Les formations et le forum sont maintenant disponibles sur ce blog. Connectez-vous avec vos identifiants dessin.club -> -
Accueilconseils generalistes dessinDessin traditionnel vs dessin numérique: que choisir?

Dessin traditionnel vs dessin numérique: que choisir?

Nombre de dessinateurs, et notamment les plus jeunes, se sont probablement posés une des questions suivantes:

Que choisir entre le papier et la tablette graphique?
Est-il plus judicieux de commencer par les
 techniques traditionnelles ou par les techniques numériques?
Puis-je apprendre à dessiner sur tablette graphique?
Les brosses Photoshop feront-elles de moi un meilleur dessinateur?

Si vous vous posez actuellement une ou plusieurs de ces questions, sachez qu’il est fort probable que vous ne vous posiez pas les bonnes questions… ^^
Je vous recommande donc de lire la suite de cet article.

 

La déferlante du numérique

Si vous vous intéressez au dessin, vous y avez forcément été exposé à un moment ou à un autre en naviguant sur internet.
En effet, une grande majorité des professionnels du divertissement, animateurs, illustrateurs, concept designers, auteurs de BD, et j’en passe, utilisent l’outil numérique, que ce soit pour les conceptions graphiques en 2D ou en 3D (plus globalement appelées « computer graphics »).

La peinture numérique, appelée génériquement digital painting par nos amis anglophones (non, rien à voir avec la peinture avec les doigts), semble vraiment avoir explosé au début des années 2000.

À l’époque, je ne connaissais même pas les bases du dessin. J’ai même acheté ma première tablette graphique de marque chinoise en 2003, si ma mémoire est exacte. Les résultats se sont avérés catastrophiques. En réalité je m’attendais à des miracles, et aucun miracle n’a jamais pointé le bout de son nez. 🙁 .

Au contraire, sur tablette mes traits paraissaient moches et hésitants, et les interfaces des logiciels me frustraient tant elles paraissaient complexes.
Sans aucune expérience avec les ordinateurs à l’époque, j’étais tout sauf patient avec les logiciels. D’ailleurs, autant être honnête: du haut de mes 23 ans, je n’étais patient avec rien ni personne ! contrairement à aujourd’hui heureusement.
Il a donc fallu à peine deux jours pour que la tablette finisse dans son carton d’origine.

Trois ans après (à 26 ans), têtu comme une bourrique, je me lançais à nouveau dans l’aventure numérique.
Ce ne fut pas vraiment plus facile, mais ce dont j’étais sûr, c’est que je me devais de maîtriser cet outil d’une façon ou d’une autre, coûte que coûte, pour atteindre à mes objectifs afin de me réorienter vers les métiers du dessin.utiliser tablette graphique

 

Les stéréotypes

Les réactions face au digital painting se révèlent être assez différentes d’un individu à l’autre, et varient beaucoup selon l’expérience.
Toutefois, au cours de ces 10 dernières années, j’ai remarqué quelques réactions stéréotypées redondantes.
Peut-être allez-vous vous reconnaître de près ou de loin à travers l’un ou plusieurs de ces cas de figures?
Pour ma part, j’ai longtemps été dans le cas numéro 3, et mon rôle d’enseignant n’a pas arrangé les choses.

Le vieux puriste

Sagesse ne rime absolument pas avec son cas de figure.
Souvent grincheux, soupe au lait et totalement fermé d’esprit, le vieux puriste fait déjà partie des vestiges de la préhistoire, un temps révolu où les rares spécimens parlent de tricherie et usent de leur leitmotiv préféré: « ce n’est plus ce que c’était » ou encore « ce n’est pas de la vraie peinture ».
Issu d’une formation scolaire classique type beaux-arts et verrouillé sur ses positions artistiques, le vieux puriste n’a jamais vraiment pris le temps de tester d’autres alternatives et préfère critiquer plutôt que d’agir et de vraiment tester ce dont il parle.
Le vieux puriste à bon fond et son savoir-faire technique peut être parfois exceptionnel.
Cependant, terrorisé par le changement et empreint de nostalgie pour « le bon vieux temps », il préfèrera rester dans le déni, figé dans son jugement initial jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Le jeune naïf

Fougueux, fier et indiscipliné, le jeune naïf souhaite prendre tous les raccourcis imaginables pour récolter gloire et reconnaissance le plus rapidement possible.
Il recherche clairement la facilité et prend généralement ses aïeux pour des « has-been ».
Au fond de son esprit, la technologie représente le Saint-Graal qui va lui permettre d’être propulsé au rang de demi-dieu du jour au lendemain.
Il absorbe tout ce qui lui passe dans son champ de vision, et pense être capable de faire aussi bien ou mieux que ses artistes préférés juste en ayant visionné un ou deux tutoriels sur YouTube.
Son impulsivité l’empêche d’intégrer tous les conseils qu’il reçoit, et il s’en rend souvent compte des semaines voire des mois plus tard.
Son activité préférée consiste à collecter les brosses Photoshop et les images, sans jamais vraiment pratiquer.
Boulimique de théorie, il ne passe que rarement à l’action.

L’indécis chronique

Toujours le cul entre deux chaises, l’indécis chronique a peur de choisir. Il souhaite toujours bien faire, mais manque cruellement d’objectivité, de bon sens et de caractère. Au fond de lui, il est persuadé qu’un choix reste à faire.
En surfant de portfolio en portfolio, il se rend compte qu’il existe autant de techniques et de styles que d’artistes, et cela le décontenance fortement, car il aimerait une solution clé en main, un parcours facile et une technique bien carrée.
Très terre à terre, il est bousculé d’image en image, et ne sait jamais vraiment sur quel pied danser, et sur quels médias se reposer. En gros il doute de tout, et surtout de lui-même.
L’indécision le rongeant constamment, il passe son temps à chercher son chemin, en alternant les techniques sans jamais vraiment se poser sur aucune méthode ni sur aucun projet.

il faut parfois savoir ouvrir les yeux...

Il faut parfois se remettre en question et ouvrir les yeux sur les évolutions…

 

Redescendre sur terre

Tester une tablette graphique, spécialement s’il s’agit d’un modèle avec lequel on dessine sans voir sa main, peut s’avérer être une vraie torture.
En réalité, l’outil numérique n’a rien de magique.
Il peut même techniquement nous ralentir dans l’apprentissage du dessin, surtout pendant la phase de prise en main de l’outil, voire pire: sans encadrement, cela peut démotiver et décourager un bon nombre de débutants.

Vous l’aurez compris, commencer le dessin sur une tablette graphique classique peut s’avérer extrêmement frustrant et très peu intuitif.
Autant vous l’avouer, rien n’est plus intuitif que le papier et le crayon. Le résultat, bon ou mauvais, est immédiat. Le crayon est l’interface parfaite entre la main et le papier.

C’est pour ces raisons que je recommande à quiconque d’apprendre à dessiner sur papier, au moins pendant quelques mois (le temps d’assimiler les bases), avant de commencer à jouer de la tablette graphique.
Et dans tous les cas, je recommande à tout dessinateur qui se respecte de ne jamais perdre le contact avec le papier.

Pourquoi choisir entre les deux médias, alors que le traditionnel et le numérique se complètent parfaitement?
Un carnet de croquis ne prend pas de place, et se range facilement dans les tiroirs. Autant en profiter.
C’est la seule façon de conserver ce trait caractéristique du média traditionnel.
À l’heure où je vous parle, encore aucun matériel numérique (à ma connaissance) ne parvient à imiter parfaitement les frottements du crayon sur le papier.
Un jour peut-être?

Si les professionnels utilisent autant le numérique, il faut comprendre qu’il s’agit avant tout de contraintes temporelles.
En effet, nos aïeux prenaient davantage le temps de vivre, et le monde évoluait moins vite.
Mais depuis l’apparition d’internet, et la libre circulation de l’information, il devient bien plus difficile que jamais de prendre son temps et de privilégier la qualité.

Et bien sûr, ce phénomène d’accélération sociétaire a eu des répercussions sur le monde du travail. Le dessin numérique est devenu une nécessité de production. Les illustrateurs n’ont plus vraiment le choix de nos jours, à moins d’être particulièrement doués en peinture traditionnelle et rapide, et encore…

Mais le gros avantage de garder le dessin comme loisir, c’est d’avoir le choix des techniques sans contrainte de temps.
Avoir le temps d’expérimenter est un luxe que peu de professionnels peuvent se payer.
J’en arriverais presque à dire que les débutants et amateurs en dessin ont un privilège rare: ils n’ont aucune pression et aucun délai de production.
Évidemment ce manque de deadline n’aide pas les procrastinateurs, mais ça, c’est un autre sujet de discussion.

Guangjian-Huang

Les « artistes numériques » n’ont rien à envier aux artistes plus traditionnels.
© copyright Guangjian Huang

Dessin traditionnel

Avantages du dessin traditionnel

Le gros avantage du dessin traditionnel est qu’il nous permet de matérialiser directement une création originale.
Le plaisir de dessiner ou de peindre est alors à son maximum, car l’interaction entre le média et le support est direct.
Chaque trait, chaque coup de pinceau est ressenti parfaitement par l’artiste et est associé en général à du plaisir.
De plus, après avoir achevé la création, il est possible de conserver ou de vendre l’original.

