Dans le futur, nous essaierons de récolter des avis sur les cours de dessin donnés dans cette école dont le programme vous est présenté dans cette fiche.

Établissement d’art public, l’ÉSAD (École Supérieure d’Art et de Design) d’Orléans  est l'héritière de l'ancienne École de dessin de la ville, qui existe depuis 1787. Elle présente une particularité : on n’y enseigne que le Design. Devenue tour à tour “École des Beaux-Art”, puis “Institut d'arts visuels” (IAV) en 1976, l’École a depuis longtemps, introduit le design dans son cursus. En Janvier 2011, l’établissement prend le nom d'École supérieure d'art et de design d'Orléans. Elle acquiert aussi le statut d'établissement public de coopération culturelle. Ce statut autonome était nécessaire pour s'inscrire dans le système européen. L'établissement public est financé en grande majorité par Orléans Métropole, et se trouve sous tutelle pédagogique du ministère de la Culture.

La pédagogie de l’école se veut ancrée dans un univers contemporain, et s’interroge sur l’avenir de l’édition imprimée et numérique, des objets connectés. Il est aussi question de sculpture des données, de cohabitation écologique et de biens communs, d’archéologie des médias et de design du temps. Cette stratégie pédagogique donne à l’école une place peu commune dans l’univers des formations en Design, en France comme en Europe.

L’école se situe près du centre historique de la ville d’Orléans et reste proche de Paris et de ses grands axes. Mais l’établissement ne compte pas que sur sa localisation pour entretenir son dynamisme, puisque l'ESAD d’Orléans propose régulièrement des événements, des expositions dans sa Galerie, et des conférences au Musée des Beaux-Arts.

Elle propose tout d’abord un cursus court de trois ans. Durant la préparation de ce DNA, les étudiants vont y apprendre le Design d’Objet et d’Espace et le Design Visuel et Graphique. Il leur est possible de croiser leurs études avec celles de l’Ecole Nationale d'Architecture Paris Val de Seine (l’ENSAPVS ), mention Design Objet Espace/Architecture. Ils peuvent aussi suivre un parcours avec l’ENSA Bourges (Art & design).

L'ESAD d’Orléans propose aussi un cursus en cinq années. Lors de la préparation du DNSEP, les étudiants vont se former au Design des Media ou au Design des Communs. Cohérentes avec la stratégie pédagogique de l’école, ces mentions sont donc tournées vers les pratiques et les recherches actuelles au niveau international.

Enfin, après le master, les étudiants peuvent continuer soit : 

  • une année de plus après leur DNSEP, en réalisant un post-master “Objets connectés”, “Cinéma, Audiovisuel, Média Design et Image Animée”, 
  • trois années supplémentaires, en préparant un Diplôme Supérieur de Recherche en Design.

L’établissement propose également une classe préparatoire aux examens d’entrée en école d’art.

Ressources de l'École

Les ateliers

Avec le soutien de la Métropole d’Orléans, de la région Centre-Val de Loire et de ses différents mécènes, l’ÉSAD Orléans a pu investir dans des équipements de haut niveau, dont les étudiants profitent dès la première année.

L’atelier Bois met à leur disposition des outils et des machines. 

Pour le gros œuvre et la menuiserie, ponçage, rabotage, usinage, découpe de matériaux divers: défonceuse numérique CNC, mortaiseuse, dégauchisseuse, scies à panneaux, scie combinée, tour à bois. 

Pour l’assemblage, les finitions et les petites manipulations, panoplie d’outils destinés à couper, percer et poncer: ciseaux à bois, gouges, scies à main, perceuses à colonnes, ponceuses à disques.... Des établis de travail sont également disponibles

Ce lieu permet de réaliser des exercices pratiques, de concevoir des projets d’objets, d’espaces et de constructions.

L’atelier Métal va permettre le travail de matériaux comme l’acier, l’inox, le laiton, l’aluminium… Les étudiants peuvent se former à un ensemble de machines outils : scie radiale, cisaille, rouleuse, plieuse, cintreuse, perceuse à colonne. Ils vont alors apprendre les techniques de débit, de façonnage et d’usinage.

On retrouve aussi dans cet atelier, un découpeur plasma à commande numérique (qui représente un premier accès à la production assistée par ordinateur), une installation permettant de souder à l’arc (mig, tig, saee) ou bien de souder et de braser grâce à un poste autogène (acétylène et oxygène).

