En tant que dessinateur débutant ou amateur, il est très difficile de rester objectif dans l’analyse de ses dessins ou de ses créations. Pour ma part, même en tant que dessinateur confirmé, il m’est toujours difficile de garder un œil frais sur mes croquis ou mes illustrations, alors je peux aisément me mettre à la place du dessinateur novice qui ne sait absolument pas quel chemin emprunter pour parvenir à un dessin présentable.

C’est à force de conseiller les nouveaux dessinateurs qui se tournent vers moi quotidiennement que m’est venue une idée : quoi de mieux que de vous montrer la méthode que j’utilise pour analyser une image, que ce soit un dessin au crayon ou une illustration couleur ? Cet article vise particulièrement les dessinateurs en quête de critique constructive. Je sais qu’en tant que dessinateur/artiste, on se sent souvent très seul. Je compatis tout à fait à cette souffrance, car bien souvent notre entourage ne comprend pas pourquoi on gribouille constamment sur des feuilles de papier, et il est difficile de se décider à s’adresser à l’un d’entre eux, « qui n’y connait rien », de peur de l’ennuyer, ou de peur qu’il ne soit pas assez objectif. Pourtant, c’est la meilleure chose que vous puissiez faire. Demander à vos amis ou à votre famille, c’est un peu comme demander un avis au grand public : c’est un premier pas vers le succès, même si la critique fait mal les premières fois, ça ne peut s’avérer que bénéfique pour votre progression à long terme. Je n’ai pas dit que c’était facile d’exposer son travail, au contraire, c’est une preuve de courage.

Une fois le cap passé, on devient plus serein, plus réceptif, et on canalise alors mieux sa fierté (qui est assez mal placée au début il faut l’admettre, surtout quand on est en phase de forte progression). Quel jeune dessinateur ne s’est jamais dit intérieurement : «m’en fiche ! Je le trouve bien mon dessin ! » ou «  ils n’y connaissent rien de toute façon ! » et n’en a pas fait au final qu’à sa tête ? Certes il faut être un peu têtu pour être dessinateur, car on est souvent conditionné seul contre tous (vive le partage sur internet!). Mais il est nécessaire pour nous de canaliser nos comportements négatifs et de rester constructifs en toutes circonstances. Bon, je généralise bien sûr, j’imagine qu’il doit bien y avoir des exceptions, mais en côtoyant de plus en plus de néophytes, je me rends mieux compte des  réalités. Bref, revenons à nos moutons…dessin mouton Je suis bien conscient que certains d’entre vous pensent qu’il est impossible de se montrer objectif face à son propre travail, et qu’il est toujours plus facile de critiquer le dessin du voisin : je dois dire que ce n’est pas tout à fait faux. Cela dit, je me dois de vous faire part de techniques pour pallier partiellement au problème de manque de recul. dessin-personnage-creatif

L’objectivité artistique

Qu’est-ce que l’objectivité artistique? Si vous cherchez la définition du terme “objectivité” dans Wikipédia vous pourrez vous rendre compte que l’objectivité est déjà un concept assez complexe… alors l’objectivité attribuée à l’Art, qui est un domaine déjà très flou en soi, je ne vous en parle même pas! 😀 Pour nous mettre d’accord sur les termes, et pour ne pas me prendre de plein fouet les élans philosophiques de certains de mes lecteurs, j’aimerais vous présenter mon humble définition de l’objectivité artistique.

Pour faire simple, je dirais qu’être objectif c’est se forcer à penser comme un individu moyen qui a une culture minimale sur le sujet. Mettez-vous à la place de celui qui ignore le contexte, la technique et la symbolique. Dites-vous qu’à partir du moment où vous vous intéressez à la technique ou à l’ergonomie, vous risquez de ne plus être objectif sur l’image en elle-même. Objectivement, un dessin est ce qu’il est… c’est-à-dire un dessin ! quelques traits qui  veulent représenter quelque chose de réel (ou au moins en partie). Mettez-vous à votre place à l’époque où vous n’y connaissiez rien en dessin ou en histoire de l’art. Essayez alors de vous souvenir des images que vous appréciez à l’époque et questionnez-vous sur le pourquoi : Pourquoi aimiez-vous ces dessins, ou ces peintures à cette époque? On pourrait aussi se poser la question de cette manière : Quels sont les éléments qui provoquent le succès d’une image auprès du grand public, c’est-à-dire des personnes « qui n’y connaissent rien » ? (attention je ne parle pas de l’effet mouton que peut provoquer un buzz autour d’une illustration, je parle du succès d’une image à l’échelle individuelle).