Inconvénients du dessin traditionnel

Le gros inconvénient du dessin traditionnel est qu’il est difficile de corriger ses erreurs ou de revenir en arrière.
Bien qu’il existe des astuces adaptées pour chaque support, les moyens de correction sont assez restreints et une fois le dessin ou la peinture achevés, c’en est terminé.
Il faut ajouter aussi que les originaux ne se conservent pas toujours bien. Pour un dessin, préférez utiliser des papiers type « archives », en les conservant à l’abri de la lumière et de l’humidité.
Pour ma part j’utilise des pochettes plastiques, et je conserve le tout dans des cartons.

Avec l'expérience, le digital painting permet de pousser les détails à un niveau hyper réaliste tout en imitant les techniques numériques. © Ruan Jia

Avec l’expérience, le digital painting permet de pousser les détails à un niveau hyper réaliste tout en imitant les techniques numériques.
© Ruan Jia

 

Dessin numérique

Avantages du dessin numérique

Le gros avantage du dessin numérique (digital painting) est qu’il est modifiable à volonté.
Chaque création peut être manipulée à l’infini, ce qui est très appréciable.
Même un vieux dessin peut être remis au goût du jour.
De plus, l’outil numérique permet d’employer une gamme infinie d’outils et de logiciels de tous bords. Il n’y a presque plus aucune limite à la technique de création. Cela peut devenir éventuellement un problème pour le débutant qui ne sait plus où donner de la tête.

Inconvénients du dessin numérique

Le gros inconvénient du dessin numérique est que l’oeuvre reste virtuelle tout au long de sa création.
L’impression reste malheureusement un des seuls moyens pour matérialiser une oeuvre numérique.
Par ailleurs, travailler sur tablette graphique en 2016 n’est pas encore spécialement très plaisant: les sensations ne sont pas les mêmes qu’en dessin traditionnel, et encore aucune technologie ne nous permet de ressentir le même plaisir qu’avec un crayon ou un pinceau sur toile.

De plus, les écrans rétroéclairés ont tendance à fatiguer les yeux et à diminuer la créativité.

Dernier point: à la fin d’une création, nous n’obtenons pas d’image originale physique unique, ce qui chasse tout sentiment d’artisanat et de rareté. C’est d’ailleurs pour cette raison que les traditionalistes ont tendance à juger sévèrement ou à dénigrer les oeuvres issues de la peinture numérique.

Pourtant, veuillez croire que la peinture numérique est tout aussi technique voire encore davantage que la peinture traditionnelle! Mais encore une fois, les a priori sont tellement faciles! seuls ceux qui se sont essayés à la technique peuvent émettre un jugement légitime. Ce n’est pas en ayant pris une fois une tablette entre les mains, que l’utilisateur peut se faire une idée, mais en créant une image belle et bien finie.

Il est parfois difficile de différencier peinture numérique et peinture traditionnelle © Wangjie Li

Difficile à croire, mais cette peinture a été réalisée sur tablette graphique. La technique employée pour achever ce genre d’illustration n’est fondamentalement pas différente des techniques utilisées en peinture à l’huile. Seul l’outil l’est!
© Wangjie Li

 

Conclusion

Il en faut pour tous les goûts dans ce monde.
Personnellement je préfère dessiner au trait sur papier, mais j’ai pris l’habitude de mettre en couleur sur tablette graphique.
L’avantage de ce flux de production est de conserver un dessin original tout en mettant en couleur sans perdre de temps.

De plus, mon studio est restreint, et pour le moment je n’ai pas la place pour un chevalet ni pour étendre mes outils traditionnels.
J’imagine que je suis loin d’être le seul.
Cela dit, avec le temps, j’essaie d’accorder autant d’importance à un fichier numérique haute résolution qu’à un original, car au final ce qui compte par-dessus tout c’est le savoir-faire et le talent de l’artiste, et toute l’émotion picturale et graphique qui émane d’une création.

Même s’il est toujours très plaisant d’admirer une peinture originale, j’ai bon espoir que les moyens d’impression soient de plus en plus innovateurs et proches du rendu traditionnel.
Et puis, pour être honnête, rien n’empêche l’artiste de se faire une maquette en format numérique et de le reproduire avec des techniques traditionnelles. Je connais d’ailleurs des artistes qui emploient quelques astuces pour reproduire en traditionnel ce qu’ils ont préalablement peint sur tablette, je vous en reparlerai en temps opportun si ça intéresse certains d’entre vous.

Et vous, chers lecteurs, quelle est votre école de pensée?
Que pensez-vous du dessin numérique par rapport au dessin traditionnel?

Quels sont vos choix? Vos envies pour le futur? Vos objectifs artistiques?

 

Télécharger l’article (format PDF)

_

Dans la même rubrique

89 commentaires pour “Dessin traditionnel vs dessin numérique: que choisir?”

  1. Photo du profil de Irissia Irissia dit :

    Je me suis énormément retrouvée dans cet article! Pour ma part, je suis l’indécis(e) chronique, et c’est extrêmement frustrant T-T
    J’essaye de toucher aussi bien au traditionnel qu’au numérique, et effectivement, ce qui me manque au numérique c’est les sensation du papier et du crayon/pinceau…
    merci pour cet article en tout cas 🙂

  2. Photo du profil de Eirikr121 Eirikr121 dit :

    Très bon article, comme toujours. J’ai l’impression que tu as bien cerné les utilisateurs de tablettes graphiques.
    Personnellement je pense que je me situais entre le jeune naïf, pour le coté collectionneur de brosses et boulimique de théorie mais sans pratiquer, et l’indécis chronique. C’est finalement mon ordi qui a eu le dernier mot : comme il ne parvient plus à faire tourner correctement les logiciels de dessin (Gimp, Krita, Mypaint et même un vieux photoshop CS2) avec la tablette graphique je me suis rabattu sur le traditionnel.
    Je pense qu’en me concentrant sur le traditionnel j’ai compris quelques éléments essentiels du dessin (notamment qu’on arrive à rien sans pratiquer…) et si j’ai les moyens de m’acheter un ordi performant à l’avenir je réessayerais le numérique différemment, en cherchant plus à faire un joli dessin plutôt qu’en m’extasiant sur les capacités techniques des logiciels et en usant et abusant des filtres.
    A mon avis la technique qui me correspondrait le plus serait de continuer à faire des croquis sur papier et à faire la couleur sur numérique.
    Voilà pour mon avis sur la question, je suis curieux de lire celui des autres (particulièrement des membres de la communauté)

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Si tu reprends les techniques apprises en traditionnel et que tu les reportes en numérique, tu feras de ton ordi un outil intelligent. 😉

    • Hirtz-Autem dit :

      Difficile pour moi de répondre puisque je n’ai jamais mis un doigt sur une tablette numérique (Je n’en ai pas 🙁 )Par contre j’admire les productions qui sont magnifiques, qu’importe le support c’est la créativité qui compte, le plaisir que l’on prend à faire grandir son œuvre,
      Pour ma part, je me régale d’acrylique, d’huile de tempéra, de pigments à mélanger dans une belle vieille huile de lin, et c’est vrai que j’éprouve du plaisir à étendre mes couleurs sur une toile,cela tient à chaque foi d’ une rencontre mêlée à une sensualité.. . C’est vrai qu’il peu y avoir aussi les prises de tête pour rattraper les erreurs commisent par excès de fougue… Bref pour le moment je m’éclate avec mes pinceaux, et je crois que c’est cela le primordiale, créer en s’éclatant, s’éclater en créant, que ce soit sur une tablette, un mur, du carton, une toile, du papier, on s’en f…
      J’essayerai sûrement un jour une tablette, je ne suis pas un dinosaure
      mais j’ai le temps…

  3. Mathieu dit :

    Bonjour,

    Actuellement débutant (je n’arrive pas encore à faire un personnage correct .

    Je prévoit de me prendre une tablette graphique quand j’aurai les bases du dessin voire plus mais pour le moment je dessine sur papier.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Très bonne décision. Pouce en l’air!

      • Lefaucheur dit :

        Salut à vous,
        Avant toutes choses, très bon article.
        Pit, juste comme ça, « Pouce en l’air » veut dire: dirige-toi vers la lumière. Alors que « Pousse en terre » veut dire: enracine toi profondément pour avoir des bases solides et un bon départ dans sa passion.
        Tel un arbre qui a besoin de beaucoup de lumière et parfaitement stable quelque soit l’intempérie.

  4. ferreol dit :

    Bonjour,
    chacun son choix et sa manière de s’exprimer. L’ordi pourquoi pas mais cela ne vaudra jamais le dessin traditionnel dans lequel l’on voit en principe l’artiste à travers ses oeuvres. Le numérique reste froid et paraît plus impersonnel. Cepedant y toucher pour évoluer pourquoi pas . Amicalement

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      C’est l’artiste qui choisit de paraitre froid ou non. Avec l’expérience il est possible de se rapprocher fortement du traditionnel. Mais effectivement, la plupart des artistes numériques n’innovent pas beaucoup, pourtant les possibilités sont bien plus importantes.

