous faire perdre la vue d’ensemble. Il s’affaire tellement à faire et refaire en se mettant la pression du résultat qu’il nous fait perdre le plaisir et semble faire équipe avec le censeur pour nous persuader de notre insuffisance. Savoir lâcher, c’est savoir donner ce que nous avons produit à un instant. Une œuvre n’est jamais « terminée ». C’est un choix que de décider quand c’est fini. « C’est normal dans la créativité – laisser aller ». Soyez vivant !

Le Jaloux: cette facette est une facette de peur nous faisant craindre qu’il n’y a de la place que pour 1 seul peintre, 1 seul poète… 1 seule personne. Cette part manque assurément de …. Perspective :)

Le contrôlant et son aversion au risque: L’acceptation du risque nous permet de mieux laisser couler, être vivant. Julia Cameron nous dit :  « Nous refusons d’admettre qu’avant de faire quelque chose bien, il faut être prêt à le faire mal. Par contre nous choisissons de fixer nos limites à l’endroit où nous nous sentons assurés du succès ». Alors bien sûr, nous nous sentons en sécurité en évitant de prendre le moindre de risque mais c’est aussi l’endroit où nous manquons des opportunités et qui plus est la sécurité ressentie est-elle bien réelle ou une illusion rassurante ? Avec la culture du risque modéré, il y a l’audace voire le courage que je vois apparaitre. « Passer au-delà des « je ne peux pas parce que je suis… trop vieux, trop fauché, trop timide… » »

Connaitre nos alliés

=> Notre entourage (quand ils nous soutiennent): « Les jeunes artistes ont besoin d’être reconnus pour leurs tentatives et leurs efforts, de même que pour leurs réalisations et leurs triomphes » . Ces 1ers encouragements vitaux sont rarement présents…Alors appuyez-vous sur vos soutiens, une communauté d’artistes….

=> Prendre son potentiel au sérieux ! Notre enfant artiste intérieur : il est la base, prenons soin de lui ! Et pour cela développons l’audace !! « Pour retrouver sa créativité, il faut avoir la volonté d’accepter d’être un mauvais artiste ! » Se donner la permission d’être un débutant et arrêter de se comparer !

Les affirmations positives sont une des clés mais s’accompagnent de volonté, de visualisation jusqu’à les ressentir comme accomplies. On peut également s’appuyer sur des exemples que nous connaissons qui viennent contredire ces croyances !

Les pages du matin! Elles nous emmènent au-delà de notre censeur situé dans le cerveau logique, prudent, en activant notre cerveau artistique, reliant les choses entre elles, faisant des ponts , permettant ainsi d’inventer, d’ouvrir le champs des possibles. Personnellement, j’ai envie de faire du « Et ». Comme le disait Einstein, « nous avons oublié le créateur et servons le mental » ; ainsi, les 2 cerveaux sont nécessaires, et utilisons leur complémentarité au service de la créativité !

! Exercice pour identifier vos croyances : voyage dans le temps : notez au moins 3 souvenirs qui portent atteinte à votre amour propre créatif en étant le plus précis possible sur les faits et les émotions générées.

Notre partie un peu décalée: oui, ayez confiance, oser !! le génie et la folie peuvent être proches alors soyons fous  ;)

Notre attention au moment présent! Dans le présent, nous allons bien ! C’est dans nos projections que nous imaginons le pire. Alors juste au boulot !

Par ailleurs, notre attention voire notre concentration favorise la matérialisation de nos souhaits mais il est important d’identifier le contenu de ce que l’on veut créer avant le “comment” afin de ne pas nous limiter !

=> Le meilleur antidote pour gérer la honte engendrée par ces critiques inutiles est de s’aimer soi-même, de se faire des compliments, de soigner les blessures sur lesquelles elles appuient… mettez à nouveau votre manteau de détective quand vous sentez que quelque chose s’active en vous.

Le premier pas est de regarder nos émotions !

  • La colère : merci chère colère, tu nous indiques qu’une limite est dépassée, qu’un besoin n’est pas satisfait, qu’il est temps de passer à l’ACTION !
  • La peur de réussir qui est souvent plus présente que celle d’échouer, nous confrontant à un éventuel vide une fois notre rêve accompli
  • La honte : le sentiment d’avoir embarrassé quelqu’un. Quand quelqu’un nous fait honte, il s’agit d’une forme de contrôle pour l’empêcher de se conduire d’une façon qui ne lui convient pas. Julia Cameron explique néanmoins que le job de l’artiste implique de mettre une société face à elle-même, mettre des choses en lumière et de fait… on ne peut pas plaire à tout le monde. Notez qu’on ne peut pas non plus déplaire à tout le monde  ;)

NB : Ayez à l’esprit que même si vous avez créé une œuvre d’art que vous jugez vraiment mauvaise, cela peut être un tremplin à votre prochain travail. « L’art mûrit de façon spasmodique et nécessite des étapes de croissance identiques à celle du vilain petit canard ».

