Maintenant que vous avez choisi de passer un peu plus de temps à dessiner sérieusement, vous hésitez entre prendre des cours du soir, ou apprendre à la maison avec des livres, des vidéos ou toute autre solution sur internet (gratuites ou payantes). Si vous passez votre baccalauréat, et que vous êtes un passionné de dessin qui veut en faire son métier, il est évident que vous chercherez une orientation plus scolaire. Dans cet article nous pèserons le pour et le contre de chaque solution qui s’offre à vous.

Prenons tout d’abord, prenons l’exemple de Léa

Léa est une secrétaire médicale de 33 ans et mère de 2 enfants en bas âge. Léa aimerait se faire plaisir à peindre à l’aquarelle une fois par semaine. Son mari étant en déplacement la plupart du temps, elle se dit qu’elle pourrait laisser ses enfants à leurs grands-parents ou à la nounou pour suivre les cours du soir à l’institut des beaux arts ou de l’atelier d’art le plus proche. Habitant à 10 kilomètres d’une grande ville, elle estime qu’elle mettra à peu près: 25 minutes pour poser ses enfants chez ses parents, aller en ville et garer sa voiture, 1h30 de classe de peinture, et environ 25 minutes pour revenir, chercher ses enfants et rentrer à la maison; soit un total de 2h20 par séance.

Elle consacrera à peu près 280 heures soit 12 jours pour son activité (grandes vacances comprises). L’avantage des cours collectifs est qu’elle pourra utiliser le matériel de l’atelier et le laisser sur place une fois le cours fini; attention toutefois, car de nombreux ateliers ne donnent/prêtent pas de fournitures. Un intervenant sera présent pour la guider et la conseiller en temps réel ce qui est plutôt pratique. Il faut aussi souligner que l’effet de groupe et l’enthousiasme commun entretiennent la motivation.

Concernant les tarifs: ils peuvent varier pour des cours collectifs: en moyenne pour une séance par semaine, Léa devra débourser à niveau de 1500 euros à l’année, sans compter les fournitures, l’essence et les places de parking si elle se déplace en voiture.

Elle progressera assez rapidement pendant les cours, mais ne pourra pratiquer chez elle si elle n’a pas de place ni de fourniture. De plus, comme la majorité des Français, elle ne peut se concentrer plus d’une heure sur une activité créative à la maison, car qui dit “domicile” dit “distraction” (tâches ménagères, papiers administratifs, téléphone, télévision, enfants…).

Prenons le cas de Julien

Julien est un étudiant de 19 ans passionné de dessin: il rêve d’être animateur chez Disney. Après son baccalauréat, il persuade ses parents de le laisser entrer dans une grande école d’animation. Le coût moyen des frais de scolarité d’une bonne école en illustration/animation s’élève à environ 4000 euros par an (sans compter certaines fournitures, livres et certains suppléments). Julien, durant ses trois années d’étude, constituera un portfolio et obtiendra son diplôme en validant son projet de fin d’année. Certains directeurs artistiques pourront le recruter dès sa sortie de l’école si celle-ci est reconnue dans le monde artistique. Si l’école dans laquelle il a fait sa formation n’est pas connue, il devra se démarquer par la qualité de son portfolio et pas de son diplôme (contrairement à certaines croyances).

Prenons maintenant le cas de Thomas et Chloé

Thomas est un collégien de 15 ans. Il partage sa passion du dessin avec sa meilleure amie Chloé qui est dans la même classe que lui. Thomas est fan de manga et préfère le dessin de bande dessinée: il passe des heures à recopier les dessins de ses auteurs préférés. Chloé, quant à elle, préfère l’univers du fantastique et tout ce qui touche à l’onirisme. N’ayant pas beaucoup d’argent de poche, les deux compères se cotisent pour acheter un livre pour apprendre à dessiner et quelques vidéos de formation payantes sur internet. De plus, ils fréquentent beaucoup les forums et les sites comme YouTube, pour observer certains experts à l’œuvre depuis chez eux. Thomas et Chloé dessinent souvent dans leur coin, mais ils se présentent toujours leurs créations et comparent leurs œuvres; ceci entretient l’émulation de chacun et permet de les faire progresser rapidement.

Cas par cas : Avantages et inconvénients

Cours collectifs

Avantages :

Inconvénients :

Cours particuliers à domicile

Avantages :

Inconvénients :

Écoles spécialisées

Avantages :

Inconvénients :

Autodidacte

Avantages :

Inconvénients :

Conclusion

Chaque personnalité étant différente, il convient de bien se connaître au préalable et de réfléchir sur le pour et le contre de vos choix futurs. Il est évident qu’il n’existe pas un seul chemin, et pas un seul but (tout le monde ne veut pas devenir artiste professionnel).

Personnellement, je trouve qu’il est assez pratique d’avoir un intervenant à côté de soi, qui nous corrige à tout moment. Le problème apparaît lorsqu’on veut travailler seul pour des projets personnels. L’émulation de groupe et la présence d’un professeur sont très addictives et contre-productives à long terme. De plus, ces cours peuvent représenter un sérieux investissement financier. Concernant les écoles, tous les parents ne peuvent pas payer les meilleures écoles à leurs enfants. D’autres solutions doivent donc être envisagées.

Vous l’aurez compris, je suis militant de l’art autodidacte. Si vous savez ce que vous voulez vraiment, si vous savez gérer votre temps, si vous n’êtes pas trop fainéant et que vous savez aller à l’essentiel, n’hésitez plus et foncez. J’apporterai dans mes futurs articles de réelles solutions/astuces/conseils pour les personnes qui veulent apprendre à la maison de façon efficace. 🙂

À vos crayons !

-Pit-

Télécharger l’article (format PDF)