L’atelier prototypage propose une gamme de petit outillage, scie, lime, râpe, dremel … L’apprentissage manuel est ainsi favorisé. Cet atelier, c’est aussi: 

  • une thermoformeuse ;
  • deux imprimantes 3D pour la conception de moules, de produits à destination d’une validation technique, ou de pièces finies ;
  • un fil chaud pour couper différentes mousses ;
  • une thermoplieuse pour le plastique ;
  • une débulleuse pour le silicone, les polymères et certains collages spécifiques.

La découpe et la gravure de divers matériaux est aussi possible. Cette découpe va du papier de soie au bois massif, grâce à la découpe laser. Une cabine de peinture vient compléter cet atelier, afin de permettre les finitions. Cette cabine est équipée d’un compresseur avec pistolet et aérographe. 

L’atelier gravure propose la mise en place des méthodologies de travail concernant les processus d’impression traditionnels (gravure et impression de taille-douce et taille d’épargne), de la genèse du projet à sa conception puis à sa mise en forme. Il s’agit d’apprendre et de maîtriser des fondamentaux techniques et mentaux qui amèneront par la suite au travail imprimé.

Cet atelier est donc un univers d’initiation et d’expérimentation. Il permet aussi la génération de projets. En lien avec les recherches et les enseignements en illustration, graphisme ou infographie, l'atelier dispose des matériels de gravure traditionnelle et des équipements permettant de procéder à des impressions en risographie, de presses typographiques et d’un thermorelieur.

L’atelier modelage et moulage propose aux étudiants de travailler à partir de trois matériaux principaux (terre, plâtre et cire), tout en restant ouvert à d’autres. Les étudiants vont y produire des sculptures, modelages, céramiques, prototypes, et réaliser des recherches formelles en volume, ainsi que des moulages. Ces derniers seront réalisés principalement en plâtre en creux perdu, ou bon creux, être à ciel ouvert ou à pièces. Les étudiants auront la possibilité de s’initier au moulage élastomère. Concernant le matériel, l’atelier dispose de deux fours : 

  • un four Nabertherm à 5 faces chauffantes;
  • un four Céradle à grande capacité,  pour les cuissons courantes.

L’atelier propose aussi : 

  • une croûteuse pour réaliser des plaques ; 
  • une boudineuse dédiée au brassage des grandes quantités de terre ; 
  • une extrudeuse ;
  • un délayeur pour brasser les barbotines ; 
  • une cabine d’émaillage à rideau d’eau ; 
  • un pistolet à godet pour pulvériser l’émail ; 
  • un compresseur pour le pistolet d’émaillage ;
  • une imprimante 3D céramique.

L’atelier photographie se divise en quatre espaces complémentaires, à savoir, une salle de cours, un studio de prise de vues, un laboratoire argentique et un laboratoire numérique.

Ici, les étudiants vont pouvoir construire et réaliser des projets singuliers : tirages, publications, portfolios, installations, expositions. Cela demandera la maîtrise d’une chaîne de production photographique qui passe du choix de l’appareil photo à l’impression, en passant par la post-production. La transversalité entre médiums et techniques est une réalité dans cet atelier, car les étudiants peuvent passer de la photo à la vidéo, de l’argentique au numérique. 

L’atelier son dispose des différents outils indispensables aux étapes de la production et de la post-production audiovisuelle numérique. On y retrouve du matériel de tournage (caméras, éclairages, trépieds, micros…), une douzaine de postes informatiques destinés au montage, au compositing et à la stop-motion, et enfin, un studio de prise de vue et une cabine d’enregistrement sonore insonorisée.

L’atelier 2D/3D offre aux étudiants la possibilité de travailler le dessin technique, et d’appréhender les outils de CAO/DAO. Dans cet atelier, ils vont découvrir la modélisation en vue du prototypage et de l’impression 3D, l’imagerie numérique photoréaliste, la modélisation procédurale, la maquette d’architecture BIM. La pédagogie se base sur l’acquisition d’une méthodologie de travail et l’appropriation de tous les possibles de ce medium, en lien avec les enseignements et les différents ateliers de l’école. Le but est de créer une culture et une connaissance de la 3D grâce aux logiciels généralistes mais aussi spécialisés (3D Studio Max, Blender, Fusion 360, Archicad). Les étudiants peuvent compter sur 18 postes PC dédiés à la 3D.