=> Utiliser le plaisir comme boussole pour recadrer le perfectionniste qui déborde en sachant passer à autre chose et en reconnaissant que nous faisons de notre mieux à chaque instant. Attention, il ne s’agit pas de se contenter de médiocrité, non. Il s’agit de ne pas se laisser envahir par ce contrôleur, éternel insatisfait.

=> Détendez-vous, personne ne sera jamais comme vous alors vous avez votre place, nous l’avons tous ! Revenir à vos talents et à vos rêves ! Redonnez de la place à l’enfant qui a envie de s’amuser !

Trouver le besoin que la jalousie vous indique !! Vous êtes jaloux du studio d’art de votre voisin ? Aménagez une pièce chez vous !, …

Maintenant que nous avons à l’esprit nos alliés et nos opposants internes ou points d’attention, nous devenons plus conscients et responsables.

Le temps

Un élément dont nous avons tendance à nous plaindre est le temps ! Se pencher dessus pour se sécuriser et retrouver un sentiment de maitrise me semble important. Il s’agit en fait d’un paramètre sur lequel nous avons la main. Julia Cameron nous propose ainsi un exercice qui consiste à :

Exercice: 

  • « identifier 5 activités principales de votre semaine. Combien de temps avez-vous consacré à chacune d’elle ? Lesquelles vouliez-vous faire ? Lesquelles étiez-vous obligé de faire ? Combien de temps consacrez-vous à aider les autres et à ignorer vos propres désirs ? Certains de vos amis bloqués ont-ils déclenché des doutes chez vous ? »
  • Astuce : décrire 5 traits que vous aimiez chez vous lorsque vous étiez enfant. Ils vous aideront à reconnecter avec votre enfant-artiste !
  • Arrêtez la jalousie : sur une feuille, tracer 3 colonnes. Dans la 1ère, vous indiquerez le nom des personnes dont vous êtes jaloux. Dans la 2ème, le pourquoi. Et dans la 3ème, l’antidote que vous pouvez mettre en place (qui consiste tout généralement à passer à l’action ! )

Enfin, l’art nécessite de créer un incubateur sûr. Prenez soin de votre espace de créativité afin de vous y sentir le plus libre possible.

Se développer : cultiver notre intégrité, ouvrir le champ des possibles dont celui de l’abondance

La persévérance

L’un des mots clé du développement créatif est la PERSEVERANCE ! Cela implique des hauts et des bas qui font partie du chemin… à garder en tête lorsque la petite voix du découragement ou d’un saboteur se fait entendre ! Les 2 pas en arrière que l’on peut faire quand on fait un pas en avant sont à prendre comme un temps de repos !  Et si à ce moment-là, vous vous dites que les exercices comme les pages du matin ne servent plus à rien, faites-les machinalement, leur intérêt reviendra aussi vite qu’il a semblé disparaitre !

Cultiver son intégrité

Rien que ça ! Eh oui, l’intégrité ! Un gros mot ? Il s’agit juste d’agir de manière alignée et en se respectant ! Quoi de mieux pour grandir et se développer. Une plante peut certes se développer en environnement contraint mais avez-vous déjà vu une plante se mettre des entraves toute seule ?

"Aide-toi et le ciel t’aidera "

Martha Graham
Nous connaissons bien cette citation. Et si nous en faisions l’expérience ? L’auteure nous demande de prendre soin de nous, la base d’une belle productivité

Exercice: 

  • « Examinez vos habitudes. Beaucoup d’entre elles peuvent interférer avec votre bien-être et peuvent susciter chez vous de la honte, de la peur…
  • Faites la liste de 3 habitudes néfastes (regarder des programmes TV que vous n’aimez pas, ne pas faire de sport, trainer avec des gens qui rabaissent vos rêves…). Quels bénéfices tirez-vous de cette forme de sabotage ? »
  • Enumérez 2 amis bienveillants, qui vous nourrissent. Quels sont leurs traits de caractères qui vous sont utiles ?