      • evelyne dit :

        Pour avoir passer à travers l’apprentissage du numérique après 30 ans avec le traditionnel, je recherche toujours à me rapprocher du rendu que ça me donnait. J’utilise beaucoup les brosses comme je le faisais avec mes anciens outils. Comme tu le dis si bien Pit, la sensation du frottement n’est pas là. Je pensais l’avoir en changeant les pointes qui sont fournies avec l’achat de ma Cintiq 🙁

        Je crois aussi très important d’avoir une base en dessin bien avant de se consacrer à maitriser une technique.
        Que ce soit de l’aquarelle (traditionnelle) ou au numérique, il faut connaître la base.
        Composer une image, savoir la perspective ( sinon on s’en tient au pot de fleurs), les ombres et lumière, etc
        Comme n’importe quoi, on peut être bon en tout mais ne rien maitriser.
        Personnellement, l’achat d’une Cintiq au lieu d’une Intuos m’a aidée à faire la transition d’une meilleure façon. Plus proche de ce que je connaissais avec le papier.
        Les filtres ne sont là pour moi qu’accessoirement en ce moment. Je cherche la brosse qui me donnera le bon rendu.
        Je dois me pratiquer avec d’autres logiciel de dessin (Painter et Artrage)qui se rapproche plus d’une texture d’un fusain ou d’une aquarelle ou d’une peinture à l’huile.
        Je travaille fort pour obtenir un travail personnel et avec de l’émotion.
        Comme toujours finalement 🙂

  5. wwardwarf dit :

    article intéressant comme toujours
    personnellement je rajouterai un autre stéréotype dans les gens que tu as décrit 🙂
    le boulimique qui veut faire de tous classique ,huile ,gouache …
    et du numérique ,photoshop , corel painter…
    je crois en faire partis 🙂
    même si y a une ressemblance avec les indécis je les distingues de ceci après c’est peu être la même personne vu d’un point vu différent
    et comme les boulimiques j’ai aussi des périodes d’anorexie (j’ai rien foutu depuis un mois )
    je rajouterai un avantage au numérique qui est économique bien que je suis mal placer vu le prix de mon matos mais une fois acheté tu as plus de frais à faire alors que la peinture à l’huile par exemple et que tu as des gouts de luxe comme moi ça fait mal au cul 🙂
    c’est pour cela aussi que je suis plus « spé » dans le numérique surtout depuis mes années chômage ^^
    quand au cliché du numérique qui serais plus facile que le classique ça me fait toujours sourire (et parfois grincer des dents vu le travaille que ça demande ) mais de toute façon je suis comme toi j’ai vu beaucoup de gens ce mettre au numérique et de désenchanter et de très vite retourner au dessin classique
    pour conclusion faite vous plaisir le numérique vous attirent essayer mais pas de miracle comme pour le dessin classique il faut bosser 🙂

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Oui plutôt 3e type donc 😉
      J’ai essayé de synthétiser et généraliser un maximum.
      Je pense qu’on est un peu pareil au final, boulimique de découvertes!

      • wwardwarf dit :

        non dsl je me vois pas comme un indécis chronique 🙂
        mais je pense qu’on fait partit des gens qui ce contente pas d’une seul technique et une seul passion

  6. Sal dit :

    Je dessine aussi bien sur support numérique que sur papier (en multipliant les techniques et les outils: crayons, feutres, et plus récemment aquarelle), et tu expliques à merveille les avantages et les inconvénents dans les deux. Je me demandais pourquoi je préférais finalement le traditionnel, et tu le dis très bien: le plaisir tactile face aux matériaux n’est pas le même. Mais ça n’empêche pas que j’aime aussi le numérique quoiqu’il arrive 😀

    En tout cas, comme d’habitude, encore un excellent article de ta part 🙂

  7. Cogniaux Dominique dit :

    Je pense que tout dépend du but recherché.
    Perso, c’est l’aquarelle qui m’intéresse. Augmenter mon niveau en dessin n’a d’autre but que de me libérer de contraintes et limitations induites par un manque de compétences. Ce que j’aime c’est l’urban sketching, le paysage et en atelier, voir les pigments de mélanger mouillé sur mouillé ou précipiter et sédimenter lors de certaines mélanges, laissant des effets magiques (ou complètement ratés ^^) sur le papier. La tablette n’est donc pas le média vers lequel je suis instinctivement portée ^^
    De plus, étant informaticienne dans ma vie professionnelle, j’apprécie, de ne pas être (encore) devant un pc quand je dessine.
    J’ai bien une tablette graphique bon marché (il faut regarder l’écran pas la main) et je m’en sers de temps en temps pour faire de la retouche photo avec the gimp (toshop, c’est très cher et le piratage, c’est mal !). Par contre, pour dessiner vraiment, c’est un petit peu l’horreur, je trouve. Si on veut se lancer là dedans, une tablette avec écran tactile, genre wacom est à mon sens indispensable et ça coûte un bras (entrée de gamme autour des 700 euros). A ce prix-là, il faut être sûr que c’est ça qu’on veut faire, il me semble.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Oui très pertinente ta remarque. Et d’ailleurs j’ai oublié de parler des débutants qui souhaitent se ruiner dans une tablette graphique type cintiq. C’est une très mauvaise idée 😉

  8. Jef Morit dit :

    Salut Pit,
    Tu sais, je n’ai toujours pas achevé ta formation « Digital Painting » achetée voilà plus d’un an maintenant….
    Mais comme je t’en avais fait part, je ne cherche pas à dessiner, ni vraiment à peindre.
    Je ne m’intéresse qu’à la transformation de photos en tableaux, au moyen d’outils logiciels faisant intervenir des techniques développées dans les softs, de passer à travers tout plein d’essais et de créer tout plein de calques, de les triturer, modifier, mélanger, etc, etc, jusqu’à obtenir l’objet d’art qui me conviendra.
    C’est ça que j’aime, totalement, complètement, viscéralement.
    Je suis maladroit avec mes mains, et je n’ai PAS ENVIE d’apprendre à m’en servir, en fait.
    Ce que j’ai envie d’apprendre, c’est comment transformer par soft, comment triturer, chambouler, décolorer, recolorer, faire ressortir, transformer l’image originale créée par ma passion photographique.
    C’est ça, mon truc.
    Mais je reste admiratif de la peinture, j’aime la peinture, j’aime regarder les tableaux réalisés, qu’ils aient été faits à la main ou par ordinateur, ça m’est complètement, totalement et définitivement égal. C’est l’oeuvre qui m’importe, et pas comment elle a été faite ! On s’en balance !
    Je suis très très très intéressé par ce que tu as écrit (je te cite) :
    « Même s’il est toujours très plaisant d’admirer une peinture originale, j’ai bon espoir que les moyens d’impression soient de plus en plus innovateurs et proches du rendu traditionnel.
    Et puis, pour être honnête, rien n’empêche l’artiste de se faire une maquette en format numérique et de le reproduire avec des techniques traditionnelles. Je connais d’ailleurs des artistes qui emploient quelques astuces pour reproduire en traditionnel ce qu’ils ont préalablement peint sur tablette, je vous en reparlerai en temps opportun si ça intéresse certains d’entre vous. »
    Par ailleurs, je suis totalement d’accord avec ce que tu as écrit et sur la description des trois stéréotypes.
    Malheureusement, je ne peux me reconnaître dans aucun d’entre eux, puisque je suis un puriste entièrement dévoué au digital : eh oui, je n’ai même pas besoin de dessiner, puisque je pars de mes photos… numériques !!!
    Allez, je te laisse là-dessus, espérant sincèrement que tu nous expliques les solutions en matière de transfert du virtuel sur du « solide » !
    Ciao ciao.
    Jef

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Je me souviens bien de toi Jef.
      Effectivement tu es un cas à part. Mais le travail de modification de photo est toujours intéressant.
      Le plus important pour toi est de définir ton intention artistique avant tout.
      Tu peux poster une autre photo en correction elite, et à partir de cette photo et de ton intention, je peux te montrer comment intégrer d’autres effets de matière et en faire éventuellement un tutoriel pour servir cette intention.

      • Jef Morit dit :