L’atelier impression se positionne en relais pour le suivi des projets,  qu’ils soient personnels, collectifs ou pour les programmes de recherche en Art et Design. Il fait le lien entre la production d’imprimés, de micro-éditions, la publication artisanale et la publication numérique. Grâce à cet atelier, les créations passent de l’état d’idée à celui d’objet tangible. Les étudiants peuvent aussi se confronter à une réalisation en conditions professionnelles. Afin de découvrir les matières et les supports, en fonction des projets, une papierthèque est disponible. On retrouve également une presse numérique, des traceurs grands formats, un massicot 52cm, un perforelieur métal et plastique, ainsi qu’une agrafeuse électrique.

L’atelier infographie permet l’aboutissement de tout projet de création graphique. Les étudiants vont pouvoir utiliser des logiciels (Indesign, Photoshop, Illustrator) de retouche d’images et de composition, réaliser des  logos et des illustrations. L'atelier permet aussi la gestion des polices de caractères, la composition des textes et des titrages, et la réalisation de documents d’exécution… Les étudiants apprendront l’ensemble des techniques sous forme d’exercices et de cas pratiques à réaliser (sous l’encadrement d’un enseignant).Il n’est pas rare de voir se croiser les ateliers autour d’un même projet (découpe numérique, impression, gravure, photo ou vidéo, etc.)

La bibliothèque

Nous ne le rappellerons jamais assez, une bibliothèque constitue une ressource pédagogique à part entière. Pour les étudiants, c’est un lieu de recherche, de documentation, d’écritures, de rencontres et d’échanges, indispensable à la pratique artistique. Celle de l’ESAD d’Orléans ne fait pas exception, en permettant la découverte et l’étude de différents langages artistiques des 20e et 21e siècles (et notamment des trente dernières années). Elle couvre l’ensemble des pratiques enseignées à l'ESAD Orléans.

La collection de l’école, c’est 9000 documents et 25 revues spécialisées, majoritairement en design, graphisme, art contemporain, photographie, architecture, allant de l’histoire de l’art à l’archéologie du numérique. 

Consultable en ligne, le catalogue de l'école est intégré à celui du réseau des médiathèques d’Orléans. La bibliothèque participe également au réseau des bibliothèques des écoles d’art (BEAR) et à sa base de données BSAD (base spécialisée art et design). Dans cette dernière,  les revues sont dépouillées, les éditions des écoles d’art répertoriées, et les mémoires de fin d’études conservés.

Formations

Classe préparatoire

Comme cité un peu plus haut, l’école dispose depuis 2017 de sa propre classe préparatoire, ayant pour but d’accompagner les étudiants dans leur passage du secondaire aux études supérieures. Cette classe est une occasion pour eux de s’orienter vers les études supérieures de la création, en préparant les examens d’entrée des écoles de leur choix. Attention cela dit, cette classe préparatoire ne permet pas une entrée automatique en première année de l’ESAD.

Cette année préparatoire permet d’acquérir des compétences techniques et théoriques indispensables pour les sélections d’entrée dans les écoles supérieures préparant aux métiers artistiques. Une approche transversale et panoramique y est proposée, ce qui permet d’arpenter les territoires de l’art (dessin/peinture/couleur), du projet, et de travailler aussi bien le volume que le signe. 

Les élèves bénéficient d’un suivi personnalisé, ils pourront faire des rencontres avec des professionnels des différents milieux artistiques, visiter des établissements culturels et artistiques de premier plan… Cette année permet de préciser le projet d’étude d’un étudiant qui va développer sa personnalité artistique.

Programme de cette année préparatoire:

  • Pratiques artistiques (dessin, peinture, couleur, volume, composition graphique);
  • Approche des techniques d’atelier (maquette, modelage, gravure, photographie);
  • Initiation aux logiques de projet;
  • Parcours d’orientation et accompagnement individuel;
  • Culture et approches théoriques;
  • Langue vivante (anglais);
  • Workshops, conférences et sorties culturelles;
  • Travail personnel exigeant (10 à 12 heures par semaine).

DNA

La première année est conçue comme une année d’orientation commune aux deux mentions principales du premier cycle de l’ESAD. Les étudiants vont pouvoir acquérir les bases techniques, pratiques et théoriques indispensables pour le bon déroulement du reste de leur cursus. La pédagogie se concentre sur l’acquisition des fondamentaux du design (dessin, volume, couleur, matière code, machines, plans, morphologie, structure, photo, vidéo, peinture) et l’initiation individualisée au design d’objet/espace et visuel/graphique. Les étudiants vont pouvoir acquérir des connaissances théoriques en histoire de l’art, culture du design et cultures numériques.