« Les pages du matin obligent à quitter le « ça va » par une clarification de votre état réel, permettant l’émergence d’une prise de conscience ». Elles nous aident à identifier nos besoins de réajustement « pour retrouver notre vérité personnelle ». La créativité s’appuie le plus souvent sur la réalité, nos expériences, notre vie. A ce propos, je recommande d’avoir un carnet de vie où vous notez vos expériences, ressentis, ce qui vous a marqué et pourquoi… 

Soyons le plus présents possibles (pour ceux que ça intéresse, «le livre d’Eckart Tolle, « Le pouvoir du moment présent », en parle merveilleusement bien).

Prendre soin de soi et y aller doucement… pour y aller longtemps ;)

Il peut être tentant de vouloir brûler les étapes, de s’enflammer comme une allumette… mais votre feu sacré s’entretient ! « Y aller lentement, c’est vraiment un modus operandi », nous dit l’auteure.

Il s’agit de ne pas se cramer, d’entretenir votre feu, de souffler sur vos braises !

« Pour avoir une expression personnelle, il faut d’abord avoir un Moi à exprimer ». J’ai trouvé ce passage indispensable, essentiel ! Quelles sont vos frontières, vos contours ? Le job de l’artiste implique de se connaitre et se faire grandir pour permettre à son niveau de conscience d’augmenter, augmentant ainsi la richesse de ses points de vue sur le monde qui l’habite et qui l’entoure. Cela implique de prendre soin de soi, d’être une de nos priorités !

Rien d’égoiste là-dedans ! Le « Connais-toi toi-même » de Socrate est la base avant de pouvoir créer des liens, aller vers l’extérieur, transmettre.

Enfin, il est important pour un artiste d’avoir du temps pour ne rien faire ! Oui, c’est bien cela ! Et ce droit implique de savoir résister à un entourage qui pourrait nous juger pour cela. C’est du temps de cerveau disponible pour les idées. Ce retrait est nécessaire sans quoi nous pourrions devenir maussade puis hostile. C’est une nourriture quotidienne ! Alors attention au piège de la vertu qui peut nous rattrapper en nous jugeant pour ce temps. N’endossons pas le rôle de martyre en nous privant d’un temps nécessaire. Ce temps sera à la fois bénéfique pour nous et pour notre entourage et qui sentira la différence d’évoluer avec un humain nourri et pleinement présent.

Exercice: 

  • Gateau de vie : dessinez un cercle découpé en 6 morceaux : famille, loisirs, travail, spiritualité, amis, couple, santé, argent, projets… Sentez-vous libre d’adapter/choisir les rubriques à ce qui vous convient le mieux. Chaque part sera graduée de 1à 10 et vous noterez votre niveau de satisfaction actuel pour chacune. Cela vous indiquera les domaines pour lesquels vous avez envie de vous améliorez. Utilisez vos moments de liberté pour cela, pour réaliser de petites actions permettant de développer, faire grandir chaque part !
  • Acceptation : Apprenez à dire oui aux extras qui vous alimenterons de façon nouvelle, créant ainsi un nouveau flux pour votre créativité !
63-oce_LIT

Faire le vide

Notre évolution, notre développement implique de savoir se défaire de choses. Nous sommes dans un monde dual dans lequel les opposés vont de paire, sont complémentaires. Ainsi, pour avoir des idées à foison, de l’abondance, remplir le puit et la mare, Julia Cameron nous encourage à également cultiver le vide, à faire de la place pour le nouveau ! Si vous tenez quelque chose dans votre main, il vous sera difficile de prendre quelque chose d’autre. Ainsi, pour laisser souffler un vent nouveau, il est important de savoir lâcher.

Cela peut se traduire aussi bien dans nos habitudes physiques qu’intellectuelles. Je citerai 2 exercices proposés par l’auteure sur ces 2 volets : la privation de lecture et le vide dans les placards (cf. détails plus bas)

Exercice: 

  • Privation de lecture: « si vous restez coincé dans votre vie ou dans votre art, il n’y a rien de plus efficace que de se priver de lecture pendant une semaine ! Stop au bavardage médiatique… cela peut paraitre paradoxal avec le fait de remplir son puit comme nous l’avons vu plus haut mais il s’agit en réalité de plonger dans le monde des sensations et du silence intérieur, en limitant les distractions mentales, les interférences. Notre voix intérieure n’arrive pas à se faire entendre… Cela peut sembler effrayant. Stop à la consommation d’information que nous serions tentés de gober ; prenons le temps de la digestion, de la construction de nos propres pensées »
  • Faire du vide: jetez ou donnez 5 vêtements usagés

"Dans les moments d’obscurité, l’œil commence à voir"

Theodore Roethke

Savoir donner et recevoir

Accepter ce qui se présente à soi, les extras, les compliments, les réussites… et célébrez !