        Merci pour ta réponse, et pour ta proposition, c’est très sympa.
        Alors, à ta remarque « le plus important pour toi est de définir ton intention artistique avant tout », je ne sais pas comment réagir. C’est plus complexe qu’il n’y paraît. Au lieu de partir d’une idée ou d’une page blanche comme vous tous, je pars d’un objet que j’ai auparavant créé, et que je trouve artistiquement beau. En effet, l’envie de transformer une photo en peinture démarre avec une photo qui m’émeut, qui me fait vibrer, qui me rappelle un souvenir, qui éveille en moi des sentiments profonds. Je l’ai mise dans la boîte parce qu’elle avait un « truc » en elle, au départ.
        J’ai acheté quelques logiciels, et je pars donc d’une telle image. Le début du boulot consiste à la recadrer. Puis éventuellement à la grossir (je perds en qualité de pixels, en détails, mais ça m’est plus ou moins égal, vu ce que je veux en faire). Puis vient le travail des essais, car c’est bien de ça qu’il s’agit.
        A ce moment-là, je ne sais pas ce qu’elle va devenir, quel sera son style au final : dessin crayon, pastel, aquarelle, huile, ou tout un mélange de tout ça. J’ai des idées, que je vais essayer d’approcher en utilisant mon expérience passée pour y parvenir. Mais ça ne se passe pas toujours -pas souvent même- comme je l’imaginais. Mon plaisir, mon bonheur, vient des transformations successives. L’image change, j’obtiens parfois des résultats incroyables, totalement inattendus, qui n’ont rien à voir avec ce que j’imaginais, mais qui m’entraînent à mon insu vers d’autres directions. C’est inimaginable, tout ce qui peut ressortir, et c’est unique, génial, merveilleux. Je me laisse donc souvent porter par ce qui arrive… Parfois, deux ou trois heures plus tard, tout part à la poubelle. Parfois, l’application d’un filtre dans un des logiciels va avoir un résultat incroyable avec une photo, et insignifiant avec une autre. Ce sont des tâtonnements. De la méthode aussi, de la pratique évidemment (mais ça, ça vaut absolument pour tout, les réponses apportées en témoignent, et nous savons tous que passer des heures et des heures à pratiquer nos passions est la seule solution pour progresser, même pour moi qui ne crée pas avec mes mains, mais avec une certaine intuition que j’acquiers à force de tester ceci ou cela..) Mes crayons et mes pinceaux sont les logiciels et les filtres qu’ils offrent, et je songe à acheter d’autres logiciels spécialisés dans ce domaine, pour augmenter mes… pinceaux, en fait, quelque part. Et ma technique. Mes techniques.
        Alors, oui, je serais enchanté que tu m’apprennes des techniques que je ne connais pas, que tu me fasses découvrir des idées, car je vais te dire ce qui me manque le plus souvent : c’est le piqué. Oui, la peinture génère du « flou », elle se regarde de loin, elle n’a pas forcément besoin du piqué. Mais quand même, j’aimerais pouvoir rajouter les traits, le tracé, ou pouvoir délimiter avec les couleurs. Or, souvent, je perds beaucoup dans ce domaine, c’est ce qui me gêne le plus. Pas toujours, ça dépend de ce que la peinture (ou le dessin) représente, mais souvent quand même.
        Donc oui, si tu peux faire un tutoriel, je suis évidemment preneur, car il faut tout écouter, tout regarder, picorer partout, pour créer. Du moins, il me semble.
        Ensuite, aussi comme tu l’évoques, comment transformer l’objet virtuel en objet réel… Pour l’instant, je me contente des pixels…
        Donc, ma question : de quoi aurais-tu besoin pour ce faire ?

        • Photo du profil de Pit Pit dit :

          Une approche plutot intuitive et très personnel donc. Ce dont j’ai besoin, c’est comprendre ce que tu aimes dans une image et vers quels effets tu veux évoluer.

  9. anita lanzman dit :

    Bonjour Pit,
    Article copieux et bien élaboré comme d’habitude..Pour ma part, il n’y a pas de comparaison entre le dessin numérique et le dessin traditionnel, ce sont deux mondes différents ! on prend plaisir avec les deux ! j’ai cependant un petit faible pour le numérique car pas besoin de sortir tout l’attirail (pinceaux, tubes, chiffons) etc…mais avec le numérique on est un peu frustré : on a pas le plaisir de toucher la toile…et pour que les œuvres réalisées à l’ordinateur restent, il faut les faire imprimer (sur des toiles, par exemple, comme une peinture) mais il faut les regarder comme œuvres numériques et ne pas comparer….

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Inconsciemment on compare toujours… car avec le numérique on essaie de manière général de se rapprocher du dessin traditionnel. C’est un fait. 🙂

  10. Jérôme dit :

    Très bon article… Ouf, je ne me suis reconnu dans aucun des stéréotypes !
    Malheureusement pour moi, ça ne me transforme pas en génie du dessin pour autant 🙂

    En tout cas, une fois de plus un article fort intéressant… Merci Pit !

  11. hardy Gisele dit :

    Bjr Pit, j’ai déjà fait plusieurs de vos exercices. Enfin un cours de dessin qui m’accroche, bien expliqué, c’est super ! Je n’ai jamais utilisé de tablette graphique étant donné que je peins plus que je ne dessine. Je fais appel au dessin pour préparer un portrait, une scène de rue, etc…je travaille aussi ds des blocs 20×20 cm à l’encre de chine, brush pentel, brou de noix, genre feutre uniPin de 0.2 à 0.8 mm. j’utilise les plumes, bambous, plumes d’oiseaux.. rien n’est figuratif, imagination pure genre « petites formes » que l’on fait quand on tél. ! Je viens de commencer le pastel avec Cindy.GENIAL !!!

  12. Photo du profil de Judith Judith dit :

    salut!!:)
    Je me retrouve bien dans « l’indécis(e) chronique » j’ai vraiment beaucoup de mal à choisir ou à m’orienter dans un style bien particulier T_T et ça me frustre à tel point que des fois, au lieu de dessiner je préfère passer mon temps à visionner des dessins encore et encore sans jamais me decider à dessiner!! et meme quand je m’y met enfin, je l’ai les achève rarement!! Pour ma part j’ai une préférence pour le numérique (peut etre parce que j’ai très peu pratiqué le traditionnel!!). Bref c’était un article très instructif, j’en ai appris sur moi meme 🙂

  13. Titania dit :

    Bonjour Pit,

    Super article, comme toujours ^^

    Comme vous, je suis plutôt du genre indécise chronique x) Je ne sais jamais ce que je veux. Pire encore parfois, je commence quelque chose, je changes d’avis et prévois d’autre choses et finis par tout laisser pour commencer autre chose :'( ça me désole complètement cet état d’esprit.

    Voulant devenir mangaka professionnelle, je me suis inscrite dans une école d’arts et on apprend à tester les différentes techniques que ce soit crayon de papier, crayon gras ou sec, peinture, sanguines, etc, etc. 🙂 Une technique que j’ai toujours voulu essayer sont les marqueurs ^^ d’après ce que j’ai pu voir, on peut faire de très belles choses, avec des ombres avec ces outils ^^

    Mais bien sûr, mes outils préférés restent le crayon de papier et la feuille ^^

    Il ya maintenant cinq ans que j’ai commencé à dessiner avec une tablette numérique et autant dire que la première tablette que j’ai reçu n’était pas très « coopérative » ^^ » Je suis gauchère et cette première tablette était faite pour les droitier (ou alors je n’ai jamais trouvé la façon de la paramétrer) Du coup, j’ai essayé quand même de dessiner avec mais je n’arrivais pas à faire de traits droits ou même de dessiner sur l’écran de la tablette lui-même.
    La pauvre, je l’ai remis dans son carton, comme vous l’avez fait ^^ »

    Il ya deux ans, on m’a offert une tablette numérique, plus précisément une Bamboo Manga. J’étais contente, mais je me demandais sérieusement si c’était un bon choix, au vue des premiers essais ^^ »

    Miraculeusement, sur le site, j’ai pu téléchargé un logiciel de paramétrages et oh miracle ! j’ai pu la configuré ! :’D

    Premier dessin fait, ce n’est pas du grand art comme on peut le voir sur certain sites d’artistes comme Deviantart, mais c’était un bon début 🙂 Je n’utilise pas Photoshop, mais Gimp, qui est tout aussi pratique ^^

    Je ne sais pas dessiner sans regarder la feuille (ce qui est normal après tout x)) mais par contre, j’arrive à dessiner sur la tablette sans quitter l’écran des yeux ^^

    Alors oui, la tablette numérique est une bonne technique pour le dessin mais la tablette numérique n’existe que depuis quelque années ! l’ordinateur depuis les années 40 ! le papier lui, remonte à l’Antiquité et le crayon au XVIIème siècle (si je ne dis pas de bêtises)

    Personnellement, je trouve que je manque de finesse dans mes dessins numérique, les traits sont tremblants, mais au moins, les ombres, lumières sont assez bien placés.
    Pour ce qui est du dessin traditionnel, les traits sont plus maîtrisés mais les ombres et lumières sont plus difficiles pour moi.

    Du coup, je coupe la poire en deux ! ^^
    le dessin se fait à la main et la colorisation, à l’ordinateur ^^

    On ne peut pas tous savoir et tous maîtriser, ça c’est sûr. On a beau soi-disant, maîtriser quelque chose, il y aura toujours quelque chose qui nous échappera ! Mais avec beaucoup de persévérance, on peut approfondir et perfectionner ce que l’on sait déjà. Il suffit d’avoir le courage et de ne pas baisser les bras pour continuer à apprendre encore et toujours 🙂

