Dans le futur, nous essaierons de récolter des avis sur les cours de dessin donnés dans cette école dont le programme vous est présenté dans cette fiche.

Comme nous l’avons évoqué dans d’autres fiches, les accords de Bologne ont obligé les écoles à s’adapter aux nouvelles directives visant à réorganiser l’enseignement supérieur européen (réforme LMD pour Licence Master Doctorat). Ainsi, afin de pouvoir délivrer des diplômes, certains établissements ont dû gagner leur autonomie et prendre leurs distances avec les collectivités territoriales avec lesquelles elles étaient en régie. 

C’est donc le cas de l’école que nous allons découvrir ici. Présent dans trois villes, le TALM (Tours-Anger-Le Mans) accueille plus de 600 étudiants et 150 enseignants. Les diplômes délivrés sont :

  • le DNA,
  • le DNSEP en option Art avec des mentions Conservation restauration des biens culturels mention œuvres sculptées, Sculpture et Techniques textiles,
  • le DNSEP en option Design avec des mentions BAD design, Design computationnel et mécatronique, Design sonore et Design et territoire.

Le site d’Angers a été historiquement une Académie royale. Avec la révolution française, l’école avait été transformée en École municipale, avant de muter plus tard en une École régionale des beaux-arts. Pour son option art comme pour l’option design, elle propose un enseignement aux multiples formes. De son côté, l’école du Mans a vu le jour à la fin du 19e siècle. Elle met à disposition de ses élèves, des outils techniques performants et développe des masters spécialisés en design (son, espace de la cité, computationnel et mécatronique). Enfin à Tours, l’école a été fondée en 1774, avant de connaître elle aussi différentes mutations. En 1871, elle devient une école académique, puis une école régionale en 1885. Depuis 1983, le site de Tours propose une formation rare : la conservation-restauration des œuvres sculptées.  Depuis 2017, le site propose aussi une orientation sculpture.

Les trois sites proposent des bibliothèques d’art veillant toujours à mettre leur documentation à jour.  Les responsables des bibliothèques constituent des ressources en lien avec les projets pédagogiques et l’actualité artistique locale, nationale ou étrangère. Ces mêmes responsables aident les étudiants dans leurs travaux de recherche. Les bibliothèques du TALM font partie du réseau BEAR (Bibliothèques d’écoles d’art en réseau), l’association des bibliothèques des écoles d’art et de design françaises et monégasque. La BEAR travaille sur sa  base de données bibliographiques spécialisée en art et design. 

Les ateliers selon les sites

Tours :

  • Salle informatique équipée de logiciels pour la pratique du graphisme (Illustrator, InDesign), de la photo numérique (Photoshop), de la vidéo et du son numérique. Chaque élève dispose d’une session personnelle de travail, d’une boîte mails afin de recevoir notamment les informations sur l’actualité de l’école et de ses partenaires, les propositions de stages, les concours …, 
  • L’atelier numérique dédié à la conception 3D. On y retrouve notamment une imprimante 3D, une fraiseuse, un découpe laser et des casques de réalité virtuelle,
  • Le pôle art dédié aux élèves du cursus Art;  tables de travail et casiers sont mis à leur disposition, avec la possibilité de créer un espace de travail personnel pour leurs projets artistiques,
  • La régie de prêt pour, comme son nom l’indique, emprunter du matériel (destiné aux travaux audiovisuels),
  • L’atelier gravure,
  • L’atelier céramique,  équipé d’un laboratoire d’émaux, de deux tours de potier, d’une boudineuse, d’une croûteuse et de divers outils à main en libre-service; plus un four électrique de température 1 300° C,
  • La salle vidéo avec des postes informatiques (Mac) équipés d’un logiciel de montage audiovisuel (FinalCut). On y trouve aussi des caméras numériques, caméras Full HD, pieds de caméra, lecteurs DVD, USB, vidéoprojecteurs et écrans plats LCD. Pour le son, sont aussi disponibles des postes de montage (MAC), des enceintes, des enregistreurs (DAT et enregistreurs numériques) et des micros,
  • Le studio photo,  dédié au développement et à l’expérimentation argentique (agrandisseurs, bacs). Sont aussi disponibles des appareils photo numériques et argentiques et un studio de prise de vue,
  • L’atelier conservation-restauration, équipé du matériel nécessaire à la restauration (laser de nettoyage, micro sableuse, microscopes …), 
  • La chapelle du Petit-Saint-Martin, occupée par les élèves de la formation Conservation-restauration des biens culturels, spécialité Œuvres sculptées, 
  • Les ateliers grands formats équipés d’une salle informatique, de salles de cours et d’un atelier de montage et de fabrication, 
  • Les ateliers techniques (menuiserie, métallerie et montage), proposant différentes machines électroportatives (visseuse, perceuse, ponceuse, scie, etc.),
  • La salle des cours publics.