Devenez familier avec vos facettes inhibitrices de sorte qu’elles n’aient pas la capacité de bloquer votre capacité à recevoir comme à donner. L’équipe redoutable du Censeur, du Perfectionniste, du Jaloux et du Contrôlant peuvent construire un mur entre vous et l’extérieur… Comment laisser alors la place à l’expression de votre créativité ? Alors oui, en baissant un peu votre garde, vous vous sentirez peut-être vulnérable au début… mais vivant!

Ouvrir le champ des possibles

Développer sa créativité implique d’ouvrir en permanence le champ des possibles, de déstructurer, recommencer, s’autoriser à changer, multiplier les points de vue.

Exercice: 

  • A titre personnel, hors livre, je recommande l’exercice des « chaussures » : Prenez une situation de la vie courante, une discussion entre 2 personnes que vous entendez par exemple. Que se dirait à ce moment précis « superman », « colombo », « votre grand-mère », « votre chien », « votre auteur préféré », … J’aime cet exercice de s’imaginer dans les chaussures de quelqu’un d’autre afin de laisser émerger d’autres points de vue.

Les limites que nous nous mettons sont nos pires ennemies. Nous sommes avares avec nous-mêmes. Pour ouvrir le champ des possibles, avoir plonger dans nos différentes facettes à commencer par Mr Jaloux et Mme Perfectionniste est indispensable. Leur vision tunnel empêche d’ouvrir.

Julia Cameron fait un lien fort entre ce champ des possibles et notre spiritualité, notre foi en nous-même et en plus grand. « Ok mais je veux juste dessiner moi » me direz -vous. Alors certes, nous avons, pour beaucoup d’entre nous, commencer par de la copie puis vient le moment de faire sortir quelque chose que nous avons dans la tête. Et c’est à ce moment précis que la créativité entre en jeu ! Et ce quelque chose implique d’aller chercher plus loin !

Ouvrir le champ des possibles, c’est aussi et surtout croire au-delà des limites que nous nous imposons. Par exemple, peut être avez-vous cette croyance que les artistes sont fauchés. Avec cette croyance, il est compliqué d’être un artiste qui vit bien de son activité ! Sauf que l’abondance est partout nous dit l’auteure ! Pas de baguette magique mais une co-création avec l’univers. Mais pour que cela se produise, encore fait-il y croire et accepter les cadeaux quand ils se présentent et non les refuser par peur qu’ils ne durent pas…

Et si vous osiez rêver et décrire précisément votre rêve en indiquant vos sensations, pour le faire descendre, le rendre concret. Cet exercice a la double vertue de vous faire concrétiser un désir, de le sentir et également de pratique la visualisation (très utile en dessin).

"Votre désir est votre prière. Imaginez la réalisation de votre désir maintenant et percevez-le comme une réalité et vous allez éprouver la joie de la prière exaucée"

Dr Joseph Murphy

Exercice: 

  • « si j’avais 65 ans et de l’argent… » : faites la liste de 5 plaisirs que vous avez remis à plus tard
  • Prospérité : Recherchez des images sur les changements que vous aimeriez voir dans votre vie et ajoutez les à votre bibliothèque de références photos, à votre classeur d’images.

Résilience / protection

La survie artistique

Julia Cameron parle de ce sujet comme essentiel. Un artiste (quel que soit son niveau technique, sa « célébrité »…) est confronté au sentiment de perte : d’espoir, d’argent, de confiance en soi… Un des défis de l’artiste est de transformer ces sentiments, inhérents à l’être humain au final, en forces !

Partager est déjà un moyen de surmonter. Les chansons d’Amour en sont un exemple facile  ;)

En tant qu’artiste/ dessineux en herbe, vous serez confronté à un autre type de perte : la perte artistique : la réception décevante faite à l’un de vos travaux, « la difficulté à évoluer dans un milieu ou dans des rôles différents à cause des attentes que les autres ont de nous sont des pertes artistiques qu’il faut pleurer » nous dit l’auteure. Nos déceptions en quelque sorte.

Ne laissez pas ces évènements devenir maîtres à bord et vous détourner de vos objectifs !