    J’espère que ce « témoignage » vous aura été utile ^^

  14. Photo du profil de Tatakikick Tatakikick dit :

    Hello!
    Belle approche des pour et contre pour les deux supports! Pour ma part, je me suis remise au dessin en entrant dans un fandom sur tumblr et très vite je me suis sentie limitée avec le papier. J’ai beaucoup appréhendé me mettre à la tablette puis mon mari en a acheté une et m’a laissé essayer. Au début je n’aimais pas du tout jusqu’à ce que je comprenne qu’il fallait recalibrer l’outil pour GAUCHERE. C’est bête mais oui cela créé une différence. Je n’arrivais pas à placer mes traits correctement et c’était très frustrant. mais je m’égare. JAMAIS sur le papier je ne me serai lancée sur la couleur. JAMAIS en restant sur le papier j’aurais demandé des astuces à d’autres artiste travaillant sur le numérique. Le passage à la tablette m’a donné cette possibilité de retour en arrière, ou celle de faire plusieurs objets finis pour choisir ce que je préfère, affiner mes choix de « style » etc tout simplement parce que JE PEUX le faire. La tablette me permet de faire des essais que sur le papier je n’oserai pas, parce que je n’ai pas confiance, parce que je ne sais pas, parce que je n’ai pas le matos… etc… Ce que je veux dire c’est que oui, la tablette n’est pas là pour t’apprendre à dessiner mais je pense qu’elle accélère grandement la réflexion sur un style qui te convient ou pas. Par contre effectivement ça rend peut-être ce style moins personnel vu que tu utilises au départ des outils de base. Mais peut importe, je pense que quand je saurai faire mes propres brush je serais peut-être plus à même d’affiner un style ou un autre même si pour l’instant ce N’est PAS DU TOUT à l’ordre du jour. Le digital painting permet aussi de marier des effets qui, je pense, sur le papier ne seraient pas possible ou demanderai beaucoup d’expérience. Alors oui c’est certainement une facilité mais pour ma part je dessine pour mon plaisir donc peu importe. J’avoue que j’ai du mal à me forcer maintenant à retravailler sur papier et je suis la première à trouver cela dommage. J’aime le contact avec le support mais pour le moment j’ai tendance à favoriser la rapidité avec mon style de vie actuel.
    Je reviens sur l’aspect de partage et d’émulation: faire un travail sur tablette permet un partage plus rapide, permet AUSSI à tes petits camarades de donner des idées en travaillant sur ton propre dessin sans le pourrir ???? et ce en un temps record et malgré les distances (la plupart de mes amis artistes étant en Russie ou en Amérique…). C’est un aspect non négligeable qui m’a permis aussi de faire bien des progrès (à mon échelle hein)
    Pour rebondir sur ton histoire de projet DP qui passe sur papier, je crois par exemple que c’est ce qui a été fait lors de la fresque du dernier Geekopolis sur Paris: les auteurs de la grande fresque avaient travaillé au préalable sur le projet ensemble et avaient fait un tirage à partir d’un dessin numérique qu’ils ont ensuite fait en très grand format sur toile lors de l’événement sur une durée de quatre jours. Je dois avoir une photo quelque part si ça t’intéresse des artistes qui travaillent sur la fresque avec leur tirage en main.
    Il y aurait certainement plein d’autres choses à dire mais en gros, pour moi, la tablette m’a permis de passer pas mal d’obstacle en les rendant moins terrifiants 🙂
    (je reposte ici en étant loguée c’est mieux, par contre je n’ai pas trouvé comment enlever le post précédent, désolée pour le bazar…)

  15. Lunewen dit :

    Hélas ou pas, je ne me reconnais dans aucun des trois cas cités, mais peut être est ce parce que je suis de ces plasticiens qui ont commencé tôt à dessiner sur ordinateur ? enfin tôt… 2008 la première tablette, et avant ? La souris !
    Je ne suis pas d’accord avec toi, la technesthésie (la sensation ressentie par le dessin avec des technologies numériques) a sa propre originalité, ses propres sensations, et ses propres plaisirs procurés, que jamais la peinture ou le dessin sur papier ne procureront.
    Je suis de ces multitâches qui prennent autant leur pied sur leur wacom que sur leur carnet de croquis ou leur toile, avec un pinceau, un stylo à bille, un crayon à papier ou un stylet dans la main.
    Le dessin numérique est effectivement « virtuel », il est donc uchronique et multiple s’il est placé sur le réseau. Il n’a pas de début ni de fin, et peut être retouché à l’infini, et il agit sur nous comme nous agissons sur lui. Il nous impose ses choix comme nous lui imposons les nôtres. La technique est aussi complexe que toute autre technique de réalisation figurative, voir plus complexe quand il s’agit d’apprendre à son oeil à regarder le curser et non la main…
    Sujet passionnant, mais pour moi il manque une catégorie dans celles que tu as listé. C’est celle de tout le reste : les non-frustrés. Ceux qui le vivent comme une chance, une opportunité, et non comme un sujet de dualité. 🙂

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Tu as de la chance de ne pas avoir été frustré au début. Avec l’expérience on peut ressentir du plaisir sur la tablette en effet. Mais je parlais exclusivement des utilisateurs pas très expérimentés. 🙂

  16. Mystic Line dit :

    coucou! super sympa ton blog et merci de prendre autant de temps pour nous « jeunes dessinateurs »

    Pour ma part, je fais mon croquis sur papier et je colorise sur tablette car je préfère le rendu et surtout je peux gommer à l’infini !!!! 🙂

    je dessine pour le plaisir et non pour épater la galerie 😉

    à bientôt

  17. Ant dit :

    De toutes façons le premier dessin de chacun se fait toujours en tradi … à moins que tu ait une tablette à portée de main à 3 ans xD J’avoue avoir été dans le deuxième cas (honte sur moi) mais j’ai vite été refroidi en tatant un peu la tablette et le log qui sont assez complexe (grrr! photoshop) du coup je suis toujours sur tablette mais j’utilise le tradi de temps en temps quand j’arrive à rien au numérique U.u (pour ceux qui ont du mal au numérique ça peut aider si vous êtes bloqués, de retourner au tradi juste pour l’inspiration ^^)

  18. Jean-Louis dit :

    Super article, bonne analyse. Personnellement je me situerais en 3eme catégorie. J’ai acheté ma première tablette il y a environ 8 ans et surtout pour la photo. Je trouve le dessin sur tablette nettement plus difficile que sur support classique, je connais bien les bases du dessin, ayant débuté à l’âge de 9 ans (et j’en ai maintenant 70) j’utilise actuellement les médiums les plus courants: sanguine, crayon, fusain, huile aux pinceaux et couteaux, pastels secs et huile, aquarelle. Je dirais que passer du dessin sur papier au dessin numérique est aussi difficile que passer de l’huile à l’aquarelle. Mais je suis tout à fait d’accord avec le fait que le dessin numérique est un complément au dessin traditionnel. Quand à l’hyper-réalisme il n’existe pas qu’en numérique: il n’y a qu’à voir les oeuvres de certains aquarellistes asiatiques, c’est bluffant.
    Merci pour cet article très bien pensé.

  19. Chantal dit :

    Bonjour Pit,

    Toutes les techniques de dessin sont plaisantes, à mon avis ; quand on aime ce que l’on fait. Un artiste qui a une oeuvre en tête et souhaite la mettre sur support papier, toile, numérique, etc… et qui est suffisamment persévérant pour atteindre son but ; fera et défaira, quel que soit le support, puisqu’il a un désir d’achèvement.

    Le numérique est tout aussi plaisant et ne laisse aucune perte, et il peut effectivement servir de base « brouillon », si nécessaire, dans l’attente d’un autre support ! Pour ma part, le plaisir malgré les contraintes y est tout aussi présent car j’y retrouve une palette de couleurs très vaste et à disposition immédiate, un panel d’outils à disposition et sans encombrements et une recherche de techniques très intéressantes, dans la progression et la découverte du logiciel.

    Le numérique est une fleur qui pousse à esquisser et peut permettre de créer une oeuvre ! C’est l’ancêtre du tableau magique, en mieux 🙂

    Merci
    à bientôt !

  20. Stéphanie dit :

    Bonjour Pit ! et merci pour ton article, c’est toujours intéressant ! Bon, je suis un peu gênée de le dire, mais en fait je ne suis pas très attirée par les ordis (sauf pour suivre tes cours bien sûr !!!) Et pour moi le dessin , c’est avec un papier et un crayon ou un pinceau, le reste me laisse de glace … serai-je le dinosaure que tu as décrit au début ? glup !!! non, pas vraiment car je trouve magnifique ceux qui y arrivent, ainsi les vidéos où on voit ce type de création se faire; mais ça ne me donne aucune envie d’essayer… c’est peut être dû à l’âge, je suis d’avant l’invasion par les ordinateurs… Il n’y a que le contact physique avec un pinceau ou un crayon qui me détente et me donne ce plaisir, les écrans me stressent plutôt. Et puis il y a tant à apprendre dans le traditionnel…
    Mais bravo pour ceux qui s’y mettent et qui y arrivent, ça m’épate ! Continuez bien !

  21. Photo du profil de MikaDow77 MikaDow77 dit :

    Salut Pit !

    Pour ma part, je ne me reconnais dans aucun des stéréotypes !(quoique, j’étais un poil du type « Le jeune naïf » il y a quelques années ^^’). J’ai bientôt 16 ans, et je dessine depuis toute petite. Comme tous les enfants, je suis passée par les étapes crayons de couleurs, les feutres, les Crayola (que j’ai toujours d’ailleurs)…

    J’ai fais des progrès depuis (heureusement), et j’en fais toujours. Je le sais car parfois, quand je ressort un dessin dont j’étais plutôt fière l’année d’avant, j’ai juste envie de le brûler x)

    J’ai découvert ton blog il y a quelques mois, et l’idée d’avoir une tablette graphique me turlupinait. J’ai lu tes articles et je me suis fait assez rapidement une idée sur le digital painting. J’ai pensé qu’il fallait que j’attende encore un peu, histoire d’avoir des bases bien solides sur papier. Mais le hasard fait bien les choses, cette année j’ai reçu une tablette graphique à Noël. Donc avant de l’essayer, je me suis bien répétée que ça prendrait du temps pour m’adapter, de ne pas me frustrer si je n’y arrivais pas… Eh ben j’ai été agréablement surprise. En deux ou trois semaines, j’ai réussi à prendre le coup. Évidemment,ça reste assez basique, je n’ai pas encore travaillé sur la lumière, les couleurs, et ma colo laisse à désirer… Autant prendre son temps et faire les choses bien ^^

    Ce qui m’a séduit avec le digital painting, c’est la quasi absence de limites physiques (pas besoin de racheter de la peinture, des feuilles, possibilité infinie de recommencer, pas de bavures…). Mais bon, rien ne vaut un bon vieux croquis au crayon à papier dans un carnet 😉

    Voilà, c’était mon tout premier message sur le blog (un peu racontage de vie, certes), mais ce sujet me tenait à cœur ^^

  22. Arlette dit :

    Merci Pit pour ce nouvel article bien appréhendé.
    Pour ma part, je reste au traditionnel c’est-à-dire au crayon, fusain, pastel et aquarelle donc boulimique de médiums mais aussi je procrastine pas mal … Demain est un autre jour.
    Une phrase que j’essaye de mettre en application « Demain, je n’aurai pas davantage envie de m’y mettre, autant commencer tout de suite » … Une belle digression !!! Revenons à notre sujet !
    Un plaisir immodéré le fait de caresser ma feuille avant de commencer à dessiner, de manipuler le crayon, de le tailler, de salir les mains avec un morceau de fusain ou de pastel et en aquarelle le choix d’un pigment, voir comment il se comporte selon la qualité du papier, observer la fusion et admirer les effets … Tout un programme … Que du bonheur … Tout est délice et émotions.
    Quant à la tablette, qui sait peut-être qu’un jour mais pour l’instant, ne l’ayant jamais manipulée je ne peux pas émettre des critiques à son sujet.