À noter que plusieurs ateliers sont ouverts uniquement sous conditions, comme la présence d’un enseignant  ou pour certains élèves.

Angers :

  • Le Lab permet de créer des maquettes et objets en utilisant différents outils, de la scie classique à l’imprimante 3D, la découpe laser et une machine-outil à commande numérique.
  • Le magasin général est ouvert à tous les élèves de l’école, afin de les accompagner dans la réalisation de leurs projets artistiques. Ils peuvent emprunter différents équipements, allant du petit outillage  à de l’équipement multimédia et numérique. Des fournitures à prix coûtant sont aussi en vente : carton bois et plumes, plâtre, terre, etc...
  • Le pôle édition s’occupe de la gestion des éditions (comme celle des mémoires), grâce à une imprimante laser. Il gère aussi le tirage des photographies numériques à l’aide d’un traceur grand format. D’autres outils permettent aussi de réaliser plaquettes, blocs ou encore petits livres. 
  • L'atelier gravure permet de s’essayer aux techniques relatives à la taille douce (techniques d'impression en creux sur une plaque de métal, la gravure sur bois ou la linogravure). On y trouve trois presses, dont une dédiée aux tirages grand format. 
  • Le pôle informatique comprend deux salles informatiques équipées de logiciels pour la pratique du graphisme (Illustrator, InDesign), de la photo numérique (Photoshop), de la vidéo et du son numérique (Adobe Premiere, Final Cut, WaveLab, Ableton Live, Protools), du dessin assisté (AutoCad, Sketchup). 
  • Le studio photo est  dédié au développement et à l’expérimentation argentique (agrandisseurs, bacs). Sont disponibles des appareils photo numériques et argentiques, et un studio de prise de vue.
  • Le pôle métallerie permet le travail, entre autres, de l’acier. Il est équipé d’arcs à souder et d’une forge.
  • Le pôle textile comprend des métiers à tisser de haute lisse et de basse lisse, des machines à coudre et du petit équipement spécifique. 
  • Le pôle vidéo-son dispose de postes de montage vidéo, de caméras numériques, de cameras Full HD, de pieds de caméra, de lecteurs DVD, USB, de vidéoprojecteurs, et d’écrans plats LCD. Pour le son, on a des postes de montage, des enceintes, des enregistreurs et des micros.
  • Le pôle volume propose deux espaces : modelage et céramique, avec plusieurs fours de cuisson.

Le Mans :

  • L'atelier prototypage rapide, 
  • L'atelier mécatronique, 
  • L'atelier céramique et fonderie pour le modelage, le tournage et le moulage. Sont disponibles : un laboratoire d’émaux, deux tours de potier, un tour à plâtre, une boudineuse, une croûteuse et divers outils à main en libre-service; mais aussi  un four à air pulsé de 1 200 litres à gaz, température 1 300° C, un four électrique de 300 litres température 1 280°c, un four raku à gaz de 80 litres température 1 100°c et un four de fonderie bronze,  
  • L'atelier métal,  disposant de postes à souder, d’une découpe plasma, d’une forge, d’un tour, d’une fraiseuse, d’une rouleuse, d’une plieuse,  une cisaille, une scie à onglet, une grignoteuse et de nombreux outils à main, 
  • L'atelier bois, composé de deux espaces; le premier organisé autour des outils à main et le second autour des machines spécialisées de type combiné (rabot, scie circulaire, toupie et mortaiseuse), des scies à ruban et à onglet radiale, d’un tour à bois et d’un banc de ponçage,  
  • L'atelier d'impression, notamment adapté pour le travail de l'estampe,
  • Le studio radio,
  • Le pôle studio montage 5.1, pour les  élèves de la mention Design sonore,
  • L’atelier vidéo, composé de deux espaces, le premier pour le montage et le second pour l’emprunt de matériel,
  • Le pôle photographie composé de deux espaces : l’atelier numérique et l’atelier argentique, chacun avec son matériel dédié,
  • Le pôle informatique, avec deux salles équipées de logiciels spécifiques selon les besoins: La suite Adobe pour le design, l’infographie, la vidéo et le web; Rhino 3D, AutoCad et SketchUp pour la CAO; Final Cut et Millumin pour la vidéo; Ableton Live pour le son …,
  • Le magasin général, ouvert à tous élèves de l’école, afin de les accompagner dans la réalisation de leurs projets artistiques. Ils peuvent emprunter différents équipements allant du petit outillage  à de l’équipement multimédia et numérique. Des fournitures à prix coûtant sont aussi en vente : carton bois et plumes, plâtre, terre, etc... 