Les deux années suivantes forment un bloc menant au DNA. L’enseignement contient : 

  • des projets obligatoires constituant le tronc commun et destinés à un travail en profondeur (80 heures par semestre) ;
  • des projets optionnels relevant du parcours individuel (40 heures par semestre) ; 
  • des modules au nombre de 4 ou 5 selon la mention choisie, qui permettent de compléter les savoirs et maîtrises techniques des étudiants dans un domaine particulier, d’acquérir des moyens pour la mise en œuvre du projet ;
  • un suivi individualisé du projet personnel ; 
  • des temps de recherche collaboratifs appelés “Sondes”, et ayant pour objectif de sensibiliser les étudiants à l’activité de recherche-création, de leur faire découvrir les méthodes de recherche, ses pratiques ;
  • un stage professionnel.

Les deux mentions proposées sont : 

  • Design Visuel/Graphique (DVG), qui forme les étudiants à tous les aspects de la création visuelle en design graphique : expression visuelle, édition, web design, graphisme dans l’espace (tangible, virtuelle, augmentée, étendue) ;
  • Design Objet/Espace (DOE), qui va parcourir tous les aspects de la conception en volume : de l’objet à l’espace, du design quotidien au design prospectif, du design sensoriel au design d’interaction.

Liste des cours Design Visuel/Graphique (DVG)

Pratique plastique :

  • Infographie 
  • Code web 
  • Gravure 
  • Photographie 
  • Scénario
  • Code créatif 
  • Couleur 
  • Dessin(s) 
  • Revival Typographique 
  • Exploration graphique 
  • Éditions multiples 
  • Design interactif et jeu vidéo 
  • Impression 
  • Graphisme - Expression visuelle 
  • Web design 
  • Graphisme dans l’espace 
  • Web to print 
  • Éditions Mobiles 
  • Installation et réseaux 
  • Film - Animation - Oeuvres mixtes 
  • Édition photographique documentaire 
  • Édition + typographie

Sondes (Ateliers de sensibilisation à la recherche) : 

  • Aux confins du jeu 
  • Besoins radicaux - Paradis artificiels 
  • Éditions 
  • Graphisme et couleur 
  • Quand l’art dialogue avec le patrimoine

Histoire, théories des arts et langue étrangère : 

  • Anglais 
  • Arts et Cultures numériques 
  • Histoire de l’art 
  • Histoire du graphisme 
  • Culture de l’image 
  • Introduction à la philosophie de l’art 
  • Cycle de conférences 

Stage (Semestre 3 ou 4) 

Recherches personnelles (Semestres 3 à 6) 

Bilans du travail plastique et théorique (Semestres 3 à 6)  

Suivi écrit et mise en page du DNA (Semestre 6) 

Soutenance du Diplôme National d’Art (Semestre 6)

Liste des cours Design Objet/Espace (DOE)

Pratique plastique :

  • Atelier infographie 
  • Atelier 2D/3D 
  • Atelier prototype 3D 
  • Atelier recyclisme 
  • Photographie 
  • Ergonomie du texte 
  • Computer design 
  • Réalité virtuelle et réalité augmentée
  • Couleur 
  • Dessin(s) 
  • Expérimentation matériaux 
  • Motion Design 
  • Modélisation algorithmique paramétrique 
  • Design espace 
  • Objet de transition 
  • Objets connectés 
  • Espace et habitat durable 
  • Data sculpture 
  • Scénographie 
  • Installation 
  • Habiter l’espace public / l’espace privé 
  • Initiation à l’architecture 
  • Objet et Mobilier 
  • Design produit 

Sondes (Ateliers de sensibilisation à la recherche) : 

  • Aux confins du jeu 
  • Besoins radicaux - Paradis artificiels
  • Éditions 
  • Feu doux 
  • Graphisme et couleur 
  • Quand l’art contemporain dialogue avec le patrimoine

Histoire, théories des arts et langue étrangère : 

  • Anglais 
  • Histoire de l’art 
  • Histoire du design 
  • Arts et Cultures numériques 
  • Design des communs 
  • Initiation à la philosophie 
  • Théorie de l’art 
  • Cycle de conférences 