  23. Swee dit :

    Pour être honnête, je ne me suis pas tant retrouvée que ça dans cet article, mais c’était très intéressant à lire.
    Je suis toujours au traditionnel, uniquement en noir et blanc, mais je fais parfois une colo sur mon pc. Cepandant, je ne suis pas du tout pressée d’acquérir une tablette graphique, je veux encore progresser.
    Merci en tout cas pour le travail que tu fournis !

  24. catherine barguès dit :

    Ton article est très bien fait et très complet. Bien que je ne me reconnaisse dans aucun des 3 « prototypes » que tu évoques. Je dessine et peins de façon traditionnelle. Mais je ne suis pas du type grincheux à dire que rien ne vaut le traditionnel ! Non ! J’admire même ceux qui arrivent à de superbes résultats avec le numérique ! Pour avoir essayé je sais que ce n’est pas aisé. (Bien que, pour un seul essai, ce n’était pas si mal) ! Enfin, personnellement ça m’a amusé d’essayer, mais j’ai été contente de retourner à mes crayons et pinceaux !

  25. Lefaucheur dit :

    Salut à vous,
    Avant toutes choses, très bon article.
    Pit, juste comme ça, « Pouce en l’air » veut dire: dirige-toi vers la lumière. Alors que « Pousse en terre » veut dire: enracine toi profondément pour avoir des bases solides et un bon départ dans sa passion.
    Tel un arbre qui a besoin de beaucoup de lumière et parfaitement stable quelque soit l’intempérie.

    Pour ma part, je suis plutôt L’indécis chronique.
    Il y a tellement de cas de figure dans le dessin qu’il est terriblement difficile de vouloir tout faire.
    Entre le dessin d’art, le dessin de BD, le dessin technique et industriel et bien d’autre encore, c’est le même procédé. une main, un outil et un support. Que ce soit avec un crayon et une feuille ou alors avec une tablette graphique, le plus important est d’arriver à ses fin.
    Comme dit le proverbe:
    avant de vouloir connaitre tes outils, apprend déjà à te connaitre. L’utilisation des outils viendront en temps et en heure.
    Merci à toi, Pit, et à tout ce qui donne leur avis et leur sentiment dans ce milieu très fermé qui est l’art.

  26. Luciole dit :

    Bonjour Pit,

    Perso, je ne me reconnais pas dans ces stéréotypes.
    Je dirais même, pourquoi devoir choisir entre le traditionnel et le digital???
    Pourquoi ne pas conjuguer les deux.
    Quand l’envie de prendre un pinceau, de toucher la matière que ce soit peinture, craie ou autre, de toucher le papier… le numérique ne remplacera jamais ce plaisir tactile avec la matière. L’énergie d’un ordi, tablette ou autre objet connecté n’a d’ailleurs pas du tout la même énergie que la matière.

    Contrairement à toi Pit, j’ai toujours travaillé (pas de l’art) sur ordi. J’ai appris à me servir seule des logiciels. C’est en utilisant l’ordinateur que mes dessins papier prennent une autre dimension. Comme si sur l’ordi je savais mieux faire. Ce qui m’ennuie un peu car cela m’attache à l’ordi.
    En testant différentes option au feeling, on obtient un rendu insoupçonné et me fait dire: wouahh!!
    chose pas possible avec le papier, dans mon cas.
    par contre, je n’arrive absolument pas à me servir des pinceaux sur le digital…

    Malgré mon caractère de balance, donc hésitante, je n’ai pas eu de choix à faire, j’aime les deux le tradi et le digital. Je n’ai pas envie d’en exclure une des deux.
    Si on aime faire deux sports, on ne choisit pas l’un des deux et on rejette l’autre. On pratique les deux quand l’envie nous prend.

    Si tu es ce que tu décris, alors de là où je suis, je dirais juste arrête de regarder ce que font les autres, ce qu’ils utilisent comme technique.
    Laisse juste ton coeur te guider.
    Si tel jour c’est telle ou telle technique qui te branche, fais toi plaisir.
    si le lendemain c’est une autre technique, fais toi plaisir également.

    une merveilleuse journée à toi
    Luciole

  27. Catherine dit :

    Bonjour Pit,
    Moi, je me suis un peu retrouvée dans tous les stéréotypes que tu décris, je suis un peu passée par eux successivement ou alternativement ou simultanément, jusqu’au moment où je suis enfin vraiment passée à l’action. Ma tablette numérique je l’ai eu à l’occasion d’un anniversaire il y a 4ans, en même temps que je commençais mes cours de dessin dans un atelier. Sur la tablette, je m’amusais beaucoup (avec un petit logiciel très simple) à dessiner mon chat à toute vitesse et à le faire parler, les enfants de l’immeuble adoraient, ce qui me poussait à continuer. A l’atelier, je passais des heures papier-crayon sur un modèle qui posait pendant des heures. Je prenais, et prends encore, autant de plaisir à l’un qu’à l’autre.
    Merci à toi de continuer à nous aider à progresser et à faire le point sur nous-même,
    Catherine

  28. Elsa Bugot dit :

    Salut !

    Arf ! Le numérique !
    Il y a quelques années, je pense au moment où la peinture numérique a pris réellement son envol, j’étais un peu du premier type : « Vieux puristes » (c’était le comble, à même pas 20 ans, et sans aucune formation d’aucune sorte, une vraie gamine remplie à ras bord d’a priori).

    Puis j’ai vu des dessins de plus en plus recherchés, certains que je pensais en traditionnel puis, oh surprise, pas du tout ! Que de possibilité !!! Et je me suis vite rendue-compte qu’il fallait développer de vraies compétences (en plus du dessin de base) pour maîtriser réellement le numérique. Tout comme on explore tout au long de sa vie les différentes techniques traditionnelles. En fait, je mettrai même le numérique au même niveau que l’aquarelle, les pastels, l’huile, l’acrylique, … une technique et un « médium » à part entière.

    J’ai donc revu ma copie et m’approcherai un peu de « l’indécis chronique ». Encore que pour l’instant, je ne compte absolument pas me mettre au numérique.
    D’une part, j’aime tellement le contact avec le papier que je ne me vois pas procéder autrement. Toutefois (et c’est là que le troisième type arrive), j’avoue que pouvoir de temps en temps reprendre certaines mises en couleurs, corriger certaines erreurs ne serait pas du luxe ! D’ailleurs, il m’arrive d’améliorer un peu mes scans (mais très peu, à la sourie c’est une galère sans nom !).
    D’autre part, je te rejoins sur le professionnel qui n’a pas le temps d’expérimenter… Alors certes, le numérique pourrait éventuellement (je dis bien éventuellement) être un gain de temps, notamment pour la mise en couleur, mais actuellement ne maîtrisant pas du tout l’outil, je sais qu’il me faudra de très nombreuses heures de recherches pour commencer à sortir des trucs potables… du coup, pour l’instant, je ne peux pas me permettre de « perdre du temps » à ce type d’exploration (d’autant que mon domaine d’activité ne le nécessite pas, pas encore). Mais j’y viendrais, un jour 😉 (quand ils auront inventé une tablette et un stylet reproduisant la texture et la sensation crayon/feuille ? XD)
    Et dernier élément, comme le soulignait wwardwarf, c’est un certain investissement de départ… Je vais aussi attendre d’être un peu plus « riche » (pour l’instant, l’aquarelle c’est relativement rentable, surtout quand on déniche des supers occases pour le papier 😉 ) avant d’investir dans du matériel qui, dans un premier temps, ne me servirait que très peu.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      C’est sûr que ce n’est pas une décision à prendre à la légère. Puis il faut avoir le temps et le budget, c’est clair.
      Merci pour ton témoignage Elsa

  29. Jova dit :

    Bonsoir Pit
    Malheuresement, je m’y trouve pas.
    Actuellement débutant pour ma part , je préfère maitrise les techniques traditionelles avant de passer à l’outil numérique, j’ai peur de m’y perdre, il est tellement vaste, trop des choses à choisir.
    je trouve que c’est mieux de travailler avec les deux et garder toujours les techniques traditionnelle, ça fait un bon affaire.