Lorsqu’on est jeune, c’est souvent le côté esthétique qui prime, le côté conforme, le côté « bien fait », les beaux personnages, la puissance animale, les choses précieuses, les histoires simples qui finissent bien, les pouvoirs surnaturels… À ce stade on préfère généralement les images qui en envoient des tonnes visuellement, on apprécie le côté symétrique des illustrations, car cela nous ramène au concept de perfection et de conformité qui font partie de nos modes de défenses primitifs.

Bien souvent, avec la maturité, notre attention se focalise plus sur les émotions, sur la suggestion, sur l’histoire que raconte l’image, sur le mystère qu’une création dégage, et paradoxalement (et bien souvent inconsciemment) cela nous ramène aux souvenirs de notre vie passée, notre enfance, nos amitiés, nos amours et certains évènements particuliers que l’on a vécus. Avec l’âge, on accepte généralement plus que les choses soient moins parfaites, moins esthétiques, moins précises. Notre concept de beauté se voit transformé, et notre vision globale se métamorphose progressivement. C’est en grandissant qu’on en vient à certaines conclusions comme par exemple : « qu’est-ce que j’étais c** quand j’étais plus jeune ! » 😀 . Je pense sincèrement que ce n’est pas de la bêtise, c’est simplement notre épanouissement en tant qu’humain qui veut ça. Au fur et à mesure que nous comprenons le monde qui nous entoure, notre sensibilité picturale s’en voit aussi transformée.

Heureusement, il existe des réactions invariables que l’on retrouve chez le grand public, et je tiens à vous en dire plus à ce sujet afin d’en faciliter la prise de conscience et d’améliorer vos chances d’être plébiscités par le plus grand nombre (si c’est ce que vous cherchez bien évidemment). grand public

L’analyse du public « qui n’y connait rien »

Tout d’abord, ne voyez pas le grand public comme des ignorants complets, voyez-les comme des personnes qui ne sont pas intéressées par le processus, mais par le résultat. J’insiste sur ce point. Un individu moyen ne s’intéressera pas à la manière dont vous vous y êtes pris pour tenir votre crayon ou bien au médium que vous avez utilisé, ou encore au temps que cela vous a pris : pour dire vrai, c’est le cadet de ses soucis. Il va juger votre création avec les moyens humains qu’il a en sa possession, aussi bien conscients qu’inconscients. Voici donc ce que vous devez savoir sur l’individu moyen« qui n’y connait rien »:

verdict dessin

Faire aimer son travail au grand public

Voici mes conseils généraux pour que la majorité du public apprécie ce que vous faites (si, encore une fois, tel est votre objectif ^^):

analyse picturale

Les étapes de l’analyse picturale

Voici les questions générales que je me pose dans le but d’analyser une illustration :

oeil objectif

Rester objectif sur son propre travail

Voici quelques-uns de mes conseils pour vous faciliter la tâche dans votre autocritique :

Gardez en tête que faire son autocritique est un exercice difficile, mais qu’avec de l’entraînement, vous pourrez bénéficier d’un meilleur recul sur votre propre travail en habituant votre œil à observer et analyser. Je ne vous cache pas que plus vous avez de connaissances théoriques, plus vous maitriserez les bases du dessin (perspective, lumière, composition…), et plus vous aurez de facilité à capter les éléments qui desservent une illustration. Souvenez-vous toujours : on peut s’améliorer considérablement en dessin rien qu’en prenant le temps d’observer. Personnellement j’adore regarder des films sans le son, et faire des arrêts sur image régulièrement. Ça prend du temps, c’est sûr, mais qu’est-ce que c’est bénéfique ! Vous en apprendrez parfois même plus en observant qu’en dessinant, surtout si vous vous concentrez correctement et que vous essayez de comprendre le pourquoi. Encore une fois cet apprentissage prend du temps, donc restez zen et faites-vous plaisir avant tout.   Vous souhaitez réagir sur ce sujet ? N’hésitez pas à commenter et à nous faire partager votre avis. Il m’intéresse toujours.   _

 

Télécharger l’article (format PDF)