Bonjour à tous !

Dans ce nouvel article, j’aimerais vous parler de Street art. Vous savez, ce style tant décrié par certains; ces mêmes individus qui résument cette technique à de la dégradation. Pour vous prouver si besoin en était, que le Street art est une technique tout aussi noble qu’une autre, évoquons un grand artiste de rue : Sergio Odeith.

Né en 1976 à Damaia au Portugal, Odeith connaît sa première expérience avec les bombes aérosols au milieu des années 80. Il a alors une dizaine d’années. Odeith quitte le système scolaire assez tôt et ne reçoit pas de formation artistique (au sens classique du terme).

Lorsque le mouvement du graphe commence à se répandre dans tout le Portugal, Odeith fait ses premières rencontres avec d’autres artistes expérimentés, dans les années 90. C’est alors une révélation pour lui. Sa passion pour le dessin continue de grandir, tout comme son désir de diffuser son art et son besoin d’obtenir des retours.

Pour commencer il s’exerce sur les murs proches de chez lui et aussi sur les voies ferrées. Petit à petit, il réalise des fresques de plus en plus importantes à Damaia, Carcavelos ou encore Santa Filomena. À force de pratiquer, il crée des oeuvres de plus en plus complexes, qui tendent vers la 3D.

avant
après

Odeith montre un réel intérêt pour la perspective et l’ombrage. Rapidement il trouve et crée son propre style qu’il nomme « 3D Sombrio ». Qu’il s’agisse de paysages, de portraits, d’animaux ou d’objets, ses créations se distinguent par leur réalisme et leur technique aboutie.

En 1999, il ouvre un salon de tatouage, son autre passion. À partir du début des années 2000, il voit sa célébrité grandir mais c’est en 2005 que la reconnaissance internationale arrive véritablement, notamment grâce à ses oeuvres “anamorphic art”; des oeuvres qui semblent déformées sous un angle de vue et totalement dynamiques et vivantes à partir d’un autre point de vue. Odeith fut même l’un des pionniers de cet art anamorphique.

Authentique génie de la perspective, il est capable de jouer avec les angles, les formes arrondies, les murs et plafonds. Il maîtrise à la perfection les illusions d’optique. Avec lui, un simple bloc de ciment peut se transformer en une épave de bus scolaire. Ses créations donnent l’impression de quelque chose de solide et de palpable. Difficile de croire qu’il s’agit de surfaces planes et non pas de sculptures.

Ses immenses fresques, impressionnantes de réalisme, constituent une part importante de ses créations, avec ses nombreuses réalisations en 3D, qui font de lui un maître du street-art.

En 2008, Odeith décide de s’installer à Londres et ferme son salon de tatouage.

Il est arrivé à un tel niveau artistique que de nombreuses entreprises font appel à lui pour réaliser de nombreuses fresques murales. C’est notamment le cas de Samsung, Coca mais aussi de différentes municipalités ou entités sportives, comme le club de foot Benfica.

Sachant vivre avec son temps, l’artiste présente régulièrement ses créations sur son compte Instagram. On peut ainsi suivre ses progrès. Ses oeuvres abordent différents sujets (comme la pollution ou le consumérisme) ou rendent hommage à certaines personnalités (comme Bob Marley).

Et alors que beaucoup d’entre nous détestent les insectes et préfèrent ignorer leur existence, Odeith de son côté, les met en valeur en leur consacrant des fresques inversement proportionnelles à leur taille réelle. En réalité, l’artiste est fasciné depuis l’enfance par ces créatures, par leurs formes et couleurs. Les peindre de manière démesurée se révèle être un jeu pour l’artiste.

Il s’amuse aussi, comme d’autres artistes de rue, à explorer des usines abandonnées, redonnant ainsi un peu de vie et de couleurs à ces lieux tombés dans l’oubli et dont tout le monde se moque. En peignant sur plusieurs surfaces, il crée la sensation que ses objets ou lettres flottent dans l’espace.

Aujourd’hui, il est de retour au Portugal et consacre maintenant tout son temps à l’art, à la composition de nouvelles fresques. Pour continuer de représenter le street art et défendre cette technique, il n’oublie pas de participer à différents événements internationaux ou de collaborer avec des musées.

Conscient de tout le chemin parcouru, Odeith ne cesse d’encourager les jeunes artistes : “N’oubliez jamais vos rêves. Même si cela peut prendre plusieurs années avant le début de quelque chose”.

formation illustration

Inventez vos illustrations avec ma formation dessin d'inspiration:

Apprenez à mettre en scène les idées que vous avez en tête avec une méthode progressive et professionnelle afin de créer vos propres dessins et illustrations​ originales.
Réalisez vos rêves et mettez votre imagination en images dès maintenant!