  30. Lyden dit :

    Hey bien, quel bon article, comme toujours !

    Malheureusement (ou non?) je ne me suis retrouvée dans aucuns des ces stéréotypes.

    Ayant une tablette graphique, je peux dire mon avis entre les deux :
    Chacun ont des bons et des mauvais, évidemment.
    Ce que je regrette en dessinant sur la tablette graphique et surtout, ce qui me manque, est la sensation du papier en dessinant!
    Cependant, même si j’apprend (toujours sur l’étape « réussir un personnage entier »), la tablette m’a aidée.
    Ce que je veux dire, le problème que je rencontre souvent pour le papier est que je m’embrouille souvent dans mes bases, ou bien mon crayon/feutre me lâche durant mes couleurs, ect… Rien d’étonnant me diras-tu, et tu as raison!
    C’est là que vient la tablette graphique :
    Elle me sert de  »cahier de brouillon » pourrais-je dire. Je m’entraîne sur elle, ainsi que sur papier. Je peux expérimenter, tester des mélanges de couleurs pour tel fond, tel personnage, et j’en passe.
    Evidemment, la prendre en main est dure, mais c’est comme sur papier: tout peux s’apprendre si on à la patience de le faire.

    Bref, tout cela pour dire que aucuns des deux n’est à jeter.
    Cependant, la tablette graphique ne pourra jamais remplacer l’entraînement sur papier. Le dessin papier en général en fait.
    Il vaut mieux pour tout le monde d’avoir au moins les bases avant une tablette graphique, ou là, ça sera bien plus dur ^^ »

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      J’ai hâte de voir arriver la technologie sans écran rétroéclairé, genre kindle paperwhite en couleur, avec la texture du papier.

  31. poupard gilbert dit :

    oui j’ai un site overblog mais pas le temps de m’en occuper..sinon je fais beaucoup de corel draw depuis pas mal d’années pour raison professionelle..super produit qui traverse les mises a jour merci pour les messages…a bientot
    dupinceau

  32. béa triss dit :

    Je suis « traditionnelle », mais pas du tout du style vieux puriste!!
    Je trouve les dessins numériques très beaux, je suis en extase devant ce que les artistes arrivent à faire avec cet outil. Mais bien que j’ai progressé avec les ordinateurs depuis leur apparition! Et oui, les jeunots, vous, vous n’avez pas connu l’arrivée du TO7 dans les années 80 où l’on devait taper des lignes de codes en basic pour obtenir un petit jeu tout pourri d’arcade qui nous faisait pourtant éclater de rire!!

    Bref, malgré ça, maintenant, je n’aime plus les écrans. J’aime ce qu »ils apportent, mais pas leur utilisation. Je ne trouve pas ça agréable, en fait, tout simplement!!

    Et pour ce qui est du dessin numérique, je crois que j’aurais beaucoup de mal à me dire  » c’est fini! » , n’y touche plus! et je collectionnerais sur une pauvre clef usb un paquet de dessins mi-finis que personne ne regarderaient jamais!
    Là, au moins, quand quelqu’un vient chez moi, en regardant sur les murs, il voit , par exemple, tous les défis de la communauté auxquels j’ai participé! .. et moi aussi, je les vois! Ils font partie de mon univers…

    Mais je reconnais quand même me servir du numérique quand j’ai la flemme de décalquer par exemple, je scanne et je nettoie mon dessin, puis je l’imprime pour passer directement à l’encrage et à la mise en couleurs.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Mon grand frère codait ces premières lignes de code en basic à 8 ans.
      J’en avais 6 à l’époque 😉
      Bon ok, on fait encore partie des jeunots pour certain(e)s, hihi.
      Je te rejoins pour ce qui est des écrans, j’ai toujours un peu de mal…

  33. Anne dit :

    « aucun matériel numérique (à ma connaissance) ne parvient à imiter parfaitement les frottements du crayon sur le papier. »

    Connais-tu cet outil Pit? Je n’ai jamais testé, mais j’en ai entendu parler récemment, ça semble intéressant! http://www.iskn.co/fr/
    Tu dessines sur du papier comme si c’était ta tablette (la Slate)
    Ou encore, une bague que tu ajoutes à ton crayon qui retransmet les infos à ton ordi à la façon d’une tablette… intéressant à explorer je penses 😉

    Merci pour ton article, au plaisir de te lire!

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Ah non je ne connaissais pas!
      Je suis curieux là d’un coup.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Ah mais si si en fait…
      Wacom avait sorti un produit du genre aussi. Ça avait fait un flop.
      Je préfère encore scanner mes dessins 😉
      C’est surtout la mise en couleur en fait qui m’intrigue. J’aimerai un outil numérique plus naturel au contact du support, avec des effets plus réalistes…sans rétroéclairage.
      Enfin on peut toujours rêver 😉

      • Anne dit :

        Ah! J’avoue que je n’avais pas penser à la mise en couleur… ^_^ Tu as raison, on progresse dans la fusion du numérique et du traditionnel, mais ce n’est pas encore ça. Un jour, peut-être! 🙂

  34. Urumi dit :

    J’aime ce thème!
    A mon sens le dessin traditionnel est une étape 1 indispensable avant de passer au support numérique.
    Je trouve ça mieux de bien savoir poser son idée sur papier avant de passer à l’ordinateur.

    Moi, je dessine surtout sur papier et j’utilise la tablette pour la mise au propre et en couleurs.
    La prise en main d’une tablette est bien particulière, c’est un apprentissage et un exercice bien différent du simple fait de tenir un crayon.

    Je ne collectionne pas les brush, j’utilise souvent les mêmes pinceaux. Je me considère comme une grande débutante, même si ça fait 16 ans que j’ai une tablette!
    Je viens tout juste de faire le lien entre la peinture que l’on fait avec son bon vieux pinceau et les nuances que l’on apporte au digital painting.

    Voilà pourquoi je dis que le traditionnel est la 1ère étape pour bien comprendre et s’adapter au numérique.

    Alors c’est clair que si demain, je peux dessiner sur papier et que mon crayon reproduit en même temps le dessin sur mon ordi, ça serait génial!!!

    En tout cas, il est toujours beaucoup plus simple d’emporter partout un calepin, un crayon et une gomme, que son ordi et sa tablette ^^’

  35. Virginie dit :

    J’ai essayé les deux. Je dois dire que je trouve la peinture numérique plus difficile que la traditionnelle. Il y’a trois ans j’ai découvert la peinture acrylique. Ce qui me bloquait c’était de peindre sur toile. Puis je suis allée dans un cours de peinture et on m’a fait voir qu’il était possible de rectifier sur toile. Que je n’étais pas obligée de recommencer le tableau.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      oui tout à fait, mais il y a quand même quelques limites physiques à la correction d’un tableau. ^^
      En acrylique ça peut aller encore, mais en peinture à l’huile, même en utilisant des alkydes, cela devient plus compliqué de corriger « à l’infini ».

  36. Arthur dit :

    Bonsoir Pit,

    C’est la première fois que je poste sur le blog, bien que le suive depuis un moment maintenant, et je te remercie pour tes articles qui m’ont aidé à plus d’un titre.
    En tout cas tu es toujours aussi bon pour déceler les problèmes que l’on peut rencontrer dans le milieu du dessin. Et je suis plutôt pour ma part un naïf. Mais j’ai une large préférence en ce qui me concerne pour le dessin traditionnel.

    Mais j’ai déjà une certaine expérience avec la tablette après trois ans d’études de spécialisation en animation 2D. Même si je m’en sors et que je sais comment ça fonctionne, j’ai toujours une préférence pour un bon vieux crayon de papier qu’un stylet, surtout parce ce dernier me fait souvent des traits tremblants la ou j’arrive à faire des traits droit sur papier. (ou alors c’est juste une impression)
    On avait pourtant prévu de faire de l’animation sur papier, mais malheureusement, cela ne s’est pas fait.

    Par contre, je t’avoue que je touche peu à la couleur. Malgré son importance, je tente surtout de le faire sur ordi, et ça me frustre toujours plus à chaque fois. J’ai le sentiment d’avoir trouvé la bonne couleur, et pourtant le résultat n’est jamais comme je le pense.
    Je dois avoir manqué quelque chose, ou alors c’est un manque de confiance qui me fait cet effet, je suis encore trop hésitant.
    Mais je tente malgré tout de continuer à essayer de progresser.

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Je compte parler de la théorie des couleurs d’ici peu.
      C’est d’ailleurs le sujet de ma prochaine formation.
      J’en parlerai également dans un des prochains articles.

  37. Photo du profil de sgtpingouin sgtpingouin dit :

    Bonjour Pit,

    Encore un excellent article que voila, le nombre de commentaire en est la preuve.
    Bon je me suis clairement reconnu dans le « jeune naif » !pffff si j’appliquais tes conseilles plus sérieusement je progresserais bien plus vite! mais bon tant qu’on prend du fun (et puis ma progression depuis que je suis tes cours est indiscutable, alors…)

    Ainsi va la vie d’ici.

    A bientôt sur le forum.