J’ai envie de parler d’une facette alliée que l’auteure n’a pas mentionnée en ces termes mais que je trouve essentielle pour dépasser ces difficultés. Il s’agit de celle du Samouraï ! Il est fidèle au poste, résilient. Savoir encaisser, prendre ce qu’il y a de constructif dans ce qui nous arrive. Les critiques, il y en aura. Et alors quoi ? Laissez-vous les autres définir qui vous êtes ou avez-vous suffisamment envie pour poursuivre vos rêves ? Le samouraï vous aidera à protéger intelligemment votre pourquoi, vos rêves, appelez cela comme vous le souhaitez. Et revenez toujours à ce pourquoi, c’est bien lui qui vous donnera la persévérance de poursuivre le dessin ou tout autre forme artistique si vous en pratiquez d’autres. 

« De même qu’un adolescent doit devenir autonome par rapport à un parent autoritaire, un artiste doit gagner en autonomie par rapport à » qui que ce soit à qui vous confiez l’estime de vous-même… (mentors, parents, amis…)

Le gain déguisé en perte

Un outil précieux dont parle Julia Cameron est du « gain déguisé en perte ». En gros, quand une perte survient, demandez-vous : « en quoi cette perte va-t-elle m’être bénéfique ? »

Elle prend un exemple personnel où à mainte reprises, ses scenarios avaient été achetés et non réalisés ce qui l’a poussée à chercher une autre porte et à devenir réalisatrice indépendante !

Alors le gain n’est pas toujours visible au premier abord mais il y en a un !

Savoir se protéger et dire "non"

Certaines addictions peuvent être des exutoires voire des saboteurs ! Parmi eux, on peut citer, la nourriture, l’alcool, les drogues, le sexe mais aussi le travail, la compétition, la célébrité… Ces saboteurs bloquent notre énergie créatrice. Encore une fois, vous n’êtes pas seul, n’hésitez pas à aménager votre temps et à demander de l’aide pour contrecarrer ses saboteurs ! N’oubliez pas de bien identifier les bénéfices que vous pourriez avoir à leur céder : l’auteure suggère que cela peut être d’éviter de se retrouver face à sa propre puissance et cela peut être effrayant alors nous faisons… autre chose.

"Au milieu de la difficulté repose l’opportunité"

Albert Einstein

Autonomie et foi

"« Nous apprenons en allant où nous devons aller "

Theodore Roethke (poète)

Et si nous mettions le focus sur nos forces et ce dont nous disposons plutôt que de nous lamenter sur ce que nous n’avons pas.

L’action, le travail sont les clés de l’autonomie et de la confiance. Plutôt que de se perdre dans des considérations, de grandes questions auxquelles nous n’aurons pas les réponses tout de suite ou encore de remettre sa carrière dans les mains de quelqu’un d’autre… au travail !! chaque jour ! L’auteure remarque, d’après son expérience, que les acteurs qui obtiennent du travail sont les acteurs… qui travaillent.

Autonomie et action sont liés !

L’autonomie passe également par le contrôle de nos propres engagements avec nous-mêmes, comme par exemple vérifier si vous avez bien réaliser les pages du matin et pris rendez-vous avec votre artiste intérieur cette semaine (et les suivantes) ! Soyez votre propre coach, n’attendez pas que quelqu’un vienne vous dire quoi faire ! (ce qui ne veut pas dire que vous ne pouvez pas demander d’aide ! De l’équilibre en toute chose ;))

Douceur, indulgence et compassion

Nous avons tendance à nous flageller et à utiliser des mots à la place d’autres : « n’appelez-pas paresse la tendance à tout remettre au lendemain. Appelez-là peur ! »

« Utilisez l’Amour pour guérir votre artiste de la peur »

Pour libérer sa créativité, il faut du temps… et donc de la douceur, des encouragements pour durer. Ne vous mettez pas des obstacles trop gros dès le début, dépasser progressivement vos zones d’effort, vos peurs, vos ressentiments éventuels progressivement. Laissez-vous le temps (mais faites-le, il est indispensable de faire voler en éclat nos blocages pour nous libérer )

L’importance des liens

Dans ce livre l’auteure a beaucoup parlé de l’importance d’aller regarder, écouter, sentir à l’intérieur ce qui se joue, se mettre en réceptivité.

Peut-être que certains d’entre vous sont des extravertis, stimulés par les interactions extérieures. Elles peuvent alors être source de créativité, clairement. Alors je vous conseille de ne pas les oublier, au contraire, cultivez les ! Elles pourront même donner lieu à de belle co-constructions ! Nous n’avons pas à rester seuls !