Les différents cycles d’apprentissage

  • Le premier cycle : 

La première année, sans surprise, est dédiée à l’apprentissage des bases incontournables. De plus, l’élève en profitera pour approcher les différents outils mis à sa disposition, tester différentes techniques et commencer à développer son esprit d’analyse. La visite d’expositions et la présence aux conférences l’y aideront aussi. Il  pratiquera le dessin comme moyen de recherche, mais aussi comme approche des notions d’espace et de volume. Il va également travailler sur la couleur, étudier l’histoire de l’art et l’anglais.

Les deux autres années sont destinées à l’approfondissement des techniques, récentes  ou non, dans l’optique de gagner en autonomie et d’avancer dans les projets. D’ailleurs, les élèves participent à des Ateliers de recherche et de création. La pédagogie fait en sorte que les activités alternent entre projets individuels et projets collectifs, travaux de documentation et de recherche, sans oublier les workshops, les stages techniques et les voyages d’études. 

Les épreuves se basent sur l’examen du dossier pédagogique de       l’élève, une sélection de travaux significatifs de ses trois années d’études et d’un entretien avec le jury. Ce dernier est composé de trois membres : un professeur de l’École et deux experts extérieurs (dont l’un est président du jury). Le DNA offre la possibilité de se présenter aux concours externes et internes du CAPES, ainsi qu’aux concours externes du CAPET.

  • Le deuxième cycle :

Pour intégrer ce nouveau cycle, le DNA est indispensable, tout comme   l’accord de la commission des enseignants de l’école (après entretien avec l’élève). 

La première année de ce second cycle permet l’émergence d’un projet plastique et du mémoire. Les élèves devront réaliser des stages en milieu professionnel ou alors suivre un cursus dans un établissement partenaire étranger. À leur retour, ils devront effectuer une présentation, afin de contrôler les acquis.

Les enseignements sont constitués de cours imposés (théorie des arts, préparation et élaboration du mémoire de master, atelier de langues et conférences) et de cours liés aux options.

La cinquième année est axée sur des projets personnels de l’élève et la préparation à son diplôme de fin d’études (DNSEP). Il doit maintenant définir plus précisément les champs de recherche explorés, en respectant une démarche basée sur les aspects théoriques et plastiques de sa production. Les enseignants l’aident dans l’élaboration de cette recherche (suivi individuel). Dans un premier temps, l’élève finalise son mémoire, sous la direction du référent mémoire. Il présente ensuite son mémoire, soit au début du dernier semestre, soit lors de la soutenance plastique. 

Pour rappel, le cursus fonctionne sous le système des crédits ECTS. Le nombre total de ces crédits, obtenus durant les différents semestres, est de soixante sur une année. Quarante-huit crédits sont nécessaires pour passer en année supérieure. En dernière année, les élèves ayant obtenu l’ensemble des crédits requis sont autorisés à se présenter au DNSEP. 

Depuis 2012, ce diplôme dispose du grade Master et réunit comme on a pu le voir deux épreuves majeures : le mémoire et le travail plastique. Le mémoire de recherche fait l’objet d’une soutenance devant un jury composé d’un professeur de l’école et d’une personnalité qualifiée. La réussite à l’épreuve permet l’attribution de cinq crédits, lors de la soutenance plastique au mois de juin. 

Enfin, le travail plastique. Sa soutenance se déroule en fin de dernier trimestre, devant un jury composé de cinq membres : un professeur de l’école, une personnalité qualifiée présente lors du jury de soutenance du mémoire, un artiste et un représentant du monde professionnel. L’obtention du travail plastique permet l’attribution de vingt-cinq crédits.  

L’ensemble du cursus représente trois cents crédits. Il n’est pas possible de se présenter plus de deux fois aux épreuves du diplôme; sachant que la seconde présentation est subordonnée à une décision favorable du directeur de l’École. Cette décision est prise sur proposition d’une commission pédagogique, composée de professeurs de la cinquième année.

Option Art

  • Mention Art (généraliste et expérimentation, DNA et DNSEP)
  • Mention techniques textiles (DNA)
  • Mention sculpture (DNSEP).

Option Design

  • Design et Territoire (DNSEP)
  • Design sonore (DNSEP)
  • Design computationnel et mécatronique (DNSEP)
  • Bad Design (DNSEP).

Mention Conservation-restauration des biens culturels (DNA et DNSEP)

Besoin de revoir les bases et de se mettre à niveau?

L'abonnement au blog est gratuit et vous pouvez vous désinscrire quand bon vous semble (heureusement d'ailleurs!) 😉

Avis sur l'école

Aucun avis pour le moment 🙁