  38. Photo du profil de jeanluc jeanluc dit :

    Oyo,

    Pour ma part,
    J’aime l’utilisation de la tablette (Intuos 5M) et de photoshop (le système de calques, le pinceaux rond et aérographe), mais aussi du crayon graphite et les outils traditionnel car sentir le frottement du papier est cool (Mais surtout sortir son carnet n’importe ou et dessiner, c’est génial). Avec le décès de ma tablette depuis plusieurs mois, ça m’a permis de me concentrer avant tout sur le traditionnel et j’avoue que cela ne me fait pas de mal.

    En reprenant en 2012, j’avais pour but d’être capable de faire des peintures numérique ultra réaliste mais aujourd’hui ce n’est plus mon but.

    J’avoue avoir un pourcentage de jeune naïf et d’indécis chronique.

    Depuis que je lis ton blog et tes formations, j’ai au moins compris, qu’aucuns raccourcis n’est possible.

    Mes objectifs : savoir un jour réaliser des dessins vivant avec le moins de trait superflus possible comme Pit, François Pensec…(découvert récemment ici d’ailleurs :D).
    Et si je fais des choses biens pourquoi pas refaire une exposition.

    J’aimé l’outil Aquarelle (Colorex) (merci Alethios et Zoé de m’avoir convertis) mais je suis plus qu’un noob.
    Les feutres Promarker et Copic Ciao sont intéressant mais sans les bases du dessin, on fait du caca 😡

    Merci à toi et Longue vie à AAD

  39. claude dit :

    salut pit
    ben!
    je rentre pas trop dans les cases, peut-etre ‘indecis chronique’,
    je me suis REmis au dessin (aprés qq années d’arret total) et mis au numérique à cause d’un accident de tennis (tendon pété) et du concours de JB MONGE que tu as organisé il y a peu avec mon fils.

    un pote m’a prété la tablette cintix cela fait six mois, au départ c’était pour passer le temps et maintenant je peux plus m’en passer.
    je vais lui racheter.

    Voila c’est une super aide au dessin mais il faut quand meme savoir dessiner.

    ta formation m’a bien aidé meme si il ya toujours des trucs que je n’arrive pas a faire.

    donc c’est un couteux investissement mais pour un passionné c’est rentabilisé de suite.

    continue avec d’aussi bons articles

  40. Loana dit :

    Je ne correspond a aucune des personnalités (j’aurai du m’y attendre de toute façon, je suis toujours bizarre moi ^_^). Le dessin sur tablette je n’ai jamais essayer. J’ai déjà utiliser Art Académie sur 3DS (je sais pas trop si ça compte) mais c’est tout. Je ne suis pas contre le dessin numérique, en faite je n’y ai jamais vraiment réfléchit. Je n’ai jamais vraiment non plus chercher a apprendre a dessiner, c’est venu tout seul. Je n’ai commencer a vouloir chercher de l’aide sur internet que quand j’ai commencer a dessiner des visages (il a 9, 10 mois donc). Disons que j’ai un peu pété un câble (au sens littérale ^_^) parce que je n’y arrivais pas du tout. Alors j’ai chercher: « comment dessiner une bouche, « comment dessiner un nez, etc… Et je suis tomber…ici. Sur apprendre a dessiner.org. Ça ma bien aider, j’ai commencer a dessiner de mieux en mieux les visages (et j’ai arrêter de m’énerver aussi ^_^). Avant tout ça je dessinait des personnages de manga, et beaucoup (vraiment beaucoup en faite) de pokemon. Je croit que c’est avec ma découverte de pokemon que j’ai commencer a dessiner (vers la sorti de diamant et perle). Et depuis je ne m’arrête plus. Quand je dessine j’ai effectivement cette sensation de plaisir, c’est quelque chose de difficilement explicable. Je ne pense pas (en faite j’en suis même certaine) que dessiner sous la pression, avec un « chrono » sur le dos me plairait. Le dessin c’est avant tout quelque chose de personnel pour moi. Quand quelqu’un arrive a coté de moi quand je dessine et que cette personne me demande  » Tu dessine quoi ? » je n’ai pas envie de lui répondre. Mes dessins sont comme un journal intime que personne ne peut lire parce qu’il est écrit dans une autre langue. Je n’ai pas envie de mettre ce talent au service de quelqu’un de manière forcé. Si je fait un dessin pour quelqu’un d’autre je veut que ce soit par plaisir. Or si le dessin sur tablette n’apporte pas de plaisir…je croit que ça ne me plaira pas. Mais bon je me trompe peut être .

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      Enfin c’est surtout parce que tu n’y as jamais réfléchi!
      tu n’es pas bizarre, c’est juste que cet article ne te correspond pas vraiment vu que tu ne sais pas ce que c’est que le digital painting 🙂

      la tablette peut apporter du plaisir, mais la morale de l’histoire c’est « essaie avant de juger » 🙂

  41. Maaliyah dit :

    Bonjour Pit,
    Tes articles sont vraiment super, et celui-ci arrive pile quand j’en ai besoin ! Merci beaucoup pour l’aide que tu nous apporte à tous, les progrès se ressentent vraiment chez tous le mode je pense, encore merci 🙂
    Seulement, voilà, j’ai un nouveau problème
    C’est super, nous progressons dans nôtre manière de dessiner, nous progressons en digital painting, mais maintenant un autre problème apparait :
    Je ne sais pas comment réaliser mes storybords !
    J’ai un projet qui me tiens très a cœur, mon scéanriste est super, j’adore le scéanrio et j’aimerais lui donner vie ! Mais quand je suis devant mes feuilles blanches je ne sais jamais par quoi commencer >< Je réfléchit peu être beaucoup trop ^^
    J'ai déjà fait plusieurs de one-shot, seulement c'est une amie qui faisait les storybords et maintenant que je suis la seule dessinatrice pour mon scénario je ne sais pas par quoi commencer…
    toi qui a de l’expérience, aurait-tu des conseils à me donner ? Ou un article à faire à ce sujet ?
    Sa serait vraiment super !
    Merci pour tout ! Et bonne journée à toi !

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      en fait le storyboard, c’est surtout une gestion de plan et de rythme d’action.
      L’écriture du scénario n’a pas grand chose à voir avec le découpage au final.
      Il y a des auteurs qui écrivent comme des pieds, mais l’histoire et le découpage fonctionnent derrière donc pas besoin d’être un grand savant de l’écriture.

      En storyboard il faut t’imaginer que tu es le réalisateur, que tu bouges la caméra dans l’espace où tu veux, quand tu veux, et que tu montres ce que tu veux.
      Un bon exercice est de regarder tes films préférés sans le son. Tu pourras alors te concentrer sur les plans utilisés.
      C’est un très bon entrainement.

  42. Photo du profil de Ham Ham dit :

    Salut Pit,

    Je débute et j’aime bcp le travail sur papier, j’aime bcp le rendu des croquis minimaliste, sans couleur, juste le travail des ombres, je pense continuer un bout de temps dans cette voie.

    Cependant je viendrai surement au numérique car ca à l’air d’être un magnifique outil, très riche en possibilité et les images qui en sortent sont époustouflante mais moins « charmante » je trouve.

    Je pense que les deux procédés sont bien mais pas pour faire les mêmes choses. Si je dessinais sur ordi ca serai pas pour faire de la peinture mais plutôt des images « impeccable » comme celle de ton ami design spartan. les jeux de lumières et de perspectives sont très beaux.

  43. salut pit
    moi le soucis cest que je veu tout savoir maitriser jai toujour dessiner mais des que je voi un nouveau truc je suis un vrai gamin pour ma part le trait ne change pas sur tablette je nutilise pas de brush juste crayon pinceau vraiment la base pas de triche mais pour les valeur est degradé rien ve vaut le crayon sur tablette cest difficil d avoir un autre style
    jai 2 question a te poser pit 🙂
    _COMMENT JE PEUX REUSSIR A TROUVER MON DOMAINE DANS LE DESSIN TOUT ME PLAIT GRAFF DESSIN PEINTURE PORTRAIT ILLUSTRATION SA MEMBROUILLE LA TETE PEUT TON TOUT MAITRISER?
    -DEPUIS QUE JE TE SUIS JAI ENORMEMENT EVOLUER JE ME RETROUVE BEAUCOUP EN TOI TON EVOLUTION RAPIDE
    CE MENTAL QUI JE PENSE TU LE DOIT A LA BOXE COMME MOI ON APPREND QUIL FAUT TRAVAILLER POUR REUSSIR ET CEST SA QUE JAIME CHEZ TOI MAIS LE SOUCIS CEST QUE JAI DUCOUP PERDU JAI LIMPRESSION DAVOIR PERDU NIVEAU OEIL AVANT JE RECOPIER TOUT COMME SA ET CETAIT BIEN PROPORTIONNE MAINTENANT JE SUIS OBLIGE DE CONSTRUIRE POUR FAIR CEST NORMAL?PARCONTE JARRIVE A CREE MAINTENANT ET JE COMPREND 😉

    • Photo du profil de Pit Pit dit :

      (oulà les majuscules) 🙂
      c’est bien de s’intéresser à tout, mais tu as remarqué par toi même que c’est difficile de se spécialiser quand on aime tout.
      C’est mon cas également, je n’excelle en rien, je ne serais pas de bon conseil de ce côté je suis un touche à tout.

Laisser un commentaire

x

Déconnexion

Mot de passe

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir un lien qui vous permettra de choisir un nouveau mot de passe.

Mot de passe

Choisissez un nouveau mot de passe.


Inscription


xCUSTOM

Your custom content goes here.