Enthousiasme et plaisir avant la discipline

Nous avons parlé de l’importance de la discipline, de la persévérance mais attention à ne pas les faire passer avant votre pourquoi. Votre quête n’est pas de devenir un héros, d’être admiré pour ces traits de caractère, si ? Il s’agit d’utiliser ces qualités au service de ce qui nous fait plaisir, de ce qui nous met en joie !! Pour tenir la distance, sur le long terme, c’est l’ingrédient clé : la JOIE !

« L’enthousiasme (du grec « rempli avec Dieu ») est un apport constant d’énergie puisé dans le flot de la vie. Il s’enracine dans le jeu et non dans le travail ». Eh oui, n’oubliez pas que votre artiste est avant tout un enfant et non un soldat ! Votre discipline créative s’alignera donc sur les rendez-vous que votre enfant intérieur a hâte d’avoir pour jouer! De quelle façon joyeuse aimez-vous travailler ? Rendez vos sessions agréables ? Vous aimez avoir plein de beaux crayons autour de vous ? Alors faites-vous ce plaisir ! Préparez votre espace, qu’il vous donne envie

S’accepter !

« Je suis un artiste » : dites-le ! 

Donnez-vous du temps, acceptez de créer ce que vous avez envie de créer indépendamment d’un objectif de résultat financier. Décorréler votre valeur de la valeur de votre travail sur le marché !

Nourrissez votre artiste ! Ne le laissez pas mourir d’ennui ! « La créativité, c’est de l’oxygène pour notre âme » ! 

Le succès et savoir se renouveler

La créativité implique d’avoir l’humilité de recommencer encore et encore, de se renouveler, d’avoir envie d’être à nouveau un débutant, d’apprendre. Cela peut être tentant de se reposer sur ses lauriers, de vouloir garder un certain confort y compris financier en évitant les prises de risque.

Garder en tête que « ceux qui essaient de travailler trop longtemps avec des formules, même s’ils s’agit de leurs propres formules, finissent par se vider de leur vérité créatives ».

En synthèse, du succès, oui ! Mais tout en continuant à satisfaire nos exigences intérieures !

Quitter sa tête et investir son corps

« La plupart des créateurs bloqués sont des êtres cérébraux ». Julia Cameron conseille clairement d’investir son corps pour se libérer de nos blocages cérébraux ! Passer à l’action encore une fois !

La marche à pied, la course, la nage, le jardinage… « le but, c’est de se connecter à un monde situé à l’extérieur de nous-mêmes ». Les actions répétitives, pour lesquelles nous nous concentrons, nous font glisser vers l’utilisation de notre hémisphère artistique (et non logique). Des associations d’idées, des réponses peuvent plus facilement se mettre en place de façon naturelle.

« Faire du sport, ou une activité physique machinale nous conduit vers l’inspiration par l’intermédiaire du relâchement et de l’humilité ,  et vers une meilleure estime de nous-même, nous montrant que nous sommes capables de plus que nous le pensions ».

Retrouvez le sens de la foi !

La créativité implique de se laisser traverser par quelque chose … et nous relie rapidement à la spiritualité, la foi… nous faisant ainsi lâcher le contrôle ! « En tant que canal créatif, nous avons besoin de faire confiance à l’obscurité ». Ayez confiance dans le fait que les idées se forment progressivement et apparaissent à votre conscience jusqu’au moment eurêka!

Les « chemins de la créativité », c’est un voyage spirituel, un pèlerinage à la maison du Moi ». Comme tout voyage dont nous sommes le héros, nous rencontrons des obstacles, des alliés, des évènements perturbateurs… l’essentiel étant de laisser notre intuition nous guider.

"« La plus belle chose dont nous pouvons faire l’expérience est le mystérieux "

Albert Einstein

Conclusion

Le job de l’artiste est à mon sens multiple : proposer une image du monde, de la société, révéler des angles de vue mais aussi cultiver et diffuser la joie et la capacité d’émerveillement. Ce travail me semble indissociable d’une proximité avec soi-même, d’oser croire en soi, en augmentant son niveau de conscience, en prenant en compte nos filtres et également en regardant autour de soi pour saisir les différences qui s’expriment. Fort de cela, l’artiste, le créatif peut montrer d’autres voies, ouvrir le champ des possibles, provoquer pour déclencher des réactions, montrer comment dépasser des difficultés, sublimer le quotidien, diffuser de la joie…tellement de possibilités selon la sensibilité de chacun.