Stage (Semestre 3 ou 4) 

Recherches personnelles (Semestres 3 à 6) 

Bilans du travail plastique et théorique (Semestre 3 à 6) 

Suivi écrit et mise en page du DNA (Semestre 6) 

Soutenance du Diplôme National d’Art (Semestre 6)

DNSEP

Le parcours DNSEP propose plusieurs mentions : 

  • DNSEP, Option Design, Mention Design des Communs – Parcours Design d’espace. Le design des communs concerne tout ce dont les gens ont usage, des entités naturelles, patrimoniales, matérielles ou immatérielles. Le design d’espace va permettre de concevoir un lieu, privé ou public, un intérieur (scénographie, architecture d’intérieur) ou un extérieur (paysage rural, urbain).
  • DNSEP, Option Design, Mention Design des Communs – Parcours Objets connectés et design des données. Au design des communs que nous venons d'évoquer, se rajoute le parcours Objets connectés et design des données, qui permet aux étudiants de prendre la mesure de ce que devient un objet au sein d’un espace connecté. 
  • DNSEP, Option Design, Mention Design des Média – Parcours Éditions. Le design des média (écrit sans s pour désigner les média techniques et non pas le concept de médias de masse), consiste à traiter des média techniques (les appareils numériques et les réseaux) pour en évaluer les effets sur la culture, l’écriture, la lecture, l’image, le son, les sens, les rapports sociaux ... Le design des média cherche à les influencer. Le parcours Éditions permet aux étudiants de comprendre les mutations de l’édition au sein du milieu numérique.
  • DNSEP, Option Design, Mention Design des Média – Parcours Archéologie des média. La mention design des média ayant déjà été évoquée, passons au parcours Archéologie des média. Il offre la possibilité aux étudiants de s'interroger sur les questions soulevées par l’émergence et l’obsolescence des média numériques, et de tenter d’y apporter une réponse. Le parcours se concentre notamment sur l’étude, d’un point de vue technique, artistique et culturelle, des réseaux, en allant des plus récents comme  Internet, aux moins récents comme le  Minitel ou la radio. 

Dès la quatrième année, les étudiants approfondissent leurs connaissances théoriques, et développent un projet plastique singulier, qui sera au centre de leur formation artistique. Le mémoire va leur permettre d’articuler l’approche théorique avec l’approche plastique.

Les étudiants vont bénéficier d’un accompagnement dans leur projet plastique personnel, d’une formation théorique, d’un enseignement pratique en anglais. Une période de stage (maximum 6 mois) ou un échange international fait également partie de leur formation en 4e année.

Sans distinction de mention et de parcours choisis, les étudiants bénéficient d’un enseignement diversifié et transversal, portant sur la question de l’accrochage, la rédaction de projets, les pratiques de la production et de la diffusion, sans oublier les spécificités professionnelles propres au monde de l’art et du design.

Ils participeront à un temps de travail de recherche collectif ou collaboratif, destiné à les initier aux logiques et méthodes de la recherche en art et en design. Ce temps collectif leur permet aussi de comprendre les étapes de construction des projets avec des architectes, artistes, designers, ingénieurs, scientifiques, théoriciens ou décideurs politiques et économiques. Ces temps collectifs se produisent au sein de Programmes de recherche en Art et en Design (PAD). Ils reposent sur des équipes stables constituées :

  • d’enseignants de l'ESAD Orléans en design, en art, en théorie, des responsables d’atelier, 
  • de chercheurs extérieurs, issus de différentes disciplines et champs scientifiques. 

Chaque programme peut être animé par des intervenants ayant la possibilité de suivre le programme de bout en bout, comme regard extérieur. Un PAD associe à ses recherches plusieurs partenaires (universités, laboratoires, écoles d’art et de design, d’ingénieurs ou de commerce, musée, centres d’art, ...). 

La dernière année se concentre sur le projet personnel de l’étudiant, et propose des enseignements qui lui permettent de développer son projet, de penser à sa vie professionnelle à venir. Durant cette dernière année, l’étudiant reste investi dans l’un des Programmes de recherche en Art et Design. La cinquième année se conclut  par les examens de DNSEP.

Besoin de revoir les bases et de se mettre à niveau?

L'abonnement au blog est gratuit et vous pouvez vous désinscrire quand bon vous semble (heureusement d'ailleurs!) 😉

Avis sur l'école

Aucun avis pour le moment 🙁