Sans la maitrise des outils de l’artiste, il lui est compliqué d’être impactant. Se former est important !! Le dessin, comme d’autres discipline artistique, est un moyen… Au service de quoi avez-vous envie de le mettre ? Vers quoi s’oriente votre créativité ?  Belles explorations créatives  ;)

Autres articles qui pourraient vous intéresser

28 réponses

  1. J’ai ce livre sur ma table de chevet depuis quelques semaines… et pour je ne sais quelle raison je ne l’ai pas encore ouvert. Votre article me fait rendre compte que c’est le moment de l’ouvrir et de m’y plonger. J’aime beaucoup l’idée des 3 pages : j’ai mes pensées qui se bousculent dans tous les sens le matin et je dois faire un effort pour calmer ce brouhaha. L’écrire est une idée tellement simple et facile à mettre en place !
    Le “Jaloux” m’a beaucoup parlé aussi. C’est vrai que parfois, je me dis “j’aimerais tant être comme…” Le transformer en “je fais comme…”, la voilà la bonne idée !
    Je comprends que la créativité c’est laisser libre son enfant intérieur, pratiquer la pleine conscience et interroger son moi, soi connecter à soi, puis aux autres puis à plus grand encore. Ces quelques lignes sont déjà très riches d’enseignements, j’ai hâte de découvrir le reste maintenant !

  2. Merci mille fois pour cet article très intéressant.
    J’aime beaucoup la façon de nous emmener à trouver nos “indésirables intérieurs”.
    C’est un joli travail de construction de soi. Et il est vrai que de nos jours, il est difficile de ne pas prendre l’avis des gens (négatif et décourageant) pour soi. Il est aussi difficile de ne pas se comparer aux autres en dénigrant son propre travail.
    J’ai hâte d’essayer tout ça! Je vais chercher ce livre de ce pas!

  3. Merciii Audrey et Pit pour ce partage.
    C’est un livre que j’ai acheté, il y a déjà quelques années et qui a répondu à pas mal de questions que je me posais sur la créativité. Julia Cameron part de son expérience ainsi que d’anecdotes pour nous faire travailler sur nous-mêmes qu’elle résume dans un encadré intitulé la Baguette du sourcier avec l’exercice à mettre en pratique. Ce qui est bien utile pour s’y référait rapidement quand nous en avons besoin.
    Concernant les pages du matin, je n’ai pas réussi à les faire le matin mais plutôt en fin de journée et généralement pas plus d’une page.
    👏 Audrey

  4. Magnifique article !
    Merci pour ce condensé de conseils précieux.
    Je viens de commencer à apprendre à dessiner et je viens de rejoindre la communauté. Bizarrement, je viens de faire le chemin “inverse” que celui que décrit le livre, mais le cheminement reste le même.
    Ce sont des exercices d’écriture libre, de lectures diverses et l’envie de donner de nouveaux jouets à mon enfant intérieur qui m’ont amené à apprendre le dessin.
    L envie d’apprendre, de nourrir une forme de curiosité, de regarder avec un œil neuf des choses mille fois vues sont autant de portes vers la création. A nous de les entretenir, de mettre de l’huile dans nos propres rouages intérieurs pour je pas rester bloqué et tétanisé dans un mode de fonctionnement unique.
    Ces exercices et conseils sont autant de façons efficaces pour se sortir de ses propres ornières. Passer de temps en temps en mode 4×4 pour aller explorer ses recoins internes, c’est aussi découvrir d’autres espaces de liberté.
    Je suppose que tout cela forme un tout, un cercle, entre créativité pure (qui dépasse la sphère artistique) et ses vecteurs d’expression.

    1. Merci beaucoup pour ce retour Gaëlle! Heureuse de lire que vous laissez une place importante à votre enfant intérieur. Je vous souhaite de belles créations, découvertes artistiques et beaucoup de plaisir!

  5. Bonjour Pitt, J’ai tout récemment commencer à créer mes dessins imaginaires tout en continuant le portrait. J’ai un cachier que j’appelle fantôme où je note tous et parfois je dessine mes rêves qui m’ont marqué, ceci me sert pour mes nouvelles création de dessin. J’admet que créer ce qu’il a en soi n’est pas facile mais j’y travaille depuis peu. Félicitation pour les informations supplémentaires pour nous aider à voir en soi et d’accepter les différents moins bon et bon dessins. Bonne année à toi et ton équipe je te souhaite la santé et le bonheur en cette nouvelle année.

    1. Meilleurs voeux Noëlla. Oui, chaque dessin est une étape et un apprentissage permettant de progresser. Il me semble important de savoir lâcher le besoin de perfection et d’avant tout prendre du plaisir!

  6. Tous mes vœux à vous tous,
    c’est marrant, parce que je suis en train de lire ce livre commencé avant Noël, j’ai fait plusieurs jours les pages du matin, mais j’avoue avoir laissé tomber avec les fêtes et tout le monde à la maison. Je vais m’y remettre, les conseils sont vraiment précieux, et rejoignent le livre de Betty Edouards sur le cerveau Droit et la créativité (je ne sais plus le titre).
    Merci beaucoup pour ce résumé
    Nelly

  7. Merci pour l’article. C’est mon livre de chevet depuis un peu plus de 3 mois (parmi d’autres). Je le lis lentement, pas tous les soirs, je cogite, j’absorbe et je re-relis quelques jours après. Mon créateur intérieur (à mon niveau), refait surface . Le pur bonheur, aussi, depuis 3 mois d’écrire mes 3 pages du matin, j’écris ce qui me viens à l’esprit, le bien comme parfois le moins bien, conséquence : je m’auto analyse et cela me libère pour ma journée.
    Je peux enfin passer à autre chose et avancer.
    Un bon livre
    PS: tiens – ce serait pas une synchronocité cet article ;-)

  8. Merci Pitt,

    Une bonne et belle année 2022. Tu as fait un très bel article et je trouve très professionnel et aidant tes résumés. La qualité de ton travail et tes cours m’impressionne.

    Merci à toi et ton équipe.

  9. Bonjour Pit, Audrey et toute l’équipe,

    Je vous souhaite tous mes voeux pour cette belle année, qui ne pourra être que meilleure que les 2 années précédentes, on y croit !
    Alors, ça c’est de la “synergie” comme le dirait Julia Cameron ! J’en suis à la 7è semaine de ce livre ! Les pages du matin m’aident beaucoup pour la créativité, en plus des cours techniques que je suis en ligne.
    Sympa ce partage, bravo !

    Créativement,

    Marina

  10. Merci Pit. Vrais voeux pour . Difficiles à mettre en oeuvre en ces temps “extraordinaires” , en art ou dans la vie quotidienne . Difficile de “croire”…en soi ou pour les autres, pour l’avenir des nôtres…Je vais avoir ans et me suis mise en marche dans le dessin avec Pit depuis ans/ j’y trouve des moments de sérénité sinon de confiance. Je dessine et peint pour moi, égoïstement.
    Merci Pit. Bonne année.

    1. Merci pour cet article très détaillé… L’art restera toujours un moyen d’expression très impérissable à l’homme.. Certainement il Y’a une relation entre l’art et l’artiste…

  11. Merci infiniment pour cet article très détaillé et sérieux, qui montre à quel point il est important de s’appuyer sur les autres artistes, comme Julia Cameron, pour continuer notre travail, qui, comme tout travail véritable, nous engage corps et âme.

  12. En plus court je dirais : « Se déposer pour mieux créer »
    Apprendre à devenir conscient de son environnement est la meilleure porte vers la libération de soi par les arts.
    Chacun sa technique pour y arriver. Il n’y a pas de recette miracle universelle.
    La surstimulation par la technologie nous tue à petit feu. Éteignons tout de temps en temps et sortons nos crayons!

  13. Tout d’abord tous mes vœux pour vous en 2022…et les années suivantes.
    j’ai acheté ce livre l’an dernier et j’ai rempli mes pages du matin pendant 3 mois…puis les exigences de la vie ont repris le dessus, et aussi un poil de paresse ou de fatigue, le soir. J’écris encore de façon plus sporadique.
    Merci de m’aider à m’y remettre! Je vais aller chercher des vitamines pour me soutenir.
    C’est d’ailleurs pareil pour les cours : j’ai bien avancé sur les bases du dessin après avoir enregistré une bonne partie, puis j’ai laissé tomber par lassitude. Je vais m’y remettre aussi.
    J’ai souscris au cours suivant, et j’essaie de me tenir au croquis plusieurs fois par semaine. Ce n’est pas toujours évident.
    Bien passé l’âge officiel de la retraite, je suis encore chef d’entreprise, et ça devient dur de mener tout de front

    1. Merci Marcelle pour votre retour et meilleurs vœux également! Je suis heureuse que cet article vous donne envie de vous remettre aux pages du matin. Je vous souhaite une discipline créative joyeuse ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Déconnexion


Bienvenue !


Se connecter

xCUSTOM

Your custom